Si les ouvrages d’histoire évoquent encore aujourd’hui la famille Briansiaux, c’est à travers l’extraordinaire réussite commerciale de François-Charles Briansiaux (1769-1825) et de son frère aîné, Mathieu-Joseph (1758-1814) .Au début du XIXe, la maison Briansiaux était ainsi considérée comme l’une des plus puissantes de Lille. Les Briansiaux, héritiers de corsaires dunkerquois sont d’abord des gens de mer, d’où l’ancre sur leurs armoiries.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Si les ouvrages d’histoire évoquent encore aujourd’hui la famille Briansiaux, c’est à travers l’extraordinaire réussite commerciale de François-Charles Briansiaux (1769-1825) et de son frère aîné, Mathieu-Joseph (1758-1814) .Au début du XIXe, la maison Briansiaux était ainsi considérée comme l’une des plus puissantes de Lille. Les Briansiaux, héritiers de corsaires dunkerquois sont d’abord des gens de mer, d’où l’ancre sur leurs armoiries. Mathieu Briansiaux (1693-1766), établi à Gravelines, marié à Madeleine Hochart est marchand épicier et négociant à Dunkerque ainsi qu'armateur pour la pêche à la morue à Terre-Neuve. Il transformait parfois ses bâtiments en navire de guerre. Au gré des besoins militaires, il louait une partie de sa flotte à des corsaires. Munis de « lettres de représailles », ces derniers, quoique simples particuliers, étaient habilités à capturer les vaisseaux de commerce de la nation ennemie. Il meurt en 1766 et « laissa 300 000 livres et 5 garçons ».Jean-Louis Briansiaux de Milleville (1727-mort sous la Révolution à Paris) fut comme son père négociant, armateur mais aussi banquier. Sa fortune – il est le principal armateur de Dunkerque - lui permet d’armer au moins dix huit corsaires à Dunkerque pendant la guerre déclarée, en janvier 1756, à l’Angleterre. Il fait ainsi un « tort notable au commerce des ennemis ». Le produit de ses corsaires a fait « circuler un argent immense dans la Flandre ». Dans l'article qu'il lui consacre dans la Revue du Nord en 1911 (Monsieur le Chevalier J.-L. Briansiaux de Milleville, armateur en course) Henri Malo écrit: « Son nom est intimement lié à l'histoire de la course à Dunkerque pendant la Guerre de Sept Ans et la guerre de l'indépendance américaine: il remua des millions ; il mourut sur la paille. »
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 3264334 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 20229 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 158 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 110597644 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:date
  • septembre 2008
prop-fr:tentative
  • novembre 2012
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Si les ouvrages d’histoire évoquent encore aujourd’hui la famille Briansiaux, c’est à travers l’extraordinaire réussite commerciale de François-Charles Briansiaux (1769-1825) et de son frère aîné, Mathieu-Joseph (1758-1814) .Au début du XIXe, la maison Briansiaux était ainsi considérée comme l’une des plus puissantes de Lille. Les Briansiaux, héritiers de corsaires dunkerquois sont d’abord des gens de mer, d’où l’ancre sur leurs armoiries.
rdfs:label
  • Famille Briansiaux
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of