En Grèce antique, un thrène (du grec ancien θρῆνος / thrếnos, de θρέομαι / thréomai, « pousser de grands cris ») est une lamentation funèbre chantée lors de funérailles.La première description de thrène se trouve au chant XXIV de l'Iliade, lors de l'exposition du corps d'Hector :« Ils ramenèrent le héros dans sa noble demeureEt le placèrent sur un lit sculpté. À ses côtésVinrent se mettre des chanteurs de thrènes, qui poussèrentLeurs chants plaintifs, ponctués par les longs sanglots des femmes.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • En Grèce antique, un thrène (du grec ancien θρῆνος / thrếnos, de θρέομαι / thréomai, « pousser de grands cris ») est une lamentation funèbre chantée lors de funérailles.La première description de thrène se trouve au chant XXIV de l'Iliade, lors de l'exposition du corps d'Hector :« Ils ramenèrent le héros dans sa noble demeureEt le placèrent sur un lit sculpté. À ses côtésVinrent se mettre des chanteurs de thrènes, qui poussèrentLeurs chants plaintifs, ponctués par les longs sanglots des femmes. »Chanté par des aèdes, le thrène rappelle la vie du défunt ; il alterne avec les gémissements des femmes (γόος / góos). Des sarcophages minoens et mycéniens représentent déjà des chœurs, voire des doubles chœurs d'hommes et de femmes, entourant le cadavre du mort. À l'époque archaïque, Simonide de Céos et Pindare composent des thrènes dont il ne reste plus que des fragments. Le thrène se retrouve également dans la tragédie sous la forme du kommos, chanté par le chœur : Aristote le définit comme « un chant de lamentation (thrênos) commun au chœur et aux acteurs sur scène ».À l'époque de la Renaissance et au-delà, c'est une Lamentation attribuée au prophète Jérémie appartenant à l'office de nuit des trois Jours Saints (les trois jours de la Passion du Christ, aboutissant à la fête de Pâques). Ce texte a été mis en musique, par exemple par Alexandre Agricola au XVe siècle, Thomas Tallis ou Roland de Lassus au XVIe siècle, ou encore par Francesco Durante au XVIIIe siècle, Igor Stravinski au XXe, et par bien d'autres. Krzysztof Penderecki a repris le terme pour son Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima, composé en 1959, de même que Bright Sheng en 2000 pour Nanjing ! Nanjing !, un thrène pour pipa et orchestre commémorant le massacre de Nankin.L'écrivain et scénariste polonais Bohdan Czeszko a écrit une nouvelle dont le titre est Thrène. Voir aussi thrènes contemporains (français) pour un deuil.
  • A threnody is a song, hymn or poem of mourning composed or performed as a memorial to a dead person. The term originates from the Greek word threnoidia, from threnos "wailing" and oide "ode"; ultimately, from the Proto-Indo-European root *wed- ("to speak") that is also the precursor of such words as "ode", "tragedy", "comedy", "parody", "melody" and "rhapsody".Synonyms include "dirge", "coronach", "lament" and "elegy". The Epitaphios Threnos is the lamentation chanted in the Eastern Orthodox Church on Holy Saturday. John Dryden commemorated the death of Charles II of England in the long poem Threnodia Augustalis, and Ralph Waldo Emerson wrote a "Threnody" in memory of his son.
  • El treno (del griego thrênos,lamento), composición de la lírica griega arcaica, es un lamento fúnebre destinado a ser ejecutado por un coro con acompañamiento musical. Se cantaba en ausencia del muerto, al contrario que los epicedios, poemas en lo demás muy afines. Los trenos más conocidos son los de Píndaro y Simónides, que suelen utilizar el lamento por el muerto como punto de partida para la reflexión moral sobre el destino humano.pl:Tren (literatura)
  • Threnos (θρῆνος) oder Threnödie war im antiken Griechenland ein Trauer- oder Klagelied über den Tod eines geliebten Wesens, das bei der Ausstellung der Leichen und dem Leichenbegängnis gesungen wurde.Sie kommen bereits in den homerischen Gedichten bei Hellenen und Troern vor. Später bildete sich der Threnos zu einer eigenen Gattung der Poesie aus, und mehrere Dichter, besonders Pindar und Simonides von Keos, erlangten hohen Ruhm darin.Der polnische Komponist Krzysztof Penderecki widmete seine 1960 für 52 Saiteninstrumente entstandenen gleichnamige Komposition Threnos den Opfern des Atombombenabwurfs von Hiroshima, der Münchner Komponist Ludwig Thuille komponierte seine Threnodie (in memoriam F.v.R.), Op.37 Nr.1, für Klavier auf seinen 1905 verstorbenen Musikerfreund Felix vom Rath. Auch die beiden Klavierstücke mit dem Titel "Aux cyprès de la Villa d'Este" aus dem Troisième année der Années de pèlerinage von Franz Liszt sind vom Komponisten als Thrénodie bezeichnet.
  • En la lírica grega arcaica, el tren (del grec thrênos, lament) és un cant funeral destinat a ser executat per un cor amb acompanyament musical. Es cantava en absència del mort, al contrari que els epicedis. Els trenos més coneguts són els de Píndar i Simònides de Ceos, que solen utilitzar el lament pel mort com a punt de partida per a la reflexió moral sobre el destí humà.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 1031677 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 3172 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 32 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 108935354 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • En Grèce antique, un thrène (du grec ancien θρῆνος / thrếnos, de θρέομαι / thréomai, « pousser de grands cris ») est une lamentation funèbre chantée lors de funérailles.La première description de thrène se trouve au chant XXIV de l'Iliade, lors de l'exposition du corps d'Hector :« Ils ramenèrent le héros dans sa noble demeureEt le placèrent sur un lit sculpté. À ses côtésVinrent se mettre des chanteurs de thrènes, qui poussèrentLeurs chants plaintifs, ponctués par les longs sanglots des femmes.
  • El treno (del griego thrênos,lamento), composición de la lírica griega arcaica, es un lamento fúnebre destinado a ser ejecutado por un coro con acompañamiento musical. Se cantaba en ausencia del muerto, al contrario que los epicedios, poemas en lo demás muy afines. Los trenos más conocidos son los de Píndaro y Simónides, que suelen utilizar el lamento por el muerto como punto de partida para la reflexión moral sobre el destino humano.pl:Tren (literatura)
  • En la lírica grega arcaica, el tren (del grec thrênos, lament) és un cant funeral destinat a ser executat per un cor amb acompanyament musical. Es cantava en absència del mort, al contrari que els epicedis. Els trenos més coneguts són els de Píndar i Simònides de Ceos, que solen utilitzar el lament pel mort com a punt de partida per a la reflexió moral sobre el destí humà.
  • Threnos (θρῆνος) oder Threnödie war im antiken Griechenland ein Trauer- oder Klagelied über den Tod eines geliebten Wesens, das bei der Ausstellung der Leichen und dem Leichenbegängnis gesungen wurde.Sie kommen bereits in den homerischen Gedichten bei Hellenen und Troern vor.
  • A threnody is a song, hymn or poem of mourning composed or performed as a memorial to a dead person. The term originates from the Greek word threnoidia, from threnos "wailing" and oide "ode"; ultimately, from the Proto-Indo-European root *wed- ("to speak") that is also the precursor of such words as "ode", "tragedy", "comedy", "parody", "melody" and "rhapsody".Synonyms include "dirge", "coronach", "lament" and "elegy".
rdfs:label
  • Thrène
  • Threnody
  • Threnos
  • Tren (literatura)
  • Treno
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of