Sonam Topgyal Kazi, Sonam T. Kazi ou Sonam Topgay Kazi (1925 - 2009) était un écrivain et traducteur depuis le tibétain né au Sikkim. Spécialiste du Dzogchen, il a traduit de nombreux ouvrages. Né au Sikkim en 1925, il était le 5e fils de Relon Sonam Dadul Renock Kazi, un officiel du Gouvernement du Sikkim. Durant son enfance, son père qui rencontra à deux reprises le 13e Dalaï Lama, partagea avec lui ses connaissances au sujet du Tibet, éveillant son intérêt pour le bouddhisme tibétain.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Sonam Topgyal Kazi, Sonam T. Kazi ou Sonam Topgay Kazi (1925 - 2009) était un écrivain et traducteur depuis le tibétain né au Sikkim. Spécialiste du Dzogchen, il a traduit de nombreux ouvrages. Né au Sikkim en 1925, il était le 5e fils de Relon Sonam Dadul Renock Kazi, un officiel du Gouvernement du Sikkim. Durant son enfance, son père qui rencontra à deux reprises le 13e Dalaï Lama, partagea avec lui ses connaissances au sujet du Tibet, éveillant son intérêt pour le bouddhisme tibétain. Quand un poste s'est libéré au Tibet, il s'est porté candidat et fut interprète et traducteur auprès de la mission indienne au Tibet entre janvier 1949 et octobre 1955,.Sa première impression lui fait dire : "Existe-t-il un seul autre lieu sur terre où la paix et le bonheur prévalent vraiment ?" Sonam Togpyal Kazi énumère 9 points démontrant que le Tibet était à l'époque libre et indépendant : Le Tibet dispose de sa propre langue, art, culture, et religion. Principalement bouddhiste, la liberté de pratiquer une autre religion (ou aucune) existait. Concernant les Affaires étrangères, il y eut au Tibet des représentants du Gouvernement britannique, puis par la suite du Gouvernement indien, mais aussi du Bhoutan et du Népal. Les Tibétains avaient leur propre monnaie (billets et pièces), qu'ils frappaient eux-mêmes. Il existait un réseau de bureaux de postes tibétain et des tampons d'affranchissement, et il imprimait des timbres postaux de différentes tailles, couleurs et dénominations. Sur les timbres était figuré un lion des neiges, l'emblème du Tibet. Y figuraient également les lettres tibétaines signifiant « Gouvernement du Tibet » et en anglais le mot « Tibet » Le Tibet disposait de ses propres systèmes de communications : télégrammes pour Gyantsé et Yatung, et l'Inde depuis le Bureau de Télégraphe tibétain. Une communication radio existait entre Lhassa et Chamdo et d'autres lieux le long de la frontière de l'est. Une station de radio a aussi diffusé des nouvelles en anglais à Lhassa brièvement en 1950, avant l'arrivée des communistes.Le Tibet disposait d'un service de police pour maintenir loi, et des magistrats dans les villes importantes, avec un système de tribunaux pour la justice. Le Tibet avait aussi ses propres soldats, dont les fonctions étaient les cérémonies et la garde des frontières. Le Tibet avait ses institutions pour traiter des affaires étrangères, intérieures, etc., et distribuait ses propres passeports aux officiels gouvernementaux qui visitaient des pays étrangers, et contrôlait l'entrée des personnes étrangères au pays. Il existait un système médical tibétain. Les vestiges historiques du Tibet démontrent que son indépendance est patente au XIIe siècle et l'on peut remonter au VIIe siècle, sous le règne de Songtsen Gampo.Sonam Togpyal Kazi est retourné en visite au Tibet en 1957-58 en tant que membre d'une délégation indienne pour y envisager un visite du Premier ministre indien Nehru, visite qui a eu lieu en octobre 1958. Sonam Togpyal Kazi a été envoyé par le Gouvernement de l'Inde pour recevoir le 14e Dalaï Lama lors de son arrivée en exil en Inde en 1959. Il fut l'interprète principal du dalaï-lama pendant 13 ans, jusqu'en 1972. Il accueillit Thomas Merton lorsqu'il rendit visite au dalaï-lama à Dharamsala.Sonam Kazi a supervisé certains aspects du montage des films d'Arnaud Desjardins sur les maîtres tibétains, et c'est à ce titre qu'il se rend en France en 1968. Selon Havnevik Hanna, citant Arnaud Desjardins, la fille de Sonam Togpyal Kazi, Jetsun Péma, a été reconnue comme la réincarnation de Jetsun Lochen Rinpoché (Lochen Chönyi Zangmo) par le 14e Dalaï Lama et le 16e Karmapa.
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 4881445 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 6635 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 47 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 92969693 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Sonam Topgyal Kazi, Sonam T. Kazi ou Sonam Topgay Kazi (1925 - 2009) était un écrivain et traducteur depuis le tibétain né au Sikkim. Spécialiste du Dzogchen, il a traduit de nombreux ouvrages. Né au Sikkim en 1925, il était le 5e fils de Relon Sonam Dadul Renock Kazi, un officiel du Gouvernement du Sikkim. Durant son enfance, son père qui rencontra à deux reprises le 13e Dalaï Lama, partagea avec lui ses connaissances au sujet du Tibet, éveillant son intérêt pour le bouddhisme tibétain.
rdfs:label
  • Sonam Topgyal Kazi
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of