Le principe de relativité affirme que les lois physiques s'expriment de manière identique dans tous les référentiels inertiels. Ce qui implique que pour deux expériences préparées de manière identique dans deux référentiels inertiels, les mesures faites sur l'une et l'autre dans leur référentiel respectif sont identiques.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le principe de relativité affirme que les lois physiques s'expriment de manière identique dans tous les référentiels inertiels. Ce qui implique que pour deux expériences préparées de manière identique dans deux référentiels inertiels, les mesures faites sur l'une et l'autre dans leur référentiel respectif sont identiques. Cela ne signifie pas que les mesures au cours d'une expérience sont les mêmes pour les différents observateurs, chacun mesurant depuis son référentiel inertiel respectif, mais cela implique que les mesures faites par les différents observateurs vérifient les mêmes équations, un changement de référentiel pour l'observation intervenant sous la forme de la variation d'un ou plusieurs paramètres dans les équations. On dit que les lois sont « invariantes par changement de référentiel inertiel ».Une généralisation à la base de la relativité générale, et appelée principe de covariance ou principe de relativité générale,, affirme que les lois physiques s'expriment de manière identique dans tous les référentiels (inertiels ou non). On dit alors que les lois sont « covariantes ».D'une théorie à l'autre (physique classique, relativité restreinte ou générale), la formulation du principe a évolué et s'accompagne d'autres hypothèses sur l'espace et le temps, sur les vitesses, etc. Certaines de ces hypothèses étaient implicites ou « évidentes » en physique classique, car conformes à toutes les expériences, et elles sont devenues explicites et plus discutées à partir du moment où la relativité restreinte a été formulée.
  • Un principio di relatività è un criterio di verifica di una qualsiasi teoria fisica, in quanto stabilisce che essa non sia valida se per situazioni simili non prevede le stesse leggi. Vari principi di questo genere sono stati applicati con successo in ogni scienza, sia implicitamente (come nella meccanica newtoniana) sia esplicitamente (come nella relatività speciale e generale di Einstein).Occorre precisare che il principio di relatività si differenzia dalla teoria della relatività, in quanto questa si basa sul principio di relatività, che è un assioma della fisica. La differenza concettuale è sottile, ma non le implicazioni: se si trovasse un sistema di riferimento privilegiato, che invalidi il principio di relatività, andrebbe in frantumi il corpus di teorie fisiche che vi si basano, non solo la relatività speciale o generale, ma anche la fisica quantistica. Tuttavia, alcune versioni della teoria delle stringhe possono ammettere un sistema di riferimento privilegiato, ma solo in una dimensione diversa dalle 4 dello spaziotempo.
  • При́нцип относи́тельности (принцип относительности Эйнштейна) — фундаментальный физический принцип, один из принципов симметрии, согласно которому все физические процессы в инерциальных системах отсчёта протекают одинаково, независимо от того, неподвижна ли система или она находится в состоянии равномерного и прямолинейного движения.Отсюда следует, что все законы природы одинаковы во всех инерциальных системах отсчёта.Частным случаем принципа относительности Эйнштейна является принцип относительности Галилея, который утверждает то же самое, но не для всех законов природы, а только для законов классической механики, подразумевая применимость преобразований Галилея и оставляя открытым вопрос о применимости принципа относительности к оптике и электродинамике.В современной литературе принцип относительности в его применении к инерциальным системам отсчета (чаще всего при отсутствии гравитации или при пренебрежении ею) обычно выступает терминологически как лоренц-ковариантность (или лоренц-инвариантность).
  • Fizikte görelilik ilkesi fiziksel kuramları değerlendirmek için bir kriterdir. (Ayrıca başlangıçta söylemek uygun olur ki; fizikte görelilik ilkesi felsefi anlamda fiziğin bütünü için temel kavramlardan biridir. Dolayısıyla Einstein'in söz konusu özel görelilik ve genel görelilik kuramları ile karıştırmamak gerekir.)Görelilik ilkesi aynı koşullar için öne sürülen fizik yasasının aynı olmaması durumunda bu fizik yasasının eksikliği olduğunu iddea eder. Görelilik ilkesi kapsamındaki ilkeler fiziğin her adımında başarıyla uygulanagelmiştir, üstü kapalı olarak Newton mekaniğinde ve açıkça Einstein'in özel görelilik ve genel görelilik kuramlarında görüldüğü gibi.
  • Un principio de relatividad es un principio general sobre la forma que debe tomar una teoría física. Frecuentemente los principios de relatividad establecen equivalencias entre observadores, de acuerdo con principios de simetría o invariancia entre situaciones físicamente equivalentes. De acuerdo con estos principios una determinada descripción de un fenómeno podría ser incorrecta si no respeta el principio de relatividad básico que define la teoría (así la teoría de la gravitación de Newton era incompatible con el principio de relatividad que definía la Teoría de la Relatividad Especial, razón que llevó a Einstein a formular una nueva teoría de la gravitación como parte de la relatividad general).
  • 相対性原理(そうたいせいげんり, Principle of relativity)は、互いに運動する物体の座標系の間では、物理学の法則が不変な形を保つという原理。次の三つがある。 ガリレイの相対性原理 特殊相対性原理 一般相対性原理
  • In de natuurkunde wordt met het relativiteitsprincipe bedoeld dat de vergelijkingen die de natuurkundige wetten weergeven gelijk moeten zijn in elk gelijkwaardig referentiestelsel.Bijvoorbeeld de wetten van de mechanica zijn hetzelfde voor waarnemers in twee stelsels die eenparig (een beweging die geen versnelling of vertraging kent) ten opzichte van elkaar bewegen. Zulke stelsels noemt men inertiaalstelsels. Anders gezegd: het is voor diezelfde twee waarnemers onmogelijk om aan de hand van de natuurwetten te bepalen wie van beiden een absolute beweging uitvoert of mogelijk stilstaat. Dit heeft als direct gevolg dat er alleen relatieve en geen absolute snelheden bestaan - vandaar de naam relativiteitsprincipe.
  • Obecný princip relativity je tvrzení, že fyzikální zákony jsou stejné ve všech vztažných soustavách.V rámci obecné teorie relativity je obecný princip relativity vyjádřen jedním z postulátů Všechny fyzikální zákony ve všech vztažných soustavách mají stejný tvar a lze je vyjádřit stejnými rovnicemi. Gravitační a setrvačné síly mají stejnou fyzikální podstatu a platí pro ně stejné fyzikální zákony.
  • In physics, the principle of relativity is the requirement that the equations describing the laws of physics have the same form in all admissible frames of reference.For example, in the framework of special relativity the Maxwell equations have the same form in all inertial frames of reference. In the framework of general relativity the Maxwell equations or the Einstein field equations have the same form in arbitrary frames of reference.Several principles of relativity have been successfully applied throughout science, whether implicitly (as in Newtonian mechanics) or explicitly (as in Albert Einstein's special relativity and general relativity).
  • Das Relativitätsprinzip besagt, dass die Naturgesetze für alle Beobachter dieselbe Form haben. Einfache Überlegungen zeigen, dass es aus diesem Grund unmöglich ist, einen bevorzugten oder absoluten Bewegungszustand irgendeines Beobachters oder Objekts festzustellen. Das heißt, es können nur die Bewegungen der Körper relativ zu anderen Körpern, nicht jedoch die Bewegungen der Körper relativ zu einem bevorzugten Bezugssystem festgestellt werden.In der klassischen Physik wie auch in der 1905 von Albert Einstein entworfenen speziellen Relativitätstheorie (SRT) galt dieses Prinzip vorerst nur in Inertialsystemen für die Beschreibung von gleichförmigen und beschleunigten Bewegungen. Beschleunigte Bezugssysteme können zwar auch verwendet werden, jedoch haben Naturgesetze nicht dieselbe einfache Form wie in Inertialsystemen und sind folglich nicht gleichberechtigt mit letzteren. Deswegen wurde im Rahmen der allgemeinen Relativitätstheorie das Prinzip formal auch auf beschleunigte Bezugssysteme erweitert. Gemäß dieser modernen Sichtweise ist die SRT der Spezialfall der ART, bei dem der Einfluss der Gravitation vernachlässigt werden kann, und ist nun ebenfalls gleichermaßen für Inertialsysteme und beschleunigte Bezugssysteme gültig.Galileo Galilei (1632) wird als der Erste angesehen, der dieses Prinzip formuliert hat.Er hatte ausschließlich mechanische Vorgänge im Blick und argumentierte damit, dass ein unter Deck eines unbeschleunigten Schiffes befindlicher Beobachter aus den Vorgängen um ihn herum nicht erschließen kann, ob sich das Schiff in Bewegung befindet oder nicht. Dieses Relativitätsprinzip wurde implizit von Christiaan Huygens bei der Formulierung der Stoßgesetze eingesetzt.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 458165 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 56354 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 154 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 110642136 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:contenu
  • Cette loi est invariante par la transformation de Galilée, comme on le vérifie facilement.
  • Dans le référentiel inertiel du centre d'inertie : les deux corps se rapprochent l'un de l'autre frontalement sur la même ligne droite et repartent l'un et l'autre à la même vitesse qu'avant le choc mais dans le sens opposé.
  • La mesure d'une longueur donne des résultats différents suivant le référentiel où elle est faite. Les transformations de Lorentz permettent de le montrer : :En supposant que les axes des référentiels et sont parallèles et que la vitesse relative est parallèle à l'axe des x, on a : :Donc, si les extrémités de l'objet sont similtanées dans , alors et dans le référentiel , sont les différentes longueurs de l'objet dans les trois dimensions. Alors et ainsi ce qui montre que la longueur mesurée dans est inférieure à celle mesurée dans . Ce n'est pas un paradoxe car du fait de la relativité de la simultanéité, la mesure faite dans ne semble pas correctement faite quand elle est observée depuis .
  • *Dans le référentiel : :La force est , où est le vecteur unitaire de la verticale au sol; l'équation de la dynamique est , et l'équation du mouvement est *Utilisation des transformations de Galilée pour obtenir la loi dans le référentiel : :Sachant que l'on a , on obtient : , puis, en utilisant l'égalité on a bien la même loi dans le référentiel : *Bien sûr, on peut aussi utiliser les expressions de et déduites des équations différentielles, et montrer que , ou plus directement déduire cette égalité du fait que : en effet, de on obtient , ce qui est la transformation de Galilée dans toute sa généralité, et la démonstration réciproque ne pose pas de problème.
  • ::En posant , les transformations de Lorentz sont : ::: En cinématique relativiste la loi de composition des vitesses est : :En écrivant pour la vitesse mesurée dans le référentiel , et pour la vitesse mesurée dans le référentiel , on a : : :
  • D'où : ; ;
  • Dans un référentiel inertiel, deux corps ponctuels libres, donc ayant une vitesse uniforme, se heurtent en un choc élastique . On suppose que la masse de chaque corps est conservée au cours du choc.
  • Mais les équations de Maxwell donnent où est la permittivité diélectrique du vide et la perméabilité magnétique du vide sont des constantes caractéristiques du vide, à priori, indépendantes du référentiel utilisé. Dès lors un choix s'impose : *Soit les équations de Maxwell ont été calculées implicitement dans un référentiel privilégié : celui où le milieu de propagation, l'éther, est immobile. Dans ce cas la lumière vérifie les propriétés des ondes vues ci-dessus. *Soit les équations de Maxwell sont valables dans tous les référentiels galiléens et la vitesse de la lumière y est la même dans tous et dans toutes les directions. Dans ce cas, d'importantes révisions s'imposent en ce qui concerne la mathématisation du principe de relativité.
  • Dans un référentiel inertiel quelconque : les deux corps, l'un et l'autre à vitesse constante, se heurtent au cours de leur mouvement, changent de direction et de vitesse.
  • En physique classique, le principe de relativité ne concerne que la mécanique, donc est exclue d'application à l'électromagnétisme et à la lumière . Mais les interactions entre particules chargées et ondes électromagnétiques obligent à étudier simultanément ce principe et l'électromagnétisme. La lumière, si elle est envisagée comme une onde se propageant dans un milieu appelé l'éther, doit avoir une fonction d'onde vérifiant les propriétés vues ci-dessus : sa vitesse n'est pas la même dans tous les référentiels galiléens, ni dans toutes les directions .
  • *Ainsi, pour être sûr que deux référentiels, en mouvement rectiligne uniforme l'un par rapport à l'autre, utilisent la même longueur unitaire, on peut considérer une longueur perpendiculaire à la vitesse relative : la longueur de référence sera ainsi matériellement commune aux deux référentiels . *Avec ce mécanisme qui compte comme unité de temps la moitié de l'intervalle de temps mis par la lumière pour faire l'aller-retour le long de la longueur commune, on peut considérer que l'on a simplement une montre identique dans chaque référentiel. *Dans les dessins suivants, chaque référentiel voit pour lui le phénomène de gauche, et du premier on voit dans l'autre le phénomène de droite. :Dans le dessin de gauche, le temps mesuré est le temps propre : le temps mesuré entre deux évènements, . :Dans le dessin de droite, le temps mesuré est impropre : le temps mesuré entre deux évènements . center *Dans le deuxième dessin, par le théorème de Pythagore on obtient d'où : . :Ainsi le temps impropre est plus grand que le temps propre , et celui-ci est le temps minimal mesurable entre deux évènements. *Mais il semble y avoir un paradoxe : comment peut-il se faire que le temps de paraisse ralenti vu depuis , et vice-versa ? :En fait ce n'est pas n'importe quel temps qui semble ralenti, c'est entre deux évènements. Pour savoir si le temps , séparent deux évènements situés en des endroits différents, semble ralenti ou pas vu d'un autre référentiel, il faut concevoir une autre expérience, et la réponse ne sera pas toujours positive. La propriété, vraie pour le temps propre, ne doit pas être abusivement généralisée. Cette expérience d'écoulement du temps sur une horloge donne des mesures différentes dans le référentiel propre de l'horloge et dans un autre référentiel inertiel.
  • Dans le référentiel la force est schématisée par , où est la vitesse du référentiel par rapport au référentiel où l'air est immobile : en effet, les frottements dépendent de la vitesse du corps par rapport à l'air, et non pas de la vitesse du corps par rapport au référentiel .
  • De manière similaire, la mesure d'une longueur parallèle au mouvement relatif de deux référentiels inertiels donne des résultats différents suivant que la mesure est faite dans l'un ou l'autre des référentiels. À titre d'exemple expérimental, on peut citer des particules élémentaires ayant une durée de vie très courte quand elles sont immobiles , mais ayant une durée de vie 10 fois plus longue quand elles sont observées à des vitesses proches de celle de la lumière.
  • Dans un fluide compressible, immobile dans le référentiel galiléen , la fonction d'onde monochromatique est , avec où est la vitesse de propagation de l'onde.
  • Cet invariant est , où et sont respectivement les écarts temporel et spatial entre deux évènements, mesurés dans un référentiel quelconque et est le temps propre séparent les deux évènements. :Dans le cas où les deux évènements peuvent être liés par un lien causal, on a où est le temps propre les séparant. On justifie facilement avec la formule liant le temps propre et le temps impropre, démontrée dans le paragraphe concernant la relativité du temps, que cette expression de à la même valeur quel que soit le référentiel où les mesures ont été faites : il suffit de changer de notation et d'écrire à la place de , puis à la place de et enfin de définir par car c'est la distance qui sépare les deux évènements dans le référentiel inertiel non-propre . Cet invariant défini ici est parfois défini par , c'est-à-dire avec les signes opposés à ceux présentés ici : la signature est ici , et on lui préfère parfois la signature , et dans ce cas . Ainsi, dans un référentiel deux évènements sont éloignés d'une distance et séparés d'un temps : ces mesures sont différentes d'un référentiel à l'autre, mais pour tous les référentiels l'égalité est vérifiée. On montre par le calcul que cette métrique est bien invariante par l'application des transformées de Lorentz, et que les transformations affines laissant invariante la métrique forment le groupe de Poincaré, incluant les transformations de Lorentz.
  • Phénomènes observés suivant le référentiel choisi :
  • « Pour réfuter l'idée de ceux qui prennent l'Espace pour une substance, ou du moins pour quelque être absolu, j'ai plusieurs démonstrations, mais je ne veux me servir à présent que de celle dont on me fournit ici l'occasion. Je dis donc que si l'Espace était un être absolu, il arriverait quelque chose dont il serait impossible qu'il y eut une raison suffisante, ce qui est contre notre Axiome. Voici comment je le prouve. L'Espace est quelque chose d'absolument uniforme, et en l'absence des choses y placées, un point de l'Espace ne diffère absolument en rien d'un autre point de l'Espace. Or, il suit de cela, à supposer que l'espace soit quelque chose en lui-même indépendamment de l'ordre des corps entre eux, qu'il est impossible qu'il existe une raison pour laquelle Dieu, gardant les mêmes situations des corps entre eux, a placé ainsi les corps dans l'espace et non autrement; et pour laquelle tout n'a pas été mis à rebours par échange de la droite et de la gauche. Mais si l'Espace n'est autre chose que cet ordre ou rapport, et n'est rien du tout sans les corps, si ce n'est la possibilité d'en mettre; ces deux états, l'un tel qu'il est, l'autre supposé à rebours, ne diffèreraient aucunement entre eux. Leur différence ne se trouve que dans notre supposition chimérique : la réalité de l'espace en lui-même. Mais dans la réalité, l'un sera en tout point la même chose que l'autre, puisqu'ils sont absolument indiscernables. Et par conséquent il n'y a pas lieu de demander la raison de la préférence de l'un à l'autre. »
  • On constate donc que les phénomènes observés diffèrent d'un référentiel à l'autre, mais dans tous la loi vérifiée par les vitesses mesurées est la même.
  • La constance de la vitesse de la lumière dans le vide d'un référentiel à l'autre permet de définir la même unité de mesure du temps dans tous les référentiels quand est bien défini une unité de mesure commune des longueurs.
  • Un changement de référentiel de vers imposant le changement et , pour i=1;2, laisse bien inchangée la loi énoncée ci-dessus.
  • Loi générale valable dans tout référentiel inertiel : d'après la conservation de la quantité de mouvement, la vitesse du centre d'inertie du système constitué des deux masses et est égale à et est constante et inchangée avant et après le choc, et les vitesses après le choc sont : pour la masse n°1 et pour la masse n°2
  • Bien sûr dans le cas de masses non ponctuelles, et autres cas plus réalistes, cette loi n'est qu'une approximation.
  • La loi qui en découle est , où et sont des vecteurs constants déterminés par les conditions initiales du mouvement.
  • Dans le référentiel d'un des corps avant le choc : le deuxième corps s'approche du premier et, après le choc, le premier corps est animé d'un mouvement alors que le second est ralenti ou repart dans l'autre sens.
  • Supposons qu'il y ait deux observateurs des évènements, chacun immobile dans son repère inertiel. Chacun connait parfaitement la distance qui le sépare de chaque point immobile dans le référentiel, donc quand il reçoit une information venant de l'un d'eux, il connait le temps nécessaire à la transmission de l'information et il peut ainsi déterminer exactement à quel moment s'est passé cet évènement.
  • Enfermez-vous avec un ami dans la plus grande cabine sous le pont d'un grand navire et prenez avec vous des mouches, des papillons et d'autres petites bêtes qui volent ; munissez-vous aussi d'un grand récipient rempli d'eau avec de petits poissons ; accrochez aussi un petit seau dont l'eau coule goutte à goutte dans un autre vase à petite ouverture placé en dessous. Quand le navire est immobile, observez soigneusement comme les petites bêtes qui volent vont à la même vitesse dans toutes les directions de la cabine, on voit les poissons nager indifféremment de tous les côtés, les gouttes qui tombent entrent toutes dans le vase placé dessous ; si vous lancez quelque chose à votre ami, vous n'avez pas besoin de jeter plus fort dans une direction que dans une autre lorsque les distances sont égales ; si vous sautez à pieds joints, comme on dit, vous franchirez des espaces égaux dans toutes les directions. Quand vous aurez soigneusement observé cela, bien qu'il ne fasse aucun doute que les choses doivent se passer ainsi quand le navire est immobile, faites aller le navire à la vitesse que vous voulez ; pourvu que le mouvement soit uniforme, sans balancement dans un sens ou l'autre, vous ne remarquerez pas le moindre changement dans tous les effets qu'on vient d'indiquer ; aucun ne vous permettra de vous rendre compte si le navire est en marche ou immobile : en sautant, vous franchirez sur le plancher les mêmes distances qu'auparavant, et ce n'est pas parce que le navire ira très vite que vous ferez de plus grands sauts vers la poupe que vers la proue ; pourtant, pendant le temps où vous êtes en l'air, le plancher au-dessous de vous court dans la direction opposée à votre saut ; si vous lancez quelque chose à votre ami, vous n'aurez pas besoin de plus de force pour qu'il le reçoive, qu'il se trouve du côté de la proue ou de la poupe, et pourtant, pendant que la gouttelette est en l'air, le navire avance de plusieurs palmes ; les poissons dans leur eau ne se fatigueront pas plus pour nager vers l'avant que vers l'arrière de leur récipient, c'est avec la même facilité qu'ils iront vers la nourriture que vous aurez disposée où vous voudrez au bord du récipient ; enfin, les papillons et les mouches continueront à voler indifféremment dans toutes les directions, jamais vous ne les verrez se réfugier vers la paroi du côté de la poupe comme s'ils étaient fatigués de suivre la course rapide du navire dont ils auront été longtemps séparés, puisqu'ils restent en l'air ; brûlez un grain d'encens, il se fera un peu de fumée que vous verrez monter vers le haut et y demeurer, tel un petit nuage, sans qu'elle aille d'un côté plutôt que d'un autre.
  • Si deux évènements distants se passent simultanément dans le référentiel d'un observateur, dans le référentiel de l'autre, ils ne seront pas simultanés. En effet, d'après les transformations de Lorentz : : :D'où, si alors il n'y a donc pas simultanéité dans l'autre référentiel. On peut dire que la simultanéité est relative au référentiel de l'observateur.
  • En mécanique non-relativiste, le temps et les longueurs sont des invariants par changement de référentiels inertiels ; ce n'est plus le cas en relativité restreinte. Toutefois, une « mesure », mêlant longueur spatiale et temps, est invariante par changement de référentiel : elle est nommée métrique, et elle donne à l'espace-temps une notion de distance entre deux évènements.
  • Pour déterminer la fonction d'onde dans le référentiel , on utilise la transformation de Galilée , et on obtient : .
  • Les coordonnées et le temps dans étant , et dans étant , on suppose que la vitesse relative entre les deux référentiels est de même direction que l'axe des .
prop-fr:titre
  • 0001-02-25 (xsd:date)
  • Contre-exemple : la lumière
  • Exemple du choc élastique de deux corps ponctuels
  • L'invariant de la relativité restreinte
  • Exemple d'une onde monochromatique dans un fluide compressible
  • Relativité de la longueur
  • Relativité de la simultanéité
  • Relativité du temps et temps propre
  • Exemple d'un corps soumis aux seuls frottements de l'air
  • Exemple d'un corps, dans le vide, soumis à un champ de gravitation uniforme
  • Transformations de Lorentz et composition des vitesses
  • Extrait du « Dialogue sur les deux grand systèmes du Monde »
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Le principe de relativité affirme que les lois physiques s'expriment de manière identique dans tous les référentiels inertiels. Ce qui implique que pour deux expériences préparées de manière identique dans deux référentiels inertiels, les mesures faites sur l'une et l'autre dans leur référentiel respectif sont identiques.
  • При́нцип относи́тельности (принцип относительности Эйнштейна) — фундаментальный физический принцип, один из принципов симметрии, согласно которому все физические процессы в инерциальных системах отсчёта протекают одинаково, независимо от того, неподвижна ли система или она находится в состоянии равномерного и прямолинейного движения.Отсюда следует, что все законы природы одинаковы во всех инерциальных системах отсчёта.Частным случаем принципа относительности Эйнштейна является принцип относительности Галилея, который утверждает то же самое, но не для всех законов природы, а только для законов классической механики, подразумевая применимость преобразований Галилея и оставляя открытым вопрос о применимости принципа относительности к оптике и электродинамике.В современной литературе принцип относительности в его применении к инерциальным системам отсчета (чаще всего при отсутствии гравитации или при пренебрежении ею) обычно выступает терминологически как лоренц-ковариантность (или лоренц-инвариантность).
  • 相対性原理(そうたいせいげんり, Principle of relativity)は、互いに運動する物体の座標系の間では、物理学の法則が不変な形を保つという原理。次の三つがある。 ガリレイの相対性原理 特殊相対性原理 一般相対性原理
  • Obecný princip relativity je tvrzení, že fyzikální zákony jsou stejné ve všech vztažných soustavách.V rámci obecné teorie relativity je obecný princip relativity vyjádřen jedním z postulátů Všechny fyzikální zákony ve všech vztažných soustavách mají stejný tvar a lze je vyjádřit stejnými rovnicemi. Gravitační a setrvačné síly mají stejnou fyzikální podstatu a platí pro ně stejné fyzikální zákony.
  • Un principio de relatividad es un principio general sobre la forma que debe tomar una teoría física. Frecuentemente los principios de relatividad establecen equivalencias entre observadores, de acuerdo con principios de simetría o invariancia entre situaciones físicamente equivalentes.
  • Un principio di relatività è un criterio di verifica di una qualsiasi teoria fisica, in quanto stabilisce che essa non sia valida se per situazioni simili non prevede le stesse leggi.
  • Fizikte görelilik ilkesi fiziksel kuramları değerlendirmek için bir kriterdir. (Ayrıca başlangıçta söylemek uygun olur ki; fizikte görelilik ilkesi felsefi anlamda fiziğin bütünü için temel kavramlardan biridir. Dolayısıyla Einstein'in söz konusu özel görelilik ve genel görelilik kuramları ile karıştırmamak gerekir.)Görelilik ilkesi aynı koşullar için öne sürülen fizik yasasının aynı olmaması durumunda bu fizik yasasının eksikliği olduğunu iddea eder.
  • Das Relativitätsprinzip besagt, dass die Naturgesetze für alle Beobachter dieselbe Form haben. Einfache Überlegungen zeigen, dass es aus diesem Grund unmöglich ist, einen bevorzugten oder absoluten Bewegungszustand irgendeines Beobachters oder Objekts festzustellen.
  • In physics, the principle of relativity is the requirement that the equations describing the laws of physics have the same form in all admissible frames of reference.For example, in the framework of special relativity the Maxwell equations have the same form in all inertial frames of reference.
  • In de natuurkunde wordt met het relativiteitsprincipe bedoeld dat de vergelijkingen die de natuurkundige wetten weergeven gelijk moeten zijn in elk gelijkwaardig referentiestelsel.Bijvoorbeeld de wetten van de mechanica zijn hetzelfde voor waarnemers in twee stelsels die eenparig (een beweging die geen versnelling of vertraging kent) ten opzichte van elkaar bewegen. Zulke stelsels noemt men inertiaalstelsels.
rdfs:label
  • Principe de relativité
  • Görelilik ilkesi
  • Obecný princip relativity
  • Principio de relatividad
  • Principio di relatività
  • Principle of relativity
  • Relativiteitsprincipe
  • Relativitätsprinzip
  • Zasada względności
  • Принцип относительности
  • 相対性原理
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageDisambiguates of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of