Le tréma est un signe diacritique de l'alphabet latin moderne. Son nom lui vient directement du grec trêma, trêmatos qui signifie "trou" ou "points sur un dé". Le tréma est utilisé en langue française dans les cas suivants : au-dessus d'un e, d'un i ou d'un u dans certains adjectifs et noms communs au-dessus d'un y dans quelques noms propres (toponymes et patronymes) : Aÿ, Moÿ-de-l'Aisne, Faÿ-lès-Nemours, L'Haÿ-les-Roses, etc.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le tréma est un signe diacritique de l'alphabet latin moderne. Son nom lui vient directement du grec trêma, trêmatos qui signifie "trou" ou "points sur un dé". Le tréma est utilisé en langue française dans les cas suivants : au-dessus d'un e, d'un i ou d'un u dans certains adjectifs et noms communs au-dessus d'un y dans quelques noms propres (toponymes et patronymes) : Aÿ, Moÿ-de-l'Aisne, Faÿ-lès-Nemours, L'Haÿ-les-Roses, etc. au-dessus d'un u et d'un o dans des emprunts à des langues étrangères (souvent, l'allemand) dont on a gardé l'orthographe.Il possède plusieurs fonctions : il indique qu'il faut prononcer séparément deux graphèmes au lieu de les considérer comme un digramme (diérèse) ; il rend une voyelle muette ; il représente un signe d'umlaut germanique.Assez rare en français, le tréma se rencontre par exemple dans les mots suivants : aiguë*, ambiguë*, ambiguïté*, béguë*, bisaiguë*, ciguë*, contiguë*, exiguë*, boësse, boëte, canoë, foëne, maërl, moëre, Azraël, Gaël, Gwenaël, Ismaël, Joël, Judicaël, Michaël, Moïse, Nathanaël, Noël, Raphaël, Staël, Maëline. Les mots goëland et poëme de graphie archaïque peuvent exister dans le langage poétique ; aïe, aïeul, amuïssement, stoïle, naïf, païen, pagaïe (variante de pagaille), baïonnette, coïncider, stoïque, archaïque, haïr, ouïe, ouïr, astéroïde, maïs, paranoïa, voltaïque, laïc, Loïc, Maïlys, etc. ; capharnaüm, Ésaü, Emmaüs, Saül.(*) Pour montrer que le u dans -gu se prononce, les rectifications orthographiques du français en 1990 recommandent, pour les mots marqués d'un astérisque, le tréma sur le u et non plus sur la voyelle le suivant. Toujours dans la même optique, elles recommandent également les graphies à tréma crapaüter, argüer, gageüre, mangeüre, rongeüre, vergeüre au lieu de crapahuter, arguer, gageure, mangeure, rongeure, vergeure.
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 188386 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 5851 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 46 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 108875305 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Le tréma est un signe diacritique de l'alphabet latin moderne. Son nom lui vient directement du grec trêma, trêmatos qui signifie "trou" ou "points sur un dé". Le tréma est utilisé en langue française dans les cas suivants : au-dessus d'un e, d'un i ou d'un u dans certains adjectifs et noms communs au-dessus d'un y dans quelques noms propres (toponymes et patronymes) : Aÿ, Moÿ-de-l'Aisne, Faÿ-lès-Nemours, L'Haÿ-les-Roses, etc.
rdfs:label
  • Tréma en français
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of