PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L'histoire de l'Yonne est celle d'un département créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 et dont le territoire recouvrait une partie des Anciennes provinces de France qu'étaient la Bourgogne (qui n'était plus le Duché de Bourgogne), la Champagne, le Nivernais, l'Orléanais et l'Île-de-France (avec le Gâtinais français).Faisaient initialement partie de la Bourgogne : le comté d'Auxerre, le bailliage d'Avallon, l'enclave de Noyers, la baronnie de Tanlay. Étaient en Champagne : les comtés de Joigny et de Tonnerre. Le Nivernais, bien que dépendant du royaume de France, n'avait pas été rattaché au domaine royal en 1789 et comprenait Vézelay, les baronnies de Saint-Sauveur et Saint-Fargeau. Sans doute dans l'Orléanais : Rogny-les-Sept-Écluses, Bleneau, Champcevrais et peut-être aussi les communes de la basse vallée de l'Ouanne. Le Comté de Sens était annexé depuis 1055 à l'Ile-de-France.Les découpages de l'autorité ecclésiastique étaient eux différents (avec la province ecclésiastique de Sens, les diocèses d’Auxerre, d’Autun et de Langres). Ils ont permis aux archevêques de Sens d'acquérir richesses et puissance comme en témoigne encore actuellement leur ancien palais archiépiscopal et peut-être la volonté des révolutionnaires, en 1790, de le transformer en diocèse de l'Yonne et celle du Concordat de 1801 de le rayer de la carte pour le réunir au diocèse de Troyes, l'archevêque de Paris héritant alors du titre d'archevêque de Sens.Ne peut-on en conséquence penser qu'avant 1790, les habitants de ce territoire n'étaient absolument pas Icaunais dans leurs têtes et que leurs mentalités n'avaient rien à voir avec celles qui peuvent être les leurs au XXIe siècle, quand bien même la vie actuelle d'un habitant de Quarré-les-Tombes ne doit pas être comparable à celle d'un habitant de Sens ? Et si tant est que les législateurs de 1790 aient obtenu ce qu'ils souhaitaient :...effacer jusqu’aux dernières traces des anciens préjugés ; substituer à l’amour-propre de province l’amour véritable de la patrie ; asseoir les droits de chaque homme et de chaque canton, en raison de leurs rapports avec la chose publique.Une histoire des représentations sur les territoires icaunais serait donc sans doute intéressante, de même qu'une histoire des monnaies diverses et variées, laïques ou ecclésiastiques, qui ont dû y circuler au cours des siècles, sans oublier les poids et les balances, les mesures de vin, de grains, de sel (comme le muid et la feuillette) et autres coudées des arpenteurs et des borneurs qui devaient être source de bien des conflits puisque Charlemagne avait totalement échoué dans sa tentative d'uniformisation.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 907118 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 41728 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 318 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 107976545 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • L'histoire de l'Yonne est celle d'un département créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 et dont le territoire recouvrait une partie des Anciennes provinces de France qu'étaient la Bourgogne (qui n'était plus le Duché de Bourgogne), la Champagne, le Nivernais, l'Orléanais et l'Île-de-France (avec le Gâtinais français).Faisaient initialement partie de la Bourgogne : le comté d'Auxerre, le bailliage d'Avallon, l'enclave de Noyers, la baronnie de Tanlay.
rdfs:label
  • Histoire de l'Yonne
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of