Jeux est un ballet en un acte de Claude Debussy, chorégraphié par Vaslav Nijinski, décors et costumes de Léon Bakst[réf. souhaitée].Commandée au mois de juin 1912, la musique est composée par Debussy pendant l'été de cette même année. La particelle est achevée le 2 septembre[réf. souhaitée], une réduction pour piano étant remise à Nijinsky et à Diaghilev quelques jours plus tard (elle sera publiée par Durand en avril 1913).

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Jeux est un ballet en un acte de Claude Debussy, chorégraphié par Vaslav Nijinski, décors et costumes de Léon Bakst[réf. souhaitée]span /.Commandée au mois de juin 1912, la musique est composée par Debussy pendant l'été de cette même année. La particelle est achevée le 2 septembre[réf. souhaitée]span /, une réduction pour piano étant remise à Nijinsky et à Diaghilev quelques jours plus tard (elle sera publiée par Durand en avril 1913). La partition d'orchestre sera publiée chez le même éditeur avec le sous-titre Poème dansé.Créé par les Ballets russes le 15 mai 1913 au Théâtre des Champs-Élysées de Paris, sous la direction de Pierre Monteux, le ballet a comme interprètes Nijinski, Tamara Karsavina et Ludmila Schollar.C'est la première pièce que Debussy écrit pour le ballet[réf. souhaitée]span /, à la demande de Diaghilev, l'Après-midi d'un faune créé par Nijinsky en 1910 s'appuyant sur une œuvre antérieure (1894). Nijinski, en même temps qu'il compose la chorégraphie du Sacre du printemps, prépare celle de Jeux, une œuvre difficile, qu'il rend confuse par le mélange de mouvements « modernes » (inspirés du tennis, du golf et des principes de Jaques-Dalcroze) et de danse académique (les filles dansent sur pointes, mais pieds parallèles). Le ballet est accueilli froidement et seule la musique de Debussy a survécu jusqu'à aujourd'hui. Ultime œuvre pour orchestre du compositeur, son importance n'a cessé d'être réévaluée au cours du XXe siècle.L'argument se veut une « apologie plastique de l'homme de 1913 » : « Dans un parc au crépuscule, une balle de tennis s’est égarée ; un jeune homme, puis deux jeunes filles s’empressent à la rechercher. La lumière artificielle des grands lampadaires électriques qui répand autour d’eux une lueur fantastique leur donne l’idée de jeux enfantins ; on se cherche, on se perd, on se poursuit, on se querelle, on se boude sans raison ; la nuit est tiède, le ciel baigné de douces clartés, on s’embrasse. Mais le charme est rompu par une autre balle de tennis jetée par on ne sait quelle main malicieuse. Surpris et effrayés, le jeune homme et les deux jeunes filles disparaissent dans les profondeurs du parc nocturne ».Le matin de la première, Debussy, qui manifeste dans plusieurs lettres ses réticences (« Il paraît que cela s’appelle la “stylisation du geste”… C’est vilain ! c’est même Dalcrozien (…) » (lettre à Robert Godet, 9 juin 1913) fait paraître dans le Matin cet article, prenant ironiquement ses distances avec la chorégraphie de Nijinsky :« Je ne suis pas homme de science ; je suis donc mal préparé à parler de danse, puisque aujourd'hui on ne saurait rien dire de cette chose légère et frivole sans prendre des airs de docteur. Avant d’écrire un ballet, je ne savais pas ce que c’était qu’un chorégraphe. Maintenant, je le sais : c’est un monsieur très fort en arithmétique ; je ne suis pas encore très érudit, mais j’ai retenu pourtant quelques leçons… celle-ci par exemple : un, deux, trois, quatre, cinq ; un, deux, trois, quatre, cinq, six ; un, deux, trois ; un, deux, trois (un peu plus vite), et puis on fait le total. Ça n’a l’air de rien, mais c’est parfaitement émotionnant, surtout quand ce problème est posé par l’incomparable Nijinsky. Pourquoi je me suis lancé, étant un homme tranquille, dans une aventure aussi lourde de conséquences ? Parce qu’il faut bien déjeuner, et parce que, un jour, j’ai déjeuné avec Monsieur Serge de Diaghilew, homme terrible et charmant qui ferait danser les pierres. Il me parla d’un scénario imaginé par Nijinsky, scénario fait de ce “rien du tout” subtil dont j’estime que doit se composer un poème de ballet : il y avait là un parc, un tennis, la rencontre fortuite de deux jeunes filles et d’un jeune homme à la poursuite d’une balle perdue, un paysage nocturne, mystérieux, avec ce je ne sais quoi d’un peu méchant qu’amène l’ombre ; des bonds, des tours, des passages capricieux dans les pas, tout ce qu’il faut pour faire naître le rythme dans une atmosphère musicale. D’ailleurs, il faut bien que je l’avoue, les spectacles des “Russes” m’ont si souvent ravi par ce qu’ils ont de sans cesse inattendu, la spontanéité naturelle ou acquise de Nijinsky m’a si souvent touché, que j’attends comme un enfant bien sage à qui on a promis le théâtre, la représentation de Jeux dans la bonne Maison de l’avenue Montaigne – qui est la Maison de la Musique.Il me semble que les “Russes” ont ouvert, dans notre triste salle d’études où le maître est si sévère, une fenêtre qui donne sur la campagne. Et puis, pour qui l’admire comme moi-même, n’est-ce point un charme que d’avoir Tamar Karsavina, cette fleur doucement infléchie, pour interprète et de la voir avec l’exquise Ludmila Schollar jouer ingénument avec l’ombre de la nuit ?… » (texte repris dans Monsieur Croche antidilettante, Gallimard, 1971, p. 236-237).
  • Jeux (Games) is the last work for orchestra written by Claude Debussy. Described as a "poème dansé" (literally a "danced poem"), it was originally intended to accompany a ballet and was written for the Ballets Russes of Sergei Diaghilev to choreography by Vaslav Nijinsky. Debussy initially objected to the scenario, but reconsidered the commission when Diaghilev doubled the fee. Debussy wrote the score quickly, from mid-August to mid-September 1912. Robert Orledge has analysed the chronology of Debussy's composition and preserved manuscripts of the score.Jeux premiered on 15 May 1913 at the Théâtre des Champs-Élysées, Paris, conducted by Pierre Monteux. The work was not well received and was soon eclipsed by Stravinsky's The Rite of Spring, which was premiered two weeks later by Diaghilev's company.The first commercial recording was made by Victor de Sabata with the Orchestra Stabile Accademica di Santa Cecilia in 1947. A critical edition of the score, prepared by Pierre Boulez and Myriam Chimènes, was published in 1988.The number of tempo markings in Jeux is around 60, sufficient for Émile Vuillermoz to describe the score as changing "speed and nuance every two measures". The thematic motifs of Jeux are likewise very short, often two measures long or constructed from two single-measure building blocks. L.D. Berman has analysed Jeux in the context of Debussy's earlier Prélude à l'après-midi d'un faune. Jann Pasler has analysed in detail Debussy's motivic construction.
  • Jeux (en catala, Jocs) és un ballet coreografiat per Nijinski amb musica de Claude Debussy que es va estrenar amb la companyia dels Ballets Russes i en propi Nijinski com a protagonista en 1913 a Paris. Per primer cop un ballari home ballava amb sabatilles de punta, a més que continuava amb l'estil de dansa classica totalment nou del seu primer ballet, el que despres s'anomenaria dansa moderna o estil neoclassic, segons els autors, precursora de la dansa contemporania. No va ser fins que Nijinski fou remplaçat com a coreograf dels Ballets Russes, l'any 1915, que va néixer l'expressio dansa neoclassica o moderna. Per motius de salut i el deteriorament de la relació professional i sentimental amb Diaghilev, en Nijinski només faria dues coreografies més al llarg de la seva vida.El ballet comença i acaba amb una pilota de tennis que cau. Amb la primera, apareix un home i dues dones que la cerquen, a poc a poc comencen a jugar a petits jocs infantils, despres més ambigus i cada cop més sexuals. De sobte cau una altra pilota, que segurament s'ha escapat d'un altre partit de tennis, això trenca l'encantament de la nit i alarma les tres persones que hi havia, que escapen de l'escenari. El tema del trio ammoros va ser escandalos a la seva epoca, així com els moviments i la dansa, que continuava l'estil trencador que Nijinski ja havia proposat a la seva primera obra: La migdiada d'un faune. Mai abans s'havia fet un ballet basat en un triangle amoros, i això que en Nijinski en principi havia volgut que fos format per tres homes, cosa que en aquell moment li van censurar. Nijinski desitjava crear una dansa moderna que sabés reemplaçar dràsticament tot allò que s'havia fet fins aleshores en matèria de ballet, constituint-la per antítesi directa amb les regles clàssiques, simplement capgirant-les, pero sense haver creat prèviament ni una pedagogia ni una ideologia. No va ser fins que Nijinski fou remplaçat com a coreograf dels Ballets Russes, l'any 1915, que va néixer l'expressio dansa neoclassica o moderna. Això va ser consequencia de la «via ràpida» amb que l'empresari Diaghilev, amo dels Ballets Russos, volia un alt benefici economic directe i per mitjà de la publicitat que donaven els escandols i el fet de poder dir-se creador d'un nou estil de dansa.
  • Jeux is balletmuziek gecomponeerd door Claude Debussy.
  • 舞踊詩『遊戯』(仏語:Jeux, poème dansé)は、クロード・ドビュッシーが1912年に作曲した最後のバレエ音楽ならびに最後の管弦楽曲。セルゲイ・ディアギレフが主宰するバレエ・リュス(ロシア・バレエ団)のために舞踊の伴奏音楽として作曲された。“jeux”という名詞は、「テニスの試合」と、一人の男性を巡って二人の女性が「恋の鞘当て」を演ずることとの掛詞であり、無邪気な子どもの「お遊戯」という意味ではない。“jeux”は英語では“play”のことである。
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 927697 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 6130 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 27 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109168269 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Jeux est un ballet en un acte de Claude Debussy, chorégraphié par Vaslav Nijinski, décors et costumes de Léon Bakst[réf. souhaitée]<span />.Commandée au mois de juin 1912, la musique est composée par Debussy pendant l'été de cette même année. La particelle est achevée le 2 septembre[réf. souhaitée]<span />, une réduction pour piano étant remise à Nijinsky et à Diaghilev quelques jours plus tard (elle sera publiée par Durand en avril 1913).
  • Jeux is balletmuziek gecomponeerd door Claude Debussy.
  • 舞踊詩『遊戯』(仏語:Jeux, poème dansé)は、クロード・ドビュッシーが1912年に作曲した最後のバレエ音楽ならびに最後の管弦楽曲。セルゲイ・ディアギレフが主宰するバレエ・リュス(ロシア・バレエ団)のために舞踊の伴奏音楽として作曲された。“jeux”という名詞は、「テニスの試合」と、一人の男性を巡って二人の女性が「恋の鞘当て」を演ずることとの掛詞であり、無邪気な子どもの「お遊戯」という意味ではない。“jeux”は英語では“play”のことである。
  • Jeux (Games) is the last work for orchestra written by Claude Debussy. Described as a "poème dansé" (literally a "danced poem"), it was originally intended to accompany a ballet and was written for the Ballets Russes of Sergei Diaghilev to choreography by Vaslav Nijinsky. Debussy initially objected to the scenario, but reconsidered the commission when Diaghilev doubled the fee. Debussy wrote the score quickly, from mid-August to mid-September 1912.
  • Jeux (en catala, Jocs) és un ballet coreografiat per Nijinski amb musica de Claude Debussy que es va estrenar amb la companyia dels Ballets Russes i en propi Nijinski com a protagonista en 1913 a Paris. Per primer cop un ballari home ballava amb sabatilles de punta, a més que continuava amb l'estil de dansa classica totalment nou del seu primer ballet, el que despres s'anomenaria dansa moderna o estil neoclassic, segons els autors, precursora de la dansa contemporania.
rdfs:label
  • Jeux (ballet)
  • Jeux
  • Jeux
  • Jeux (ballet)
  • 遊戯 (ドビュッシー)
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageDisambiguates of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of