Les poursuites judiciaires en Argentine contre les crimes commis lors de la dictature ont connu deux phases principales. La première, sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-89) s'est concrétisée dans le Juicio a las Juntas (es), au cours duquel furent condamnés les plus hauts dignitaires de la dictature militaire ainsi que plusieurs guérilleros.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Les poursuites judiciaires en Argentine contre les crimes commis lors de la dictature ont connu deux phases principales. La première, sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-89) s'est concrétisée dans le Juicio a las Juntas (es), au cours duquel furent condamnés les plus hauts dignitaires de la dictature militaire ainsi que plusieurs guérilleros. En revanche, deux lois, la loi du Point final du 24 décembre 1986, et la loi d'Obéissance due du 4 juin 1987, couvrirent le reste des militaires de toute poursuite (à l'exception du vol de bébés), invoquant l'amnistie jugée politiquement nécessaire et le principe de hiérarchie militaire . En 1989 et 1990, le président Carlos Menem amnistia l'ensemble des personnes condamnées lors du Procès à la Junte.Les poursuites ont ainsi été bloquées tout au long des années 1990, et ne furent rouvertes qu'après l'impulsion internationale donnée par l'arrestation de l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet à Londres en octobre 1998. Plusieurs hauts responsables avaient alors fait l'objet de procès et de condamnation en Europe (Allemagne, Italie, France). En juillet 2003, le président Nestor Kirchner abrogea certains décrets d'amnistie, soumettant la non-extradition des militaires argentins requise par le magistrat espagnol Baltasar Garzon à leur inculpation en Argentine. Puis, en 2005, la Cour constitutionnelle déclara anti-constitutionnelles les deux lois d'amnistie de 1986 et 1987, ouvrant ainsi la possibilité de nouveaux procès. Si la réouverture des affaires a concerné presque exclusivement des faits commis lors de la dictature militaire de 1976-1983, certains faits commis avant ont aussi fait l'objet d'enquêtes, en particulier le massacre de Trelew de 1972 et les « décrets d'annihilation de la subversion » signés par la présidente Isabel Martínez de Perón et Italo Luder en 1975. Une soixantaine de condamnations pour crimes contre l'humanité ont eu lieu entre 2005 et fin 2009, le crime de disparition forcée (les desaparecidos) étant expressément qualifié de tel. Par ailleurs, les tribunaux ont à maints reprises condamné la prétendue « guerre sale » comme véritable « plan systématique d'extermination » visant tant les civils que les personnes accusées d'être impliquées dans la lutte armée. La justice argentine a parlé pour la première fois de « génocide » lors du procès de Miguel Etchecolatz, ex-directeur des enquêtes de la police de la province de Buenos Aires, jugé pour crimes contre l'humanité en 2006. Deux témoins ont payé de leur vie, dans les années 2000, leur déposition en justice: Julio López, desaparecido en 2006, et Silvia Suppo, assassinée en mars 2010.
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 4612427 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 63014 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 303 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 106132661 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:fr
  • Cristino Nicolaides
  • Ricardo Obregón Cano
  • Abel Teodoro Catuzzi
  • Raul Hector Castro
  • Guillermo Suárez Mason
  • Juicio a las Juntas
  • Julio Alberto Poch
  • Raimundo Gleizer
  • Siro de Martini
  • massacre de Capilla del Rosario
  • représailles contre le massacre de Capilla del Rosario
prop-fr:lang
  • en
  • es
prop-fr:texte
  • Castro
prop-fr:trad
  • Masacre de Capilla del Rosario
  • Raymundo Gleyzer
  • Represalia por la Masacre de Capilla del Rosario
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Les poursuites judiciaires en Argentine contre les crimes commis lors de la dictature ont connu deux phases principales. La première, sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-89) s'est concrétisée dans le Juicio a las Juntas (es), au cours duquel furent condamnés les plus hauts dignitaires de la dictature militaire ainsi que plusieurs guérilleros.
rdfs:label
  • Poursuites judiciaires contre les crimes commis lors de la dictature argentine
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of