Property Value
dbo:abstract
  • « Extermination douce » est une expression forgée pour dénoncer l'abandon et la mort lente, de faim, de froid et de carence de soins, des malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques français durant l'Occupation, soit entre 44 144 et 50 518 victimes. L'extermination douce, diversement présentée par les témoins, les épidémiologues et les psychiatres, selon leurs sensibilités et leurs visions partielles, mais maintes fois mentionnée dans les publications scientifiques ou la presse depuis 1941, n'a fait de la part des historiens l'objet d'aucune étude spécifique jusqu'en 2005, hormis quelques mémoires de maîtrise. La plupart des témoins sont morts sans avoir été interrogés et de nombreux documents détaillant des situations locales sont toujours inexploités. L'insuffisance et la restriction des moyens affectés aux hôpitaux psychiatriques demeure sous tous les régimes une constante régulièrement dénoncée par les équipes médicales. Toutefois, l'« hécatombe des fous » sous l'Occupation, de même que les décès dans les camps ouverts dès novembre 1938 par la Troisième République, est présentée comme un non-dit par des historiens contemporains. (fr)
  • « Extermination douce » est une expression forgée pour dénoncer l'abandon et la mort lente, de faim, de froid et de carence de soins, des malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques français durant l'Occupation, soit entre 44 144 et 50 518 victimes. L'extermination douce, diversement présentée par les témoins, les épidémiologues et les psychiatres, selon leurs sensibilités et leurs visions partielles, mais maintes fois mentionnée dans les publications scientifiques ou la presse depuis 1941, n'a fait de la part des historiens l'objet d'aucune étude spécifique jusqu'en 2005, hormis quelques mémoires de maîtrise. La plupart des témoins sont morts sans avoir été interrogés et de nombreux documents détaillant des situations locales sont toujours inexploités. L'insuffisance et la restriction des moyens affectés aux hôpitaux psychiatriques demeure sous tous les régimes une constante régulièrement dénoncée par les équipes médicales. Toutefois, l'« hécatombe des fous » sous l'Occupation, de même que les décès dans les camps ouverts dès novembre 1938 par la Troisième République, est présentée comme un non-dit par des historiens contemporains. (fr)
dbo:country
dbo:thumbnail
dbo:wikiPageExternalLink
dbo:wikiPageID
  • 1304371 (xsd:integer)
dbo:wikiPageLength
  • 53235 (xsd:nonNegativeInteger)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 190171007 (xsd:integer)
dbo:wikiPageWikiLink
prop-fr:fr
  • Centre des sciences humaines et sociales (fr)
  • Pere Mata i Fontanet (fr)
  • Phenbenzamine (fr)
  • Centre des sciences humaines et sociales (fr)
  • Pere Mata i Fontanet (fr)
  • Phenbenzamine (fr)
prop-fr:lang
  • en (fr)
  • ca (fr)
  • es (fr)
  • en (fr)
  • ca (fr)
  • es (fr)
prop-fr:texte
  • CSHS (fr)
  • Pere Mata (fr)
  • phenbenzamine (fr)
  • CSHS (fr)
  • Pere Mata (fr)
  • phenbenzamine (fr)
prop-fr:trad
  • Centro de Ciencias Humanas y Sociales (fr)
  • Pere Mata i Fontanet (fr)
  • Phenbenzamine (fr)
  • Centro de Ciencias Humanas y Sociales (fr)
  • Pere Mata i Fontanet (fr)
  • Phenbenzamine (fr)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dct:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • « Extermination douce » est une expression forgée pour dénoncer l'abandon et la mort lente, de faim, de froid et de carence de soins, des malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques français durant l'Occupation, soit entre 44 144 et 50 518 victimes. (fr)
  • « Extermination douce » est une expression forgée pour dénoncer l'abandon et la mort lente, de faim, de froid et de carence de soins, des malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques français durant l'Occupation, soit entre 44 144 et 50 518 victimes. (fr)
rdfs:label
  • Extermination douce (fr)
  • Extermination douce (fr)
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:wikiPageRedirects of
is dbo:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of