L'Institut de biologie marine Michel-Pacha, rattaché à l'université Lyon I, occupait jusqu'en 2008 un édifice à l'architecture d'inspiration orientale situé sur la commune de La Seyne-sur-Mer (Var, France). Il doit son nom au mécène Michel Pacha, capitaine au long cours puis homme d'affaires, qui a offert le terrain et les matériaux pour la construction de cet institut. Inauguré en 1900, l'Institut de biologie marine est l'œuvre maîtresse de l'architecte suisse Paul Page.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L'Institut de biologie marine Michel-Pacha, rattaché à l'université Lyon I, occupait jusqu'en 2008 un édifice à l'architecture d'inspiration orientale situé sur la commune de La Seyne-sur-Mer (Var, France). Il doit son nom au mécène Michel Pacha, capitaine au long cours puis homme d'affaires, qui a offert le terrain et les matériaux pour la construction de cet institut. Inauguré en 1900, l'Institut de biologie marine est l'œuvre maîtresse de l'architecte suisse Paul Page. La façade de style mauresque est un placage sur une construction traditionnelle. La blancheur de l'édifice est agrémentée par la polychromie des faïences aux motifs géométriques, d'entre-lacs et de palmettes.La référence à l’Orient est complétée par les éléments architecturaux tels que les arcs outrepassés, chapiteaux d’inspiration byzantine et ottomane, moucharabieh, frise de merlons « en escalier » qui dissimule la toiture de tuile… L'Institut de biologie marine établit ainsi une cohérence entre le lieu, Tamaris, son fondateur, Michel Pacha et l'histoire de celui-ci, l'Empire ottoman.Cette institution a été à l'origine de nombreuses découvertes et siège de nombreuses expériences ; entre autres, celle du détecteur de neutrinos géant Antares.Suite à la réduction des crédits d'État à la recherche et dans le cadre de la politique d'autonomie des universités, l'Université de Lyon a rapatrié sur Lyon l'activité de recherche en 2008. Faute de financements et de volontés politiques, tous les projets d'y implanter une « Maison de la Rade de Toulon » (dans le cadre du Contrat de Baie) ou une nouvelle activité de recherche, ont échoué, et conformément au testament de Michel Pacha, le bâtiment et son domaine devraient revenir à sa descendance ; des actions juridiques sont en cours. En attendant leur conclusion, les relevés de l'expérience Antares continuent sur site, à 2 500 mètres de profondeur au large de Toulon (le volume autour duquel s'échelonnent les capteurs pourrait contenir la tour Eiffel).
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 1563968 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 3290 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 26 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 102929919 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
georss:point
  • 43.088116666666664 5.8985666666666665
rdf:type
rdfs:comment
  • L'Institut de biologie marine Michel-Pacha, rattaché à l'université Lyon I, occupait jusqu'en 2008 un édifice à l'architecture d'inspiration orientale situé sur la commune de La Seyne-sur-Mer (Var, France). Il doit son nom au mécène Michel Pacha, capitaine au long cours puis homme d'affaires, qui a offert le terrain et les matériaux pour la construction de cet institut. Inauguré en 1900, l'Institut de biologie marine est l'œuvre maîtresse de l'architecte suisse Paul Page.
rdfs:label
  • Institut de biologie marine Michel-Pacha
geo:lat
  • 43.088116 (xsd:float)
geo:long
  • 5.898567 (xsd:float)
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of