Les lois constitutionnelles de 1875 sont les trois lois de nature constitutionnelle votées en France par l'Assemblée nationale entre février et juillet 1875 qui instaurent définitivement la Troisième République (auparavant, elle n'avait été qu'ébauchée par des lois qui répondaient à des problèmes ponctuels, comme la loi Rivet, ou encore la loi du 20 novembre 1873).Au total, trois lois constitutionnelles viennent organiser le régime républicain : la loi du 24 février 1875, sur l'organisation du Sénat ; la loi du 25 février 1875, sur l'organisation des pouvoirs publics ; la loi du 16 juillet 1875, sur les rapports entre les pouvoirs publics.Ces trois lois seront légèrement modifiées par la suite.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Les lois constitutionnelles de 1875 sont les trois lois de nature constitutionnelle votées en France par l'Assemblée nationale entre février et juillet 1875 qui instaurent définitivement la Troisième République (auparavant, elle n'avait été qu'ébauchée par des lois qui répondaient à des problèmes ponctuels, comme la loi Rivet, ou encore la loi du 20 novembre 1873).Au total, trois lois constitutionnelles viennent organiser le régime républicain : la loi du 24 février 1875, sur l'organisation du Sénat ; la loi du 25 février 1875, sur l'organisation des pouvoirs publics ; la loi du 16 juillet 1875, sur les rapports entre les pouvoirs publics.Ces trois lois seront légèrement modifiées par la suite. C'est la première et la dernière fois qu'un régime républicain, en France, n'est pas organisé par une véritable constitution, bien que l'on ait l’habitude de les appeler, par simplification, « constitution de 1875 ».Elles n'ont été juridiquement abrogées que lors de la promulgation de la constitution du 27 octobre 1946. Toutefois, leur application a été suspendue de facto entre le 10 juillet 1940 — date du vote des pleins pouvoirs à Pétain, qui devait d'ailleurs mettre en place, selon les termes de la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940, une nouvelle constitution, qui n'a jamais vu le jour — et la promulgation de la constitution de la Quatrième République. La loi constitutionnelle du 2 novembre 1945 établit en effet un gouvernement provisoire, maintenant les lois constitutionnelles de 1875 dans leur non-application.
  • Las leyes constitucionales francesas de 1875 son las votadas en Francia por la Asamblea Nacional, electa en 1871, entre febrero y julio de 1875, mediante las que se instauró definitivamente la Tercera República francesa. Anteriormente, de 1871 a 1873, se habían aprobadas leyes que resolvían problemas puntuales, tales como la Ley de Rivet de 1871 (crea el cargo de Presidente de la República y establece sus poderes), Ley de Broglie de 1873 (modifica la modalidad de comunicación entre el Presidente y la Asamblea Nacional) y la Ley del 20 de noviembre de 1873 que establece un mando de 7 años para el Presidente.Tres leyes constitucionales organizaron el régimen republicano: La ley del 24 de febrero de 1875, sobre la organización del Senado. La ley del 25 de febrero de 1875, sobre la organización de los poderes públicos. la ley del 16 de julio de 1875, sobre las relaciones entre los poderes públicos.Fue la primera y última vez que una república francesa no quedó definida u organizada por una verdadera constitución.«Las leyes constitucionales de 1875 son una obra modesta, fruto de concesiones mutuas. La experiencia demostró que resultaron más viables que otras constituciones más ambiciosas.»Estas tres leyes serían ligeramente modificadas o reformadas. Estas reformas fueron las siguientes: Ley del 21 de junio de 1879. Deroga artículo 9 de la Ley del 25 de febrero, que establecía Versalles como sede del Gobierno y de la Asamblea Nacional; Ley del 24 a de agosto de 1884. Reduce de 3 a 2 meses la elección de la cámaras legislativas en caso de ser disueltas. Reforma del Senado que pasa a ser electo integralmente. La forma republicana de gobierno no puede ser objeto de revisión constitucional y los miembros de las familias que reinaron Francia son ineligibles a la Presidencia de la República. Ley del 10 de agosto de 1926, que establece que la autonomía en la gestión de cuentas de la defensa nacional y amortización de la deuda pública tiene el carácter constitucional.No fueron derogadas hasta la promulgación de la Constitución del 27 de octubre de 1946, aunque fueron suspendidas «de facto» entre el 10 de julio de 1940, fecha del voto de plenos poderes a Pétain que estableció un régimen de colaboración con el ocupante nazi, y la promulgación de la constitución de la Cuarta República. La ley constitucional del 2 de noviembre de 1945 estableció —en efecto— un gobierno provisional de la República francesa, manteniendo la inaplicabilidad de las leyes constitucionales de 1875 hasta la aprobación de la nueva Constitución.
  • Konstytucja Francji obowiązująca od 1875 roku, tworzyły ją trzy ustawy: "O Organizacji Senatu" – z 24 lutego 1875 roku "O Organizacji Władz Publicznych" – z 25 lutego 1875 roku "O Stosunkach Między Władzami Publicznymi" – z 16 czerwca 1875 roku
  • The Constitutional Laws of 1875 are the laws passed in France by the National Assembly between February and July 1875 which established the Third French Republic.The constitution laws could be roughly divided into three laws: The Act of 24 February 1875 - The organization of the Senate The Act of 25 February 1875 - The organization of government The Act of 16 July 1875 - The relationship between governmentsThis was the only time that a republic in France was not defined or organized by a genuine constitution. The laws were legally revoked only during the promulgation of The French Constitution of 1946.
  • Les lleis Constitucionals Franceses de 1875 són les votades a França per l'Assemblea Nacional, elegida en 1871, entre febrer i juliol de 1875, mitjançant les que es va instaurar definitivament la Tercera República francesa. Anteriorment, de 1871 a 1873, S'havien aprovat lleis que resolien problemes puntuals, tal com la Llei de Rivet de 1871 (crea el càrrec de President de la República i estableix els seus poders), la Llei de Broglie de 1873 (modifica la modalitat de comunicació entre el President i l'Assemblea Nacional) i la Llei del 20 de novembre 1873 que estableix un mandat de 7 anys per el president.Tres Lleis Constitucionals varen organitzar el règim republicà: La llei del 24 de febrer de 1875, sobre l'organització del Senat. La llei del 25 de febrer de 1875, sobre l'organització dels poders públics. La llei del 16 de juliol de 1875, sobre les relacions entre els poders públics.Va ser la primera i única vegada que una república francesa no va quedar definida o organitzada mitjançant una veritable constitució. Aquestes tres lleis serien lleugerament modificades o reformades. Aquestes reformes varen ser: Llei del 21 de juny de 1879. Deroga l'article 9 de la llei del 25 de febrer, que establia Versalles com a seu del Govern i de l'Assemblea Nacional. Llei del 24 d'agost de 1884. Reduir de 3 a 2 mesos l'elecció de les Càmeres Legislatives en cas de ser dissoltes. Reforma del Senat que passa a ser electe integralment. La forma republicana de govern no pot ser objecte de revisió constitucional i els membres de les famílies que regnen França no són elegibles a la Presidència de la República. Llei del 10 d'agost de 1926, que estableix que l'autonomia en la gestió de comptes de la defensa nacional i amortització del deute públic té el caràcter constitucional.No varen ser derogades fins a la promulgació de la constitució del 27 d'octubre de 1946, encara que foren suspeses «de facto» entre el 10 de juliol de 1940, data del vot de plens poders a Pétain que va establir un règim de col·laboració amb l'ocupant nazi, i la promulgació de la constitució de la Quarta República. La llei constitucional del 2 de novembre de 1945 va establir un govern provisional de la República Francesa, mantenint la inaplicabilitat de les lleis constitucionals de 1875 fins a l'aprovació de la nova Constitució.
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 527484 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 139998 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 673 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109629153 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:abrogation
  • 1946-10-27 (xsd:date)
prop-fr:adoption
  • 1875 (xsd:integer)
prop-fr:align
  • center
  • left
  • right
prop-fr:alignt
  • center
prop-fr:branche
prop-fr:colonnes
  • 2 (xsd:integer)
prop-fr:contenu
  • 900 (xsd:integer)
  • 0001-02-17 (xsd:date)
prop-fr:couleurbordure
  • #77CCFF
prop-fr:couleurfondt
  • #FBFBFB
prop-fr:date
  • 2006-08-13 (xsd:date)
prop-fr:désignationCourte
  • Lois constitutionnelles de 1875
prop-fr:groupe
  • "N"
prop-fr:icône
  • Nuvola apps important.svg
prop-fr:langue
prop-fr:lien
prop-fr:lireEnLigne
prop-fr:légende
  • 0001-02-21 (xsd:date)
  • 0001-07-16 (xsd:date)
  • 1879-02-06 (xsd:date)
  • La raison de la suprématie dans l'opinion de la chambre basse sur la chambre haute, selon Victor de Broglie en 1872.
  • Albert de Broglie sur les pouvoirs spécifiques que la constitution de 1875 donne au président de la République.
  • Propos de Charles Benoist sur la toute-puissance de la Chambre des députés, en 1893.
  • Léon Gambetta évoque le vote des lois constitutionnelles en 1875 grâce à la devant le péril bonapartiste.
  • Considérations de Prévost-Paradol sur l'équilibre entre le pouvoir du gouvernement et le pouvoir du parlement.
  • Considérations de Lucien-Anatole Prévost-Paradol sur la dissolution.
  • Jean-Jacques Chevallier explique les motivations de la procédure de révision, simple au possible.
prop-fr:modifications
  • 0001-06-21 (xsd:date)
  • 0001-07-10 (xsd:date)
prop-fr:niveau
  • information
prop-fr:oldid
  • 9271800 (xsd:integer)
prop-fr:palign
  • justify
prop-fr:précédent
  • Constitution française de 1852
prop-fr:suivant
  • 0001-10-27 (xsd:date)
prop-fr:texte
  • 0001-02-06 (xsd:date)
  • 0001-02-25 (xsd:date)
  • 0001-07-10 (xsd:date)
  • [Gambetta vient d'évoquer la remontée du bonapartisme dans les élections] […] et, comme toujours, on fit appel à la seule force qui soit, dans ce pays, en état de refouler les coupe-jarrets du despotisme. ' On fit appel à la République. Il devint possible de constituer une majorité d'honnêtes gens, de citoyens dévoués, dont les uns ont fait de réels sacrifices d'opinion, les autres des concessions de position, tandis que d'autres enfin consentaient à différer la réalisation immédiate de leurs tendances politiques. Messieurs, il faut dire la vérité, c'est par horreur du césarisme, cette hideuse lèpre qui menaçait de nouveau d'envahir la France, ' c'est pour en finir avec un provisoire mortel et irritant qui empoisonnait jusqu'aux sources mêmes de la vie nationale, que l'on se décida enfin à écouter la voix du suffrage universel. Aux approches du péril, les illusions tombèrent, les yeux s'ouvrirent, les hommes de bonne volonté et de bonne foi se confièrent résolument à la démocratie et à son esprit, et la République fut faite.
  • En revanche, rien de plus simple que la responsabilité ministérielle sous la monarchie constitutionnelle dont elle est le principal ressort, et ce mécanisme est devenu si familier dans notre siècle aux esprits éclairés, que l'expliquer est presque inutile. […] Dans ce système de gouvernement, le ministère est homogène en même temps que responsable. Il a pour chef un président du conseil qui, investi de la confiance de la majorité, a librement choisi ses collègues. […] Constitué de la sorte, administrant les affaires publiques sous la direction de son chef et soumis, pour l'ensemble et le détail de sa conduite, au contrôle quotidien du Parlement, il nous semble que le ministère offrirait à la fois au pays les avantages du gouvernement le plus fort qu'on pût concevoir et toutes les garanties inséparables pour le respect de la liberté générale. D'une part, ce cabinet appuyé sur la majorité parlementaire, pourrait tout faire, excepté, selon le dicton constitutionnel de nos voisins, de changer un homme en femme ; d'autre part, il aurait pour frein constant et puissant, l'entier exercice de la liberté parlementaire et la surveillance jalouse du parti qu'il a remplacé au pouvoir et qui aspire à l'y remplacer à son tour.
  • […] on ne peut se dispenser de remarquer que deux des ressorts qui paraissent [destinés à assurer le jeu des mécanismes constitutionnels dévolus au président] n'ont jamais figuré en aucun temps, en aucun pays, dans la législation républicaine. […] Nulle part, dans aucune [des républiques de l'Histoire], on ne trouvera rien de semblable, rien même d'analogue soit au droit remis au chef de l'État de dissoudre la représentation nationale, soit à l'exception qui, le soustrayant à la condition commune des citoyens, le décharge de la responsabilité de ses actes, et rend ainsi sa personne intangible et inviolable.
  • Cet excès d'attention qui se porte naturellement vers l'une des deux chambres au détriment de l'autre tient sans doute à plus d'une cause. L'une est populaire à certain degré, l'autre affecte à certain degré l'aristocratie. Ici le mouvement ; là le temps d'arrêt ; d'un côté, l'ardeur, la passion ; de l'autre le discernement, la mesure ; il ne faut pas s'étonner si le public, livré à lui-même, se montre plus amoureux d'émotions que de bons conseils. Mais là néanmoins n'est pas la vraie cause du mal. La vraie cause, la cause pratique, c'est la faiblesse habituelle, ou plutôt, c'est la timidité naturelle du pouvoir exécutif qui s'efforce de désarmer les résistances au lieu de travailler virilement à les surmonter. Les embarras pour lui sont dans la Chambre élective ; là est le foyer des rivalités, des prétentions, des ambitions ; là l'esprit de parti, la vivacité des intérêts, l'obstination des préjugés.
  • Si, au contraire, le dernier mot reste à l'assemblée populaire, c'est la nation même qui prononce sur son sort par ses représentants, avec cet avantage que la nation peut toujours modifier son jugement en renouvelant ses représentants au moyen d'élections générales. Non seulement le retour périodique de ces élections doit être déterminé par la loi , mais, de plus, il est sage de concéder au pouvoir exécutif, en cas de dissentiment avec l'Assemblée populaire, le droit de consulter extraordinairement la nation par des élections générales faites en dehors des époques déterminées par la loi, avec cette restriction pourtant que cette seconde décision de la nation ainsi consultée est sans appel, c'est-à-dire que le même ministère ne doit point avoir le droit de dissoudre de nouveau une Assemblée élue à la suite d'une dissolution qu'il aura prononcée lui-même. Le ministère devra donc se rendre sans hésitation à ce jugement d'appel et au verdict national qu'il aura lui-même sollicités, et déposer aussitôt le pouvoir si l'opinion de l'Assemblée, renouvelée sur sa demande, lui est demeurée contraire.
  • sur Gallica
  • sur Wikisource
  • On trouvera à la fin de cet article détaillé une synthèse des pouvoirs de chaque organe institutionnel pour ceux qui souhaitent aller à l'essentiel.
  • Le président de 1848 était tout-puissant ; le président tel que l'a voulu l'Assemblée nationale est réduit à l'impuissance. Pourquoi ? L'article 64 de la Constitution de 1848 donnait expressément au président le droit de nommer et de révoquer ses ministres parce qu'il dispensait du contreseing les actes par lesquels le président les nommait ou les révoquait ; depuis 1875, même un décret révoquant un ministre doit être contresigné. Par qui ? C'est ce qui reste à trouver. Si le maréchal de Mac-Mahon a obtenu la démission de Jules Simon, aucun de ses successeurs n'a cru affirmer son autorité en s'exposant à implorer en vain la retraite d'un ministre. Quand les ministres sont les interprètes des volontés de la majorité du Parlement, il est du reste facile d'apercevoir à qui resterait, en cas de conflit entre le président et le cabinet, la victoire finale.
prop-fr:titre
  • 0001-02-24 (xsd:date)
  • Organigramme des institutions la Troisième République
  • Note importante
  • Organigramme du fonctionnement dans les faits de la République
  • Tableau récapitulatif des modifications du nombre de délégués sénatoriaux
  • Les lois et décrets provisoires de la Troisième République
prop-fr:typeDeNorme
  • Loi constitutionnelle
prop-fr:width
  • 300 (xsd:integer)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:wikisource
  • Lois constitutionnelles de 1875
  • Lois constitutionnelles de 1875 révisées
prop-fr:wikisourceTitre
  • Lois constitutionnelles de 1875
  • Les lois constitutionnelles modifiées par leurs révisions ultérieures
dcterms:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Les lois constitutionnelles de 1875 sont les trois lois de nature constitutionnelle votées en France par l'Assemblée nationale entre février et juillet 1875 qui instaurent définitivement la Troisième République (auparavant, elle n'avait été qu'ébauchée par des lois qui répondaient à des problèmes ponctuels, comme la loi Rivet, ou encore la loi du 20 novembre 1873).Au total, trois lois constitutionnelles viennent organiser le régime républicain : la loi du 24 février 1875, sur l'organisation du Sénat ; la loi du 25 février 1875, sur l'organisation des pouvoirs publics ; la loi du 16 juillet 1875, sur les rapports entre les pouvoirs publics.Ces trois lois seront légèrement modifiées par la suite.
  • Konstytucja Francji obowiązująca od 1875 roku, tworzyły ją trzy ustawy: "O Organizacji Senatu" – z 24 lutego 1875 roku "O Organizacji Władz Publicznych" – z 25 lutego 1875 roku "O Stosunkach Między Władzami Publicznymi" – z 16 czerwca 1875 roku
  • Las leyes constitucionales francesas de 1875 son las votadas en Francia por la Asamblea Nacional, electa en 1871, entre febrero y julio de 1875, mediante las que se instauró definitivamente la Tercera República francesa.
  • The Constitutional Laws of 1875 are the laws passed in France by the National Assembly between February and July 1875 which established the Third French Republic.The constitution laws could be roughly divided into three laws: The Act of 24 February 1875 - The organization of the Senate The Act of 25 February 1875 - The organization of government The Act of 16 July 1875 - The relationship between governmentsThis was the only time that a republic in France was not defined or organized by a genuine constitution.
  • Les lleis Constitucionals Franceses de 1875 són les votades a França per l'Assemblea Nacional, elegida en 1871, entre febrer i juliol de 1875, mitjançant les que es va instaurar definitivament la Tercera República francesa.
rdfs:label
  • Lois constitutionnelles de 1875
  • French Constitutional Laws of 1875
  • Konstytucja III Republiki
  • Leyes constitucionales francesas de 1875
  • Lleis constitucionals franceses de 1875
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:type of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:constitution of
is prop-fr:evt of
is skos:subject of
is foaf:primaryTopic of