Les navy bills sont des obligations émises en grande quantité par la Royal Navy, la Marine royale britannique, à partir de la fin du XVIIe siècle et qui ont servi à financer son expansion au siècle suivant, qui la voit devenir la première force navale du monde, ce qui assure à l'Angleterre des succès militaires permettant le très avantageux traité d'Utrecht de 1713, après des années de conflit contre les corsaires français, en particulier les corsaires malouins.Entre 1688 et 1702, la dette publique britannique est ainsi passé de un à 16,4 millions de livres.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Les navy bills sont des obligations émises en grande quantité par la Royal Navy, la Marine royale britannique, à partir de la fin du XVIIe siècle et qui ont servi à financer son expansion au siècle suivant, qui la voit devenir la première force navale du monde, ce qui assure à l'Angleterre des succès militaires permettant le très avantageux traité d'Utrecht de 1713, après des années de conflit contre les corsaires français, en particulier les corsaires malouins.Entre 1688 et 1702, la dette publique britannique est ainsi passé de un à 16,4 millions de livres. Entre 1702 et 1714 elle triple pour atteindre 48 millions de sterling et en 1766 elle atteint 133 millions de sterling. L'historien Patrick O'Brien estime que la Royal Navy fut l'un des facteurs de la révolution industrielle britannique, parce qu'elle a favorisé l'innovation technique, protégé le commerce anglais et affaibli celui d'une partie de ses concurrents tout au long du XVIIIe siècle. Cette croissance de l'endettement se traduit par l'augmentation progressive de la fiscalité, selon l'historien Fernand Braudel qui relève qu'en 1720 les impôts levés par l'État représentent en Angleterre une part deux fois plus importante du PIB qu'en France, où il est vrai le fiscalité allant à l'Église est alors plus élevée. La Banque d'Angleterre, créée en 1694, fait partie des premiers créanciers de l'État, dont le budget est peu à peu placé sous le contrôle du parlement, qui garantit les emprunts publics, à la demande d'autres créanciers importants, les marchands hollandais, qui demandent une « parlementarisation » des biens de la Couronne.La multiplication des instruments financiers caractérise cette époque. L'écrivain Daniel Defoe, cité par Fernand Braudel (page 323) regrettait dès 1720, le temps où ces instruments financiers et les bulles spéculatives qu'ils ont causé n'existaient pas : « there were no bubbles, no stock-jobbing, ... no lotteries, no funds, no annuities, no buying of navy-bills and public securities, no circulating exchequer bills ». L'année 1720 est celle qui voit se déchaîner une intense spéculation sur les actions de la Compagnie des Mers du Sud lors de la bulle des mers du Sud.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 3563156 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 3499 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 15 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 81056153 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Les navy bills sont des obligations émises en grande quantité par la Royal Navy, la Marine royale britannique, à partir de la fin du XVIIe siècle et qui ont servi à financer son expansion au siècle suivant, qui la voit devenir la première force navale du monde, ce qui assure à l'Angleterre des succès militaires permettant le très avantageux traité d'Utrecht de 1713, après des années de conflit contre les corsaires français, en particulier les corsaires malouins.Entre 1688 et 1702, la dette publique britannique est ainsi passé de un à 16,4 millions de livres.
rdfs:label
  • Navy bills
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of