Marguerite de France ou Marguerite de Valois, dite la reine Margot, est une princesse de la branche dite de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne, née le 14 mai 1553 et morte le 27 mars 1615.Par son mariage avec Henri de Navarre (futur roi de France Henri IV), elle devint reine consort de France et de Navarre lors de l'accession au trône de son mari dont elle fut démariée en 1599.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Marguerite de France ou Marguerite de Valois, dite la reine Margot, est une princesse de la branche dite de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne, née le 14 mai 1553 et morte le 27 mars 1615.Par son mariage avec Henri de Navarre (futur roi de France Henri IV), elle devint reine consort de France et de Navarre lors de l'accession au trône de son mari dont elle fut démariée en 1599. Elle était la fille du roi Henri II et la sœur des rois François II, Charles IX et Henri III.Son mariage qui devait célébrer la réconciliation des catholiques et des protestants fut terni par le massacre de la Saint-Barthélemy et la reprise des troubles religieux qui s'ensuivirent. Dans le conflit qui opposa le roi Henri III aux Malcontents, elle prit parti pour François d'Alençon son frère cadet. Sa participation aux complots de la cour lui valut l'aversion profonde du roi qui l'assigna longtemps à résidence à la cour.En tant qu'épouse du roi de Navarre, elle joua également un rôle pacificateur dans les relations orageuses entre son mari et la monarchie. Ballotée entre les deux cours, elle s'efforça de mener une vie conjugale heureuse mais la stérilité de son couple et les tensions politiques propres aux guerres de religion eurent raison de son mariage. Malmenée par un frère ombrageux, rejetée par un mari léger et opportuniste, elle choisit en 1585 la voie de l'opposition. Elle prit le parti de la Ligue et fut contrainte de vivre en Auvergne dans un exil qui dura vingt ans. Femme de lettres reconnue, esprit éclairé, mécène extrêmement généreuse, elle joua un rôle considérable dans la vie culturelle de la cour, en particulier après son retour d'exil en 1605. Elle fut un vecteur de la pensée néoplatonicienne qui prône notamment la suprématie de l'amour platonique sur l'amour physique.Au XIXe siècle, sa vie a donné naissance au mythe de la Reine Margot, d'après le surnom que lui a donné Alexandre Dumas dans son roman.
dbpedia-owl:birthDate
  • 1553-05-14 (xsd:date)
dbpedia-owl:birthName
  • Marguerite de France
dbpedia-owl:birthPlace
dbpedia-owl:blazon
  • CoA of Marguerite of France.png
dbpedia-owl:deathDate
  • 1615-03-27 (xsd:date)
dbpedia-owl:deathPlace
dbpedia-owl:dynasty
dbpedia-owl:father
dbpedia-owl:grave
  • Nécropole de Saint-Denis
dbpedia-owl:mother
dbpedia-owl:occupation
dbpedia-owl:personFunction
dbpedia-owl:religion
dbpedia-owl:spouse
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:thumbnailCaption
  • Portrait de Marguerite de France (vers 1573).
dbpedia-owl:title
  • Fille de France
  • Duchesse de Lauragais
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 53220 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 68801 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 329 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 111062154 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:align
  • left
prop-fr:alignt
  • center
prop-fr:année
  • 1993 (xsd:integer)
  • 2005 (xsd:integer)
prop-fr:après
prop-fr:avant
prop-fr:blason
  • CoA of Marguerite of France.png
prop-fr:bnf
  • 40030768 (xsd:integer)
  • 355648637 (xsd:integer)
prop-fr:charte
  • Princesse consort
prop-fr:collection
  • Tempus
  • Histoire Payot
prop-fr:conjoint
prop-fr:contenu
  • « Monsieur de Sarlan [maître d'hôtel de Catherine de Médicis], puisque la cruauté de mes malheurs et de ceux à qui je ne rendis jamais que services est si grande que, non contents des indignités que depuis tant d'années ils me font pastir, ils veulent poursuivre ma vie jusques à la fin, je desire au moins, avant ma mort, avoir ce contentement que la Royne ma mere sache que j'ay eu assez de courage pour ne tomber vive entre les mains de mes ennemys, vous protestant que je n'en manquerai jamais. Assurez l'en, et les premieres nouvelles qu'elle aura de moy sera ma mort. Soubs son asseurement et commandement je m'estois sauvée chez elle, et au lieu de bon traictement que je m'y promettois, je n'y ay trouvé que honteuse ruine. Patience ! elle m'a mise au monde, elle m'en veut oster. Si sais-je bien que je suis entre les mains de Dieu ; rien ne m'adviendra contre sa vollonté ; j'ay ma fiance en luy et recevrai tout de sa main. Vostre plus fidele et meilleur amye, Marguerite » Lettre à Monsieur de Sarlan''
  • « Pour moy, l'on ne me disa rien de tout cecy [les préparatifs du massacre]. Je voyois tout le monde en action ; les huguenots desesperez de cette blessure [référence à l'attentat manqué contre l'amiral de Coligny] ; messieurs de Guise craignans qu'on n'en voulust faire justice, et se suchetans tous à l'oreille. Les huguenots me tenoient suspecte parce que j'estois catholique, et les catholiques parce que j'avois espousé le roy de Navarre, qui estoit huguenot. De sorte que personne ne m'en disoit rien, jusques au soir qu'estant au coucher de la Royne ma mere, assise sur un coffre auprès de ma sœur de Lorraine, que je voyois fort triste, la Roine ma mere parlant à quelques-uns m'apperceust, et me dist que je m'en allasse coucher. Comme je lui faisois la reverence, ma sœur me prend par le bras et m'arreste, et se prenant fort à pleurer me dit : « Mon Dieu, ma sœur, n'y allez pas. » Ce qui m'effraya extremement. La Roine ma mere s'en apperceut, et appellant ma sœur se courrouça fort à elle et luy deffendit de me rien dire. Ma sœur luy dit qu'il n'y avoit point d'apparence de m'envoyer sacrifier comme cela, et que sans doute s'ils descouvroient quelque chose, ils se vengeroient sur moy. La Roine ma mere respond, que s'il plaisoit à Dieu, je n'aurois point de mal ; mais quoy que ce fut, il falloit que j'allasse, de peur de leur faire soupçonner quelque chose qui empeschast l'effet. Je voyois bien qu'ils se contestoient et n'entendois pas leurs parolles. Elle me commanda encore rudement que je m'en allasse coucher. Ma sœur fondant en larmes me dist bon-soir, sans m'oser dire autre chose ; et moy je m'en allay toute transsie et esperdue, sans me pouvoir imaginer ce que j'avois à craindre. Soudain que je fus en mon cabinet, je me meits à prier Dieu qu'il luy plust me prendre en sa protection, et qu'il me gardast, sans sçavoir de quoy ny de qui. Sur cela le Roy mon mary qui s'estoit mis au lit me manda que je m'en allasse coucher ; ce que je feis, et trouvay mon lit entourné de trente ou quarante huguenots que je ne cognoissois point encore, car il y avoit fort peu de temps que j'estois mariée. Toute la nuict ils ne firent que parler de l'accident qui estoit advenu à monsieur l'admiral, se resolvants, des qu'il seroit jour, de demander justice au Roy de monsieur de Guise, et que si on ne la leur faisoit, il se la feroient eux-mesmes. Moy j'avois toujours dans le cœur les larmes de ma sœur, et ne pouvois dormir pour l'apprehension en laquelle elle m'avoit mise sans sçavoir de quoy. La nuict se passa de cette façon sans fermer l'œil. Au point du jour, le Roy mon mari dit qu'il vouloit aller jouer à la paume attendant que le roy Charles fust esveillé, se resolvant soudain de luy demander justice. Il sort de ma chambre, et tous ses gentils-hommes aussy. Moy voyant qu'il estoit jour, estimant que le danger que ma sœur m'avoit dit fust passé, vaincue du sommeil, je dis à ma nourrice qu'elle fermast la porte pour pouvoir dormir à mon aise. Une heure aprez, comme j'estois le plus endormie, voicy un homme frappant des pieds et des mains à la port et criant : « Navarre ! Navarre ! » Ma nourrice pensant que ce fust le Roy mon mary, court vistement à la porte. Ce fust un gentil-homme nommé monsieur de Leran, qui avoit un coup d'espée dans le coude et un coup de hallebarde dans le bras, et estoit encores poursuivy de quatre archers, qui entrerent tous aprez luy en ma chambre. Luy se voulant garantir se jetta dessus mon lit. Moy sentant ces hommes qui me tenoient, je me jette à la ruelle, et luy aprez moy, me tenant toujours à travers du corps. Je ne cognoissois point cet homme, et sçavait s'il venoit là pour m'offenser, ou si les archers en vouloient à luy ou à moy. Nous crions tous deux, et estions aussi effrayez l'un que l'autre. En fin Dieu voulust que monsieur de Nançay, capitaine des gardes, y vinst, qui me trouvant en cet estat-là, encore qu'il y eust de la compassion, ne pust tenir de rire ; et se courrouça fort aux archers de cette indiscretion, les fit sortir, et me donna la vie de ce pauvre homme qui me tenoit, lequel je feis coucher et penser dans mon cabinet jusques à tant qu'il fust du tout guery. Et, changeant de chemise, parce qu'il m'avoit toute couverte de sang, monsieur de Nançay me conta ce qui se passoit, et m'asseura que le Roy mon mari estoit dans la chambre du Roy, et qu'il n'auroit nul mal. Et me faisant jeter un manteau de nuict sur moy, il m'emmena dans la chambre de ma sœur madame de Lorraine, où j'arrivay plus morte que vive, et entrant dans l'antichambre, de laquelle les portes estoient toutes ouvertes, un gentil-homme nommée Bourse, se sauvant des archers qui le poursuivoient, fust percé d'un coup de hallebarde à trois pas de moy. Je tombai de l'autre costé presque esvanouie entre les bras de monsieur de Nançay, et pensois que ce coup nous eust percez tous deux. Et estant quelque peu remise, j'entray en la petite chambre où couchoit ma sœur. » Mémoires de Marguerite de Valois Réagissant aux écrits de Brantôme, Marguerite écrit des Mémoires. L'épisode où un gentilhomme protestant vient trouver refuge dans la chambre de Marguerite a été repris par Alexandre Dumas dans son roman La Reine Margot''. Mais le protagoniste en est La Molle et non Leran.
  • « Pour parler donc de la beauté de ceste rare princesse, je croy que toutes celles qui sont, qui seront, et jamais ont esté, près de la sienne sont laides, et ne sont point beautez ; car la clarté de la sienne brusle tellement les esles de toutes celles du monde, qu'elles n'osent ni ne peuvent voler, ny comparestre à l'entour de la sienne. Que s'il se treuve quelque mescréant qui, par une foi escarse, ne veuille donner creance aux miracles de Dieu et de nature, qu'il la contemple seulement : son beau visage, si bien formé, en faict la foy ; et diroit on que la mere nature, ouvriere très parfaicte, mist tous ses plus rares sens et subtilz espritz pour la façonner. Car, soit qu'elle veuille monstrer sa douceur ou sa gravité, il sert d'embrazer tout un monde, tant ses traicts sont beaux, ses lineaments tant bien tirez, et ses yeux si transparans et agreables, qu'il ne s'y peut rien trouver à dire : et, qui plus est, ce beau visage est fondé sur un corps de la plus belle, superbe et riche taille qui se puisse veoir, accompaignée d'un port et d'une si grave majestée, qu'on la prendra tousjours pour une deesse du ciel, plus que pour une princesse de la terre ; encore croist on que, par l'advis de plusieurs, jamais deesse ne fut veue plus belle : si bien que, pour publier ses beautez, ses merites et vertus, il faudroit que Dieu allongeast le monde et haussast le ciel plus qu'il n'est, d'autant que l'espace du monde et de l'air n'est assez capable pour le vol de sa perfection et renommée. Davantage, si la grandeur du ciel estoit plus petite le moins du monde, ne faut point doubter qu'elle l'egaleroit. » [...] « Bref, je n'aurois jamais faict si je voulois descrire ses parures et ses formes de s'habiller auxquelles elle se monstroit plus belle ; car elle en changeoit de si diverses, que toutes luy estoient bien seantes, belles et propres, si que la nature et l'art faisoient à l'envy à qui la rendroit plus belle. Ce n'est pas tout, car ses beaux accoustrements et belles parures n'osarent jamais entreprendre de couvrir sa belle gorge ny son beau sein, craignant de faire tort à la veue du monde qui se paissoit sur un si bel object ; car jamais n'en fust veue une si belle ny si blanche, si plaine ny si charnue, qu'elle monstroit si à plain et si descouverte, que la plupart des courtisans en mouroient, voire des dames, que j'ay veues, aucunes de ses plus prives, avec sa licence la baiser par un grand ravissement. » Recueil des dames''
prop-fr:dateDeDécès
  • 1615-03-27 (xsd:date)
prop-fr:dateDeNaissance
  • 1553-05-14 (xsd:date)
prop-fr:dynastie
prop-fr:fonction
prop-fr:format
  • 24.0
  • 18.0
prop-fr:isbn
  • 2 (xsd:integer)
prop-fr:jusqu'auFonction
  • 1599-12-17 (xsd:date)
prop-fr:langue
  • fr
prop-fr:lien
  • http://cour-de-france.fr/squelettes/art/Chichkine_Lettres_Marguerite.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-Flandre.pdf
  • http://www.persee.fr/articleAsPDF/rhren_0181-6799_1999_num_49_1_2312/article_rhren_0181-6799_1999_num_49_1_2312.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-DivorceSatyrique.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-Dumas-corps.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-postface-Dumas.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-postface-Tempus.pdf
  • http://clio.revues.org/index137.html
  • http://www.erudit.org/revue/TCE/2005/v/n77/011698ar.pdf
  • http://revue.etudes-episteme.org/IMG/pdf/1Marguerite_de_Valois2.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-Henri4.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-authenticite.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-LaRuelle.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-Auvergne.pdf
  • http://elianeviennot.fr/Articles/Viennot-MgV-Dumas-histoire.pdf
  • http://www.persee.fr/articleAsPDF/rhren_0181-6799_1996_num_43_1_2078/article_rhren_0181-6799_1996_num_43_1_2078.pdf
prop-fr:lieu
  • Paris
prop-fr:lieuDeDécès
  • Paris
  • Paris
prop-fr:lieuDeNaissance
  • Saint-Germain-en-Laye
prop-fr:liste
prop-fr:légende
  • Portrait de Marguerite de France .
prop-fr:mère
prop-fr:nom
  • Marguerite de France
  • Duchesse de Lauragais
prop-fr:nomDeNaissance
  • Marguerite de France
prop-fr:numéroDansCollection
  • 111 (xsd:integer)
prop-fr:pagesTotales
  • 477 (xsd:integer)
  • 660 (xsd:integer)
prop-fr:prédécesseur
prop-fr:père
prop-fr:période
  • 0001-01-05 (xsd:date)
prop-fr:religion
prop-fr:sousTitre
  • histoire d'une femme, histoire d'un mythe
  • “la reine Margot”
prop-fr:successeur
prop-fr:surnom
  • Margot
prop-fr:sépulture
prop-fr:texte
  • compte rendu en ligne
  • lire en ligne
  • Postface en ligne
prop-fr:titre
  • Ascendance de Marguerite de France
  • La Saint-Barthélemy vue par Marguerite
  • La beauté de Marguerite vue par Brantôme
  • Marguerite assiégée au château d'Ibois
  • Marguerite de Valois
prop-fr:titulature
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:àPartirDuFonction
  • 1572-08-18 (xsd:date)
  • 1589-08-02 (xsd:date)
prop-fr:éditeur
  • Payot
  • Perrin
dcterms:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Marguerite de France ou Marguerite de Valois, dite la reine Margot, est une princesse de la branche dite de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne, née le 14 mai 1553 et morte le 27 mars 1615.Par son mariage avec Henri de Navarre (futur roi de France Henri IV), elle devint reine consort de France et de Navarre lors de l'accession au trône de son mari dont elle fut démariée en 1599.
rdfs:label
  • Marguerite de France (1553-1615)
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
foaf:name
  • Marguerite de France
foaf:nick
  • Margot
is dbpedia-owl:child of
is dbpedia-owl:predecessor of
is dbpedia-owl:spouse of
is dbpedia-owl:successor of
is dbpedia-owl:wikiPageDisambiguates of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:après of
is prop-fr:avant of
is prop-fr:conjoint of
is prop-fr:prédécesseur of
is prop-fr:successeur of
is foaf:primaryTopic of