L'ensemble de massifs boisés dit massif domanial de Verdun ou forêt domaniale de Verdun (plus de 10 000 ha boisés) plus souvent improprement dénommés « forêt de Verdun » est une des zones de massifs boisés de la région forestière dite Côtes et collines de Meuse, du département de la Meuse et de la région lorraine (boisée à 36 %, ce qui en fait la seconde région forestière de la France métropolitaine).Ce massif tire son nom de la proche ville de Verdun, et regroupe diverses forêts domaniales et non-domaniales, dont par exemple : le bois de la Grande Montagne le bois d'Écurey le bois de Bréhéville le bois de Consenvoye la forêt de Verdun, composée de résineux plantés après guerre, mais aussi de feuillus (un tiers de la surface boisée) plantés ou issus d'une régénération naturelle provenant des peuplements d'avant-guerre, avec quelques zones considérées comme de réels « témoins de l'avant-guerre ».

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L'ensemble de massifs boisés dit massif domanial de Verdun ou forêt domaniale de Verdun (plus de 10 000 ha boisés) plus souvent improprement dénommés « forêt de Verdun » est une des zones de massifs boisés de la région forestière dite Côtes et collines de Meuse, du département de la Meuse et de la région lorraine (boisée à 36 %, ce qui en fait la seconde région forestière de la France métropolitaine).Ce massif tire son nom de la proche ville de Verdun, et regroupe diverses forêts domaniales et non-domaniales, dont par exemple : le bois de la Grande Montagne le bois d'Écurey le bois de Bréhéville le bois de Consenvoye la forêt de Verdun, composée de résineux plantés après guerre, mais aussi de feuillus (un tiers de la surface boisée) plantés ou issus d'une régénération naturelle provenant des peuplements d'avant-guerre, avec quelques zones considérées comme de réels « témoins de l'avant-guerre ». En particulier, le bois le Comte abrite de vieux hêtres nés avant 1916, ainsi que des populations de Sonneur à ventre jaune. Le plateau de Douaumont se recolonise naturellement depuis la guerre, sur environ 200 hectares qui ont toujours été réservés, hors aménagement forestier. C'est « est un cas exceptionnel à une telle échelle dans la moitié nord de la France ». Il abrite plusieurs espèces de plantes rares (Dactylorhiza praetermissa, Epipactis muelleri, Linum leonii et Ophioglossum vulgatum). La forêt de Verdun est riche en suintements et présente quelques sources incrustantes avec hépatiques à thalle dont Conocephalum conicum. Depuis les années 1970, l'ONF convertit les zones artificiellement enrésinées en peuplements mélangés de feuillus. la forêt de Spincourt, moins touchée par la guerre, est surtout composée de feuillus. Elle abrite deux étangs (étang Debat et étang des Crocs) considérés comme remarquables, ainsi qu'une petite forêt alluviale inondable, sur roche imperméable, qui abritent des espèces rares dans le département ou la région, dont par exemple le Pourpier d’eau (Lythrum portula), le Potamot à feuilles aiguës (Potamogeton acutifolius), la Laîche de Bohème (Carex bohemica) le bois de Sivry le bois de Sartell le bois Juré le bois de Forges le bois des Caures le bois du Fayel le bois de Merles le bois de Jametz le bois de la Côte de Laimont le bois de Dannevoux la forêt du Mort-Homme, qui fait partie de la zone rouge de Verdun, est composée de résineux plantés après guerre, mais aussi de feuillus plantés ou issus d'une régénération naturelle provenant des peuplements d'avant-guerre. Le massif abrite une zone humide marécageuse alimentée par le ruisseau de Forges et plusieurs zones périodiquement inondées propices aux amphibiens, par exemple à l'étang du Haut-Fourneau. Il abrite aussi des zones de mardelles tourbeuses abritant par exemple deux sphaignes Sphagnum palustre et Sphagnum subsecundum. Certaines semblent naturelles, mais la plupart sont d'anciens trous d'obus (Parent, 2004). Depuis les années 1970, l'ONF convertit peu à peu les zones artificiellement enrésinées de cette forêt en peuplements mélangés de feuillus. Certaines anciennes tranchées sont noyées plusieurs mois par an (par exemple autour des étangs Debat et des Crocs) et sont devenues des lieux de reproduction pour certains batraciens et libellules (Millarakis, 1997).Les résineux constituent encore environ 50 % du boisement des secteurs du Mort-Homme et de Verdun.En forêt de Spincourt, les feuillus dominent largement (plus de 90 % du massif) avec notamment le [chêne pédonculé]. Le massif bénéficie d'une température plus douce que la moyenne régionale. La pluviométrie y est plus faible que dans le sud-est de la région, mais le sol a de très bonnes capacités de réserve en eau, et sa fragmentation par les obus lors de la guerre a facilité la pénétration des racines en profondeur ;Ce massif est inclus dans une vaste zone (forêts domaniales de Spincourt, du Mort-Homme et de Verdun) qui est l'un des trois sites pressentis parmi ceux qui pourraient devenir parc national (zone d'étude de 33 000 ha incluant les rares feuillus anciens déjà là avant 1914, mitraillés, qui pourraient être classés en réserve biologique intégrale,. On trouve dans la zone d'étude trois habitats forestiers prioritaires de la Directive européenne Habitats Faune Flore (Millarakis, 1999) : Érablaie-Tillaie-Ormaie de versant nord sur cailloutis calcaire (code UE 9180), en zone basse et relativement épargnée par les séquelles de guerre, et à la potentialité forestière relativement préservée; Frênaie-Aulnaie mésohygrophile sur marnes (code UE 91E0), rare et localisé sur de faibles surfaces, favorable à l'Aulne blanc (Alnus incana), souvent sur substrats tufeux suintants, également caractérisés par une flore hygrophile très riche ; La Frênaie-Aulnaie à Orme lisse de bords de ruisseau (code UE 91E0) pouvant accueillir les trois ormes (lisse, de montagne et champêtre).
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 3788804 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 21548 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 158 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109128290 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:administration
prop-fr:altMaxi
  • 400 (xsd:integer)
prop-fr:altMini
  • 200 (xsd:integer)
prop-fr:essences
  • Chênes, hêtre, pin sylvestre...
prop-fr:géolocalisation
  • France/Lorraine
prop-fr:latitude
  • 49.195520 (xsd:double)
prop-fr:lienSubdivision
prop-fr:longitude
  • 5.433412 (xsd:double)
prop-fr:légende
  • La forêt de Verdun, lieu de mémoire, où l'on a localement gardé les traces de la Première Guerre mondiale
prop-fr:nom
  • Forêt de Verdun
prop-fr:pays
  • France
prop-fr:protection
prop-fr:subdivision
prop-fr:superficie
  • 12400 (xsd:integer)
prop-fr:tailleImage
  • 250 (xsd:integer)
prop-fr:type
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • L'ensemble de massifs boisés dit massif domanial de Verdun ou forêt domaniale de Verdun (plus de 10 000 ha boisés) plus souvent improprement dénommés « forêt de Verdun » est une des zones de massifs boisés de la région forestière dite Côtes et collines de Meuse, du département de la Meuse et de la région lorraine (boisée à 36 %, ce qui en fait la seconde région forestière de la France métropolitaine).Ce massif tire son nom de la proche ville de Verdun, et regroupe diverses forêts domaniales et non-domaniales, dont par exemple : le bois de la Grande Montagne le bois d'Écurey le bois de Bréhéville le bois de Consenvoye la forêt de Verdun, composée de résineux plantés après guerre, mais aussi de feuillus (un tiers de la surface boisée) plantés ou issus d'une régénération naturelle provenant des peuplements d'avant-guerre, avec quelques zones considérées comme de réels « témoins de l'avant-guerre ».
rdfs:label
  • Forêt domaniale de Verdun
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of