Property Value
dbo:abstract
  • Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs. Ces deux diviseurs sont 1 et le nombre considéré, puisque tout nombre a pour diviseurs 1 et lui-même (comme le montre l’égalité n = 1 × n), les nombres premiers étant ceux qui ne possèdent pas d'autre diviseur. Par exemple, le nombre entier 7 est premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers et positifs de 7. Tout nombre pair étant multiple de 2, les nombres premiers sont par conséquent tous impairs, excepté le nombre 2 lui-même. De plus, tout nombre se terminant par 5 étant un multiple de ce dernier, les nombres premiers (hormis 2 et 5) se terminent tous par 1, 3, 7 ou 9. Par opposition, on appelle nombre composé tout nombre entier qui est le produit de deux entiers strictement supérieurs à 1 et possède de ce fait au moins trois diviseurs ; sont composés, par exemple, 4 = 2 × 2 qui en possède 3 (à savoir 1, 2 et 4), 9 = 3 × 3 qui en possède 3 (à savoir 1, 3 et 9) et 12 = 2 × 2 × 3 qui en possède 6 (à savoir 1, 2, 3, 4, 6 et 12). Selon cette définition, les nombres 0 et 1 ne sont donc ni premiers ni composés : 1 n'est pas premier car il n'a qu'un seul diviseur entier positif et 0 non plus car il est divisible par tous les entiers positifs. Autrefois certains mathématiciens, grâce à une définition légèrement différente des nombres premiers, considéraient que 1 en était un. Mais au début du XXe siècle, un consensus a abouti à la définition donnée ici, qui exclut 1 des nombres premiers. Les vingt-cinq nombres premiers inférieurs à 100 sont : 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89, et 97. De telles listes de nombres premiers inférieurs à une borne donnée, ou compris entre deux bornes, peuvent être obtenues grâce à diverses méthodes de calcul. Mais il ne peut pas y avoir de liste exhaustive finie des nombres premiers, car on sait (depuis l'Antiquité : voir Théorème d'Euclide sur les nombres premiers) qu'il en existe une infinité. On ne connaît d’ailleurs pas de formules simples pour produire de telles listes ; la recherche de formules approchées a amené à l’important théorème des nombres premiers. La notion de nombre premier est une notion de base en arithmétique élémentaire : le théorème fondamental de l'arithmétique assure qu'un nombre composé est factorisable en un produit de nombres premiers, et que cette factorisation est unique à l'ordre des facteurs près. Elle admet des généralisations importantes, mais délicates, dans des branches des mathématiques plus avancées, comme la théorie algébrique des nombres, qui prennent ainsi à leur tour l'appellation d'arithmétique. Par ailleurs, de nombreuses applications industrielles de l'arithmétique reposent sur la connaissance algorithmique des nombres premiers, et parfois plus précisément sur la difficulté des problèmes algorithmiques qui leur sont liés ; c'est le cas de certains systèmes cryptographiques et des méthodes de transmission de l'information. Les nombres premiers sont aussi utilisés pour construire des tables de hachage et pour constituer des générateurs de nombres pseudo-aléatoires. Découvert le 7 décembre 2018, le plus grand nombre premier connu est le 282 589 933 – 1, qui comporte plus de 24 millions de chiffres en écriture décimale. (fr)
  • Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs. Ces deux diviseurs sont 1 et le nombre considéré, puisque tout nombre a pour diviseurs 1 et lui-même (comme le montre l’égalité n = 1 × n), les nombres premiers étant ceux qui ne possèdent pas d'autre diviseur. Par exemple, le nombre entier 7 est premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers et positifs de 7. Tout nombre pair étant multiple de 2, les nombres premiers sont par conséquent tous impairs, excepté le nombre 2 lui-même. De plus, tout nombre se terminant par 5 étant un multiple de ce dernier, les nombres premiers (hormis 2 et 5) se terminent tous par 1, 3, 7 ou 9. Par opposition, on appelle nombre composé tout nombre entier qui est le produit de deux entiers strictement supérieurs à 1 et possède de ce fait au moins trois diviseurs ; sont composés, par exemple, 4 = 2 × 2 qui en possède 3 (à savoir 1, 2 et 4), 9 = 3 × 3 qui en possède 3 (à savoir 1, 3 et 9) et 12 = 2 × 2 × 3 qui en possède 6 (à savoir 1, 2, 3, 4, 6 et 12). Selon cette définition, les nombres 0 et 1 ne sont donc ni premiers ni composés : 1 n'est pas premier car il n'a qu'un seul diviseur entier positif et 0 non plus car il est divisible par tous les entiers positifs. Autrefois certains mathématiciens, grâce à une définition légèrement différente des nombres premiers, considéraient que 1 en était un. Mais au début du XXe siècle, un consensus a abouti à la définition donnée ici, qui exclut 1 des nombres premiers. Les vingt-cinq nombres premiers inférieurs à 100 sont : 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89, et 97. De telles listes de nombres premiers inférieurs à une borne donnée, ou compris entre deux bornes, peuvent être obtenues grâce à diverses méthodes de calcul. Mais il ne peut pas y avoir de liste exhaustive finie des nombres premiers, car on sait (depuis l'Antiquité : voir Théorème d'Euclide sur les nombres premiers) qu'il en existe une infinité. On ne connaît d’ailleurs pas de formules simples pour produire de telles listes ; la recherche de formules approchées a amené à l’important théorème des nombres premiers. La notion de nombre premier est une notion de base en arithmétique élémentaire : le théorème fondamental de l'arithmétique assure qu'un nombre composé est factorisable en un produit de nombres premiers, et que cette factorisation est unique à l'ordre des facteurs près. Elle admet des généralisations importantes, mais délicates, dans des branches des mathématiques plus avancées, comme la théorie algébrique des nombres, qui prennent ainsi à leur tour l'appellation d'arithmétique. Par ailleurs, de nombreuses applications industrielles de l'arithmétique reposent sur la connaissance algorithmique des nombres premiers, et parfois plus précisément sur la difficulté des problèmes algorithmiques qui leur sont liés ; c'est le cas de certains systèmes cryptographiques et des méthodes de transmission de l'information. Les nombres premiers sont aussi utilisés pour construire des tables de hachage et pour constituer des générateurs de nombres pseudo-aléatoires. Découvert le 7 décembre 2018, le plus grand nombre premier connu est le 282 589 933 – 1, qui comporte plus de 24 millions de chiffres en écriture décimale. (fr)
dbo:thumbnail
dbo:wikiPageExternalLink
dbo:wikiPageID
  • 9239 (xsd:integer)
dbo:wikiPageLength
  • 63490 (xsd:nonNegativeInteger)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 191307712 (xsd:integer)
dbo:wikiPageWikiLink
prop-fr:année
  • 1953 (xsd:integer)
  • 1969 (xsd:integer)
  • 1993 (xsd:integer)
  • 1996 (xsd:integer)
  • 1997 (xsd:integer)
  • 2000 (xsd:integer)
  • 2008 (xsd:integer)
  • 2009 (xsd:integer)
  • 2014 (xsd:integer)
prop-fr:annéePremièreÉdition
  • 1997 (xsd:integer)
prop-fr:auteur
prop-fr:collection
prop-fr:commons
  • Category:Prime numbers (fr)
  • Category:Prime numbers (fr)
prop-fr:fr
  • Jakob Philipp Kulik (fr)
  • Jakob Philipp Kulik (fr)
prop-fr:isbn
  • 2 (xsd:integer)
  • 0978-02-10 (xsd:date)
prop-fr:langue
  • de (fr)
  • en (fr)
  • fr (fr)
  • de (fr)
  • en (fr)
  • fr (fr)
prop-fr:libellé
  • Cohen 1993 (fr)
  • Gouvêa 1997 (fr)
  • Ribenboim 1996 (fr)
  • Cohen 1993 (fr)
  • Gouvêa 1997 (fr)
  • Ribenboim 1996 (fr)
prop-fr:lienAuteur
  • Henri Cohen (fr)
  • Henri Cohen (fr)
prop-fr:lieu
  • Paris (fr)
  • Paris (fr)
prop-fr:nom
  • Cohen (fr)
  • Cohen (fr)
prop-fr:numéroD'édition
  • 2 (xsd:integer)
  • 3 (xsd:integer)
prop-fr:numéroDansCollection
  • 571 (xsd:integer)
prop-fr:pagesTotales
  • 127 (xsd:integer)
  • 170 (xsd:integer)
prop-fr:prénom
  • Henri (fr)
  • Henri (fr)
prop-fr:référence
  • Référence:Computational algebraic number theory (fr)
  • Référence:Computational algebraic number theory (fr)
prop-fr:référenceSimplifiée
  • Référence:p-adic numbers (fr)
  • Référence:p-adic numbers (fr)
prop-fr:site
  • www.math93.com (fr)
  • www.math93.com (fr)
prop-fr:sousTitre
  • An Introduction (fr)
  • An Introduction (fr)
prop-fr:titre
  • A Course in Computational Algebraic Number Theory (fr)
  • Éléments d'analyse et d'algèbre (fr)
  • Cours d'algèbre. Primalité, divisibilité, codes (fr)
  • Les Nombres Premiers (fr)
  • Les Nombres premiers, entre l'ordre et le chaos (fr)
  • P-adic Numbers (fr)
  • The New Book of Prime Number Records (fr)
  • A Course in Computational Algebraic Number Theory (fr)
  • Éléments d'analyse et d'algèbre (fr)
  • Cours d'algèbre. Primalité, divisibilité, codes (fr)
  • Les Nombres Premiers (fr)
  • Les Nombres premiers, entre l'ordre et le chaos (fr)
  • P-adic Numbers (fr)
  • The New Book of Prime Number Records (fr)
prop-fr:trad
  • Jakob Philipp Kulik (fr)
  • Jakob Philipp Kulik (fr)
prop-fr:url
  • https://www.math93.com/index.php/histoire-des-maths/histoire-des-nombres/les-nombres-remarquables/167-premiers-les-nombres|titre=Les nombres premiers (fr)
  • https://www.math93.com/index.php/histoire-des-maths/histoire-des-nombres/les-nombres-remarquables/167-premiers-les-nombres|titre=Les nombres premiers (fr)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:wikt
  • nombre premier (fr)
  • nombre premier (fr)
prop-fr:éditeur
dct:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs. Ces deux diviseurs sont 1 et le nombre considéré, puisque tout nombre a pour diviseurs 1 et lui-même (comme le montre l’égalité n = 1 × n), les nombres premiers étant ceux qui ne possèdent pas d'autre diviseur. Par exemple, le nombre entier 7 est premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers et positifs de 7. Tout nombre pair étant multiple de 2, les nombres premiers sont par conséquent tous impairs, excepté le nombre 2 lui-même. De plus, tout nombre se terminant par 5 étant un multiple de ce dernier, les nombres premiers (hormis 2 et 5) se terminent tous par 1, 3, 7 ou 9. (fr)
  • Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs. Ces deux diviseurs sont 1 et le nombre considéré, puisque tout nombre a pour diviseurs 1 et lui-même (comme le montre l’égalité n = 1 × n), les nombres premiers étant ceux qui ne possèdent pas d'autre diviseur. Par exemple, le nombre entier 7 est premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers et positifs de 7. Tout nombre pair étant multiple de 2, les nombres premiers sont par conséquent tous impairs, excepté le nombre 2 lui-même. De plus, tout nombre se terminant par 5 étant un multiple de ce dernier, les nombres premiers (hormis 2 et 5) se terminent tous par 1, 3, 7 ou 9. (fr)
rdfs:label
  • Nombre premier (fr)
  • Nombre premier (fr)
rdfs:seeAlso
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:homepage
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:namedAfter of
is dbo:wikiPageDisambiguates of
is dbo:wikiPageRedirects of
is dbo:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:diviseurs of
is prop-fr:décomposition of
is foaf:primaryTopic of