Le terme jiang hu (chinois simplifié : 江湖 ; pinyin : jiāng hú ; Wade : chiang¹ hu² ; EFEO : kiang hou ou tsiang hou ; cantonais Jyutping : gong¹ wu⁴), parfois écrit jianghu, signifie en mandarin « fleuve et lac », mais est plus généralement traduit par « rivières et lacs ».

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le terme jiang hu (chinois simplifié : 江湖 ; pinyin : jiāng hú ; Wade : chiang¹ hu² ; EFEO : kiang hou ou tsiang hou ; cantonais Jyutping : gong¹ wu⁴), parfois écrit jianghu, signifie en mandarin « fleuve et lac », mais est plus généralement traduit par « rivières et lacs ». Ce terme est utilisé pour désigner, dans la Chine impériale, une société parallèle à la société traditionnelle, essentiellement constituée : des combattants, artistes martiaux, qui forment la « forêt de la guerre » ou wulin (chinois simplifié : 武林 ; pinyin : wǔ lín), également appelé le monde des arts martiaux : des chevaliers errants ou youxia (chinois simplifié : 游侠 ; chinois traditionnel : 遊俠 ; pinyin : yóuxiá), des bandits, formant le domaine des « vertes forêts », lulin (chinois simplifié : 绿林 ; pinyin : lǜ lín), certains sont des bandits honorables et justiciers (équivalents de Robin des bois), les « chevaliers des vertes forêts » (chinois simplifié : 绿林好汉 ; pinyin : lǜ lín hăo hàn) ; de manière plus générale, des personnes vivant en marge de la société : prostitué(e)s, vagabonds, colporteurs, charlatans, moines errants ; de fiefs loin des centres administratifs importants, et gérés de manière féodale.De manière générale, cette frange de la société est mal vue de la société traditionnelle, car refusant de s'intégrer. Toutefois, certains de ses membres sont tenus en haute estime pour l'aide qu'ils apportent à la population : lutte contre les brigands, contre l'oppresseur. L'importance du jiang hu, et en particulier de sa composante guerrière le wulin, a grandement varié selon les époques ; il prend en général de l'importance dans les périodes troubles : des guerriers errants peuvent s'opposer à l’État oppresseur, et peuvent pallier les carences de l'administration centralisée ; les fiefs indépendants ne sont pas inquiétés par une administration ayant d'autres préoccupations.À l'inverse, ses membres sont obligés de passer dans la clandestinité lorsque l’État est fort et cherche à tout maîtriser.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 4584612 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageInterLanguageLink
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 8189 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 65 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 105587791 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:efeo
  • kiang hou ou tsiang hou
prop-fr:j
  • gong¹ wu⁴
prop-fr:lang
  • en
prop-fr:p
  • shì
  • yóuxiá
  • fēngjiàn
  • gōngfu wǔshù
  • jiāng hú
  • lǜ lín
  • lǜ lín hăo hàn
  • shì-nóng-gōng-shāng
  • tiān xià
  • wén
  • wénshì
  • wǔ lín
  • wǔdé
  • wǔshì
prop-fr:s
  • 游侠
  • 功夫武术
  • 士农工商
  • 天下
  • 封建
  • 文士
  • 武士
  • 武德
  • 武林
  • 江湖
  • 绿林
  • 绿林好汉
prop-fr:site
  • My Wuxia
prop-fr:t
  • 遊俠
prop-fr:titre
  • Jiang Hu
prop-fr:url
prop-fr:w
  • chiang¹ hu²
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:wiktionary
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Le terme jiang hu (chinois simplifié : 江湖 ; pinyin : jiāng hú ; Wade : chiang¹ hu² ; EFEO : kiang hou ou tsiang hou ; cantonais Jyutping : gong¹ wu⁴), parfois écrit jianghu, signifie en mandarin « fleuve et lac », mais est plus généralement traduit par « rivières et lacs ».
rdfs:label
  • Jiang hu
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of