Le méreau est une sorte de « bon-pour », un signe de reconnaissance ou encore, un laissez-passer qui prend la forme la plus commune d'un jeton en métal, plus rarement d'une rondelle de cuir ou en parchemin.Les méreaux - sans doute du latin merere : être digne de, mériter - sont désignés depuis le Moyen Âge sous les formes de merel, merelles, marelles et mereaulx. C'est la pénurie de monnaie divisionnaire qui explique leur apparition.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le méreau est une sorte de « bon-pour », un signe de reconnaissance ou encore, un laissez-passer qui prend la forme la plus commune d'un jeton en métal, plus rarement d'une rondelle de cuir ou en parchemin.Les méreaux - sans doute du latin merere : être digne de, mériter - sont désignés depuis le Moyen Âge sous les formes de merel, merelles, marelles et mereaulx. C'est la pénurie de monnaie divisionnaire qui explique leur apparition. Ils sont tout d'abord employés dans le domaine ecclésiastique à partir du XIIIe siècle comme jeton de présence des chanoines aux offices et donnaient droit à un repas ou à une portion de pain, ces derniers pouvaient ensuite en faire profiter les pauvres. Au XVe siècle, on créa même des méreaux qui valaient 5, 20, 30 ou 45 deniers que l'on pouvait échanger contre du numéraire. Le méreau est apparenté à la monnaie de nécessité.Rapidement, de nombreuses corporations ou institutions publiques ou privées utilisèrent ce système qui connut une large diffusion jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. L'enseigne de pèlerinage, sorte de médaille ou broche munie d’une bélière ou d'un système d'attache au chapeau ou à la cape du pélerin est qualifiée improprement de « méreau de pèlerinage ».Confondu avec le jeton utilisé à l'origine pour effectuer ses comptes sur une grille et qui n'a pas systématiquement une valeur de remplacement, les méreaux sont très instructifs par leur thèmes et inscription pour les historiens et sont recherchés par les mérellophiles, collectionneurs de méreaux.Au temps de Calvin, les méreaux étaient distribués aux fidèles qui étaient dignes de communier à la Sainte-Cène, d'où la représentation fréquente de la coupe et du pain sur une face.Au XVIIe siècle, au temps des Assemblées « au Désert » ils serviront en outre à admettre sans crainte les assistants inconnus.Dans l'ouvrage Jetons, méreaux et médailles, l'historien Michel Pastoureau explique que les activités des jongleurs avec leurs numéros de singes savants ne sauraient être considérées comme des métiers méritant rétribution et que les jongleurs s'apparentaient à des faux pauvres pervertissant l'acte de charité (3). « II y avait un caractère transgressif dans le fait de donner de l'argent à des jongleurs. Lorsqu'un joueur recevait de l'argent, cela risquait de compromettre le salut de l'âme du donateur », précise Florian Meunier. Est-ce pour cela qu'il existait un méreau de jongleur au XIV e siècle, probablement la seule monnaie de singe du monde, détenue par le Musée Carnavalet ? « Un méreau, tel un jeton, s'apparente à une fausse pièce de monnaie coulée dans un métal médiocre qui vaut de l'argent mais n'en est pas », précise Florian Meunier. Le méreau en question a, sur l'avers, un joueur de vielle à archet faisant danser un chien et, sur le revers, un singe avec une chaîne autour du cou ».La mérellophilie est l'art de collectionner plus spécifiquement les méreaux. On utilise aussi plus globalement le terme de Jetonophilie.
  • Меро (ранее мерель), фр. méreau, устаревшие варианты написания: merel, merelles, marelles, mereaulx — своеобразный жетон-пропуск, чаще всего металлический, реже — из кожи и пергамента, использовавшийся во Франции позднего Средневековья и эпохи Реформации.Название происходит от лат. merere, «быть достойным». Появились в церковном обиходе как квитанции священникам на право получения определённого количества хлеба, часть которого они впоследствии могли раздать бедным. В XV в. появились меро весьма крупного достоинства: 5, 20, 30 и 45 денье, которые священники могли обменять на наличные деньги. По своей функции меро напоминают нотгельд.Постепенно меро вошли в обиход в средневековых цехах и корпорациях и сохранялись в этом качестве до конца XVIII века, то есть до полного упадка цеховой системы.Среди кальвинистов использовались меро, дававшие право на причастие членам общины, прошедшим катехизацию. Меро возвращались священнику в обмен на получение причастия. Поскольку в XVII веке, после отмены Нантского эдикта, преследование гугенотов возобновилось, меро использовались как «пропуска» в общины кальвинистов приезжим из других регионов.Коллекционирование меро называется «мереллофилия».
  • Méreau (plural: méreaux; obsolete spelling: merel, merelles, marelles, mereaulx) was a token, most often made of metal, sometimes from leather or parchment, used in France during late Middle Age and Reformation.Its name goes back to Latin: merere, "to deserve". Méreaux emerged in churches as tokens that entitled clergy to receive certain amount of bread or other food in rather great amount (part of which was supposed to be later distributed among the poor). In the 15th century there were méreaux of high nominal: 5, 20, 30 and 45 deniers, and priests could exchange them into real coins. Méreaux are similar to Notgeld by their function.Later on méreaux came into use by medieval guilds and professional corporations until their decline at the end of the 18th century.After abolition of the Edict of Nantes Calvinists provided méreaux to their members traveling to other Calvinist communities as to distinguish them from Catholic spies. Méreaux entitled their bearers to a Holy Communion and should be collected by the priest serving the Communion.Collecting méreaux is called merellophylia.
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 111018 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 5126 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 19 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 110218110 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Le méreau est une sorte de « bon-pour », un signe de reconnaissance ou encore, un laissez-passer qui prend la forme la plus commune d'un jeton en métal, plus rarement d'une rondelle de cuir ou en parchemin.Les méreaux - sans doute du latin merere : être digne de, mériter - sont désignés depuis le Moyen Âge sous les formes de merel, merelles, marelles et mereaulx. C'est la pénurie de monnaie divisionnaire qui explique leur apparition.
  • Меро (ранее мерель), фр. méreau, устаревшие варианты написания: merel, merelles, marelles, mereaulx — своеобразный жетон-пропуск, чаще всего металлический, реже — из кожи и пергамента, использовавшийся во Франции позднего Средневековья и эпохи Реформации.Название происходит от лат. merere, «быть достойным». Появились в церковном обиходе как квитанции священникам на право получения определённого количества хлеба, часть которого они впоследствии могли раздать бедным. В XV в.
  • Méreau (plural: méreaux; obsolete spelling: merel, merelles, marelles, mereaulx) was a token, most often made of metal, sometimes from leather or parchment, used in France during late Middle Age and Reformation.Its name goes back to Latin: merere, "to deserve". Méreaux emerged in churches as tokens that entitled clergy to receive certain amount of bread or other food in rather great amount (part of which was supposed to be later distributed among the poor).
rdfs:label
  • Méreau
  • Méreau (token)
  • Меро (жетон)
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:mouthPlace of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:débitLieu of
is foaf:primaryTopic of