L’Union pour la Calédonie dans la France (UCF) est une alliance politique de plusieurs partis de la droite anti-indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, formée en octobre 2013.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L’Union pour la Calédonie dans la France (UCF) est une alliance politique de plusieurs partis de la droite anti-indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, formée en octobre 2013. Elle est constituée du Mouvement populaire calédonien (MPC, dissidence depuis mars 2013 du Rassemblement-UMP qui a longtemps été le principal parti historique défendant le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France jusqu'en 2004, associé à l'UMP en décembre 2013) du premier adjoint au maire de Nouméa et ancien député Gaël Yanno, du Rassemblement pour la Calédonie (RPC, formé en 2006 par des dissidents du Rassemblement-UMP restés fidèles à son fondateur et ancien chef historique de la droite anti-indépendantiste, Jacques Lafleur, proche de Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan) d'Isabelle Lafleur et du Mouvement républicain calédonien (MRC, fondé en 2011 sur une base libérale par certains membres du Collectif pour un drapeau commun) du conseiller municipal de Nouméa Philippe Blaise. Elle vise à former une union capable de faire front face aux indépendantistes et défendre de manière plus ferme « un socle commun de valeurs » sur lesquels ils considèrent que les anti-indépendantistes ne doivent pas transiger, mais elle s'oppose au sein du camp anti-indépendantiste à Calédonie ensemble (dissidence de 2008 de l'Avenir ensemble) du député UDI Philippe Gomès et à l'« Engagement pour une Calédonie dans la France » (ECF) ou « Front pour l'unité » (FPU) regroupant autour du Rassemblement-UMP du sénateur Pierre Frogier l'Avenir ensemble du président sortant du gouvernement Harold Martin, le Mouvement de la diversité (LMD, fondé en 2008 par des dissidents du RPC) de l'ancien sénateur Simon Loueckhote, le représentant local du MoDem Didier Leroux (ancien de l'Avenir ensemble) et l'Union pour un destin calédonien (UDC, limité depuis 2012 surtout à une dissidente du RPC) de Nathalie Brizard. Elle s'appuie sur très peu d'élus au niveau territorial (1 membre du Congrès) et provincial (2 élus à l'Assemblée de la Province Sud), issus uniquement du MPC, mais est fortement représentée au conseil municipal de Nouméa (21 conseillers sur 53, dont 20 MPC et 1 MRC). Ses candidatures pour les échéances électorales de 2014 (municipales et provinciales) prennent le nom d'« Union pour la Calédonie dans la France » pour les secondes et d'« Union pour » suivi du nom de la commune concernée pour les premières.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 7693563 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 29554 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 394 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109888507 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:congrès
  • Isabelle Champmoreau
prop-fr:couleurBoîte
  • bleu
prop-fr:couleurs
prop-fr:fondation
  • 2013-10-17 (xsd:date)
prop-fr:idéologie
prop-fr:nom
  • Union pour la Calédonie dans la France
prop-fr:partis
prop-fr:siteWeb
prop-fr:siège
  • 98800 (xsd:integer)
  • Rue Louis Blériot, Anse Vata
  • Tour Isle-de-France
prop-fr:taille
  • 200 (xsd:integer)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:élections
dcterms:subject
rdfs:comment
  • L’Union pour la Calédonie dans la France (UCF) est une alliance politique de plusieurs partis de la droite anti-indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, formée en octobre 2013.
rdfs:label
  • Union pour la Calédonie dans la France
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:homepage
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:coalition of
is prop-fr:parti of
is foaf:primaryTopic of