Property Value
dbo:abstract
  • En Grèce antique, la polis (en grec ancien πόλις / pólis ; « cité » dans l'étymologie latine « civitas » ; au pluriel poleis) n'est pas une cité-État, le mot « État » étant anachronique, mais une communauté de citoyens libres et autonomes, le corps social lui-même, l'expression de la conscience collective des Grecs. Dans la pensée grecque antique, la cité représente avant tout une structure humaine et sociale, et non une organisation administrative : il n’y a pas d’État indépendamment d’une communauté humaine concrète. C’est la raison pour laquelle les cités sont désignées, dans la langue grecque, par le nom de leur peuple : la cité d'Athènes n'existe pas en tant que telle, on parle de la « cité des Athéniens », tout comme Sparte est la cité des Lacédémoniens. Selon la formule d’Aristote dans le Politique, la cité est une communauté (κοινωνία) « d'animaux politiques » réunis par le choix (προαίρεσις) non pas seulement de vivre ensemble mais de « bien vivre », εὖ ζῆν, en vue d’une vie parfaite et autarcique. Cette vie commune et parfaite est assurée d’abord et surtout par « la vertu de justice, vertu politique par excellence », (ἡ δικαιοσύνη πολιτικόν), et consolidée par la référence à un même passé mythique, à des héros communs, à des rites et des lois intégrées et partagées. Le caractère autonome de ces cités a été favorisé par le relief accidenté du pays (reliefs de type alpin ; forte activité tectonique), entravant les communications, et renforçant ainsi l'autarcie des cités. Toutefois aucun déterminisme géographique n'explique cette structure originale. Sa formation est un processus long et complexe. La notion de polis peut ainsi recouvrir trois réalités superposables et peut apparaître comme : * une donnée sociale, comprise comme une communauté d'ayants droit, libres et autonomes, fortement structurée : le corps des citoyens. La polis est alors comprise comme une entité politique et même comme le cadre de l'émergence du politique ; * une donnée spatiale, un site qui noue de manière insécable une ville à son territoire et un écosystème. La polis est alors comprise comme une entité physique ; * un État souverain, doté de pouvoirs régaliens, qui joue un rôle sur la scène internationale. (fr)
  • En Grèce antique, la polis (en grec ancien πόλις / pólis ; « cité » dans l'étymologie latine « civitas » ; au pluriel poleis) n'est pas une cité-État, le mot « État » étant anachronique, mais une communauté de citoyens libres et autonomes, le corps social lui-même, l'expression de la conscience collective des Grecs. Dans la pensée grecque antique, la cité représente avant tout une structure humaine et sociale, et non une organisation administrative : il n’y a pas d’État indépendamment d’une communauté humaine concrète. C’est la raison pour laquelle les cités sont désignées, dans la langue grecque, par le nom de leur peuple : la cité d'Athènes n'existe pas en tant que telle, on parle de la « cité des Athéniens », tout comme Sparte est la cité des Lacédémoniens. Selon la formule d’Aristote dans le Politique, la cité est une communauté (κοινωνία) « d'animaux politiques » réunis par le choix (προαίρεσις) non pas seulement de vivre ensemble mais de « bien vivre », εὖ ζῆν, en vue d’une vie parfaite et autarcique. Cette vie commune et parfaite est assurée d’abord et surtout par « la vertu de justice, vertu politique par excellence », (ἡ δικαιοσύνη πολιτικόν), et consolidée par la référence à un même passé mythique, à des héros communs, à des rites et des lois intégrées et partagées. Le caractère autonome de ces cités a été favorisé par le relief accidenté du pays (reliefs de type alpin ; forte activité tectonique), entravant les communications, et renforçant ainsi l'autarcie des cités. Toutefois aucun déterminisme géographique n'explique cette structure originale. Sa formation est un processus long et complexe. La notion de polis peut ainsi recouvrir trois réalités superposables et peut apparaître comme : * une donnée sociale, comprise comme une communauté d'ayants droit, libres et autonomes, fortement structurée : le corps des citoyens. La polis est alors comprise comme une entité politique et même comme le cadre de l'émergence du politique ; * une donnée spatiale, un site qui noue de manière insécable une ville à son territoire et un écosystème. La polis est alors comprise comme une entité physique ; * un État souverain, doté de pouvoirs régaliens, qui joue un rôle sur la scène internationale. (fr)
dbo:thumbnail
dbo:wikiPageExternalLink
dbo:wikiPageID
  • 75185 (xsd:integer)
dbo:wikiPageLength
  • 21927 (xsd:nonNegativeInteger)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 190775674 (xsd:integer)
dbo:wikiPageWikiLink
prop-fr:année
  • 1970 (xsd:integer)
prop-fr:auteur
prop-fr:collection
  • L’Évolution de l’humanité (fr)
  • L’Évolution de l’humanité (fr)
prop-fr:id
  • g (fr)
  • g (fr)
prop-fr:langue
  • fr (fr)
  • fr (fr)
prop-fr:pagesTotales
  • 476 (xsd:integer)
prop-fr:plume
  • oui (fr)
  • oui (fr)
prop-fr:sousTitre
  • Le Développement des institutions (fr)
  • Le Développement des institutions (fr)
prop-fr:titre
  • La Cité grecque (fr)
  • La Cité grecque (fr)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:wiktionary
  • polis (fr)
  • πόλις (fr)
  • polis (fr)
  • πόλις (fr)
prop-fr:wiktionaryTitre
  • polis (fr)
  • polis (fr)
prop-fr:éditeur
dct:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • En Grèce antique, la polis (en grec ancien πόλις / pólis ; « cité » dans l'étymologie latine « civitas » ; au pluriel poleis) n'est pas une cité-État, le mot « État » étant anachronique, mais une communauté de citoyens libres et autonomes, le corps social lui-même, l'expression de la conscience collective des Grecs. Dans la pensée grecque antique, la cité représente avant tout une structure humaine et sociale, et non une organisation administrative : il n’y a pas d’État indépendamment d’une communauté humaine concrète. C’est la raison pour laquelle les cités sont désignées, dans la langue grecque, par le nom de leur peuple : la cité d'Athènes n'existe pas en tant que telle, on parle de la « cité des Athéniens », tout comme Sparte est la cité des Lacédémoniens. (fr)
  • En Grèce antique, la polis (en grec ancien πόλις / pólis ; « cité » dans l'étymologie latine « civitas » ; au pluriel poleis) n'est pas une cité-État, le mot « État » étant anachronique, mais une communauté de citoyens libres et autonomes, le corps social lui-même, l'expression de la conscience collective des Grecs. Dans la pensée grecque antique, la cité représente avant tout une structure humaine et sociale, et non une organisation administrative : il n’y a pas d’État indépendamment d’une communauté humaine concrète. C’est la raison pour laquelle les cités sont désignées, dans la langue grecque, par le nom de leur peuple : la cité d'Athènes n'existe pas en tant que telle, on parle de la « cité des Athéniens », tout comme Sparte est la cité des Lacédémoniens. (fr)
rdfs:label
  • Polis (fr)
  • Polis (fr)
rdfs:seeAlso
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:isPartOf of
is dbo:mainArticleForCategory of
is dbo:wikiPageDisambiguates of
is dbo:wikiPageRedirects of
is dbo:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:nomRégion of
is prop-fr:type of
is foaf:primaryTopic of