Les premiers seigneurs de Pirou connus ont porté le patronyme « de Pirou ». Ce lignage seigneurial normand cité dès 1106 posséda cette terre jusqu'à Luce de Pirou, qui porta le fief dans la famille « de la Haye » (du Puits), en épousant en 1319 Robert de La Haye, seigneur et la baronnie de Néhou.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Les premiers seigneurs de Pirou connus ont porté le patronyme « de Pirou ». Ce lignage seigneurial normand cité dès 1106 posséda cette terre jusqu'à Luce de Pirou, qui porta le fief dans la famille « de la Haye » (du Puits), en épousant en 1319 Robert de La Haye, seigneur et la baronnie de Néhou. Le fief de Pirou passa au XVe siècle entre les mains de la famille « du Merle » puis « du Bois ».Pendant l'occupation anglaise durant la guerre de Cent Ans (1814-1450), le domaine fut confisqué aux du Bois, restés fidèles à Charles VI, et concédé à son cousin Robert de Fresville, époux d'une de La Haye, et qui avait choisi le camp des rois d'Angleterre Henri V puis Henri VI. Ce type de concession a des non Anglais était un moyen, pour l'occupant, de s'allier une partie de la noblesse normande restée sur place, en redistribuant des fiefs considérés, féodalement, comme ceux de félons (au duc de Normandie de facto).La famille du Bois recouvra sa seigneurie en 1450 et le conserva jusqu'en 1650, date à laquelle le plein fief de haubert fut divisé par moitié entre les deux héritières du dernier Du Bois, comme le prévoit la coutume de Normandie. L'aînée Claude du Bois de Pirou, épousa en 1640 Gabriel de Vassy, seigneur de Brécey, et la cadette Marie du Bois de Pirou épousa Philippe de Bouillé, comte de Créances. Ce partage fut toutefois l'objet d'un procès entre les Vassy et les Bouillé. Le fief, après un jugement du Parlement de Normandie revint finalement aux Vassy qui le conservèrent jusqu'à la Révolution française. Ces familles successives y ont élevé et parfois habité le château de Pirou, belle demeure des XIIe-XVIIIe siècles, complètement entouré de douves qui épousent sa plateforme ovale. De même, plusieurs enceintes l'entouraient, ainsi que sa ferme, qui a été bien conservée, dotée d'une salle des plaids (l'aula médiévale) et d'une chapelle dédiée à saint Laurent. Le tout, édifié en pierre plate locale, est couvert de schiste, a été acquis en 1966 et restauré de 1972 à 1987 par l'abbé Marcel Lelégard (1925-1994). Il est aujourd'hui ouvert à la visite par les soins de la Fondation Abbaye de la Lucerne.
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 4899081 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 15364 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 56 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 104646158 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Les premiers seigneurs de Pirou connus ont porté le patronyme « de Pirou ». Ce lignage seigneurial normand cité dès 1106 posséda cette terre jusqu'à Luce de Pirou, qui porta le fief dans la famille « de la Haye » (du Puits), en épousant en 1319 Robert de La Haye, seigneur et la baronnie de Néhou.
rdfs:label
  • Liste des seigneurs de Pirou
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of