Auguste-Louis-Emmanuel Leclainche, né le 29 août 1861 à Piney (Aube) et mort le 26 novembre 1953 à Paris, est un vétérinaire et microbiologiste français, internationalement connu pour ses réalisations scientifiques en médecine vétérinaire, ainsi que pour son rôle majeur dans l'organisation de l'enseignement vétérinaire et des services vétérinaires français.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Auguste-Louis-Emmanuel Leclainche, né le 29 août 1861 à Piney (Aube) et mort le 26 novembre 1953 à Paris, est un vétérinaire et microbiologiste français, internationalement connu pour ses réalisations scientifiques en médecine vétérinaire, ainsi que pour son rôle majeur dans l'organisation de l'enseignement vétérinaire et des services vétérinaires français. Il est aussi l'initiateur de l'OIE (Office international des épizooties) maintenant connu sous le nom d’Organisation mondiale de la santé animale, pour la lutte contre les maladies animales au niveau mondial.
dbpedia-owl:award
dbpedia-owl:birthDate
  • 1861-08-29 (xsd:date)
dbpedia-owl:birthPlace
dbpedia-owl:birthYear
  • 1861-01-01 (xsd:date)
dbpedia-owl:deathDate
  • 1953-11-26 (xsd:date)
dbpedia-owl:deathPlace
dbpedia-owl:deathYear
  • 1953-01-01 (xsd:date)
dbpedia-owl:domain
dbpedia-owl:institution
dbpedia-owl:knownFor
dbpedia-owl:nationality
dbpedia-owl:sudocId
  • 035041951
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:university
dbpedia-owl:viafId
  • 17340719
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 7687753 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 36158 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 161 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109535627 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:champs
prop-fr:colonnes
  • 2 (xsd:integer)
prop-fr:dateDeDécès
  • 1953-11-26 (xsd:date)
prop-fr:dateDeNaissance
  • 1861-08-29 (xsd:date)
prop-fr:diplôme
prop-fr:groupe
  • n
prop-fr:institutions
prop-fr:lieuDeDécès
prop-fr:lieuDeNaissance
prop-fr:nom
  • Emmanuel Leclainche
prop-fr:paysDeDécès
prop-fr:paysDeNaissance
prop-fr:prix
prop-fr:renomméPour
  • Erysipelothrix rhusiopathiae , Clostridium perfringens, , Clostridium chauvoei , organisation de l'enseignement et des services vétérinaires, OIE
prop-fr:sudoc
  • 35041951 (xsd:integer)
prop-fr:texte
  • 0001-01-15 (xsd:date)
  • 0001-07-06 (xsd:date)
  • Les dispositions du décret de 1813 furent annulées par l’ordonnance de 1825, mais, socialement, le mal était fait et la confusion des compétences entre vétérinaires, empiriques et hongreurs perdura longtemps dans le monde rural, avec une tolérance administrative jusqu’à ce que les vétérinaires obtiennent leur monopole d’exercice en 1938. Il faudra pour y parvenir non seulement une construction scientifique de la profession, qui était largement réalisée avant 1914 à l’issue des conquêtes pasteuriennes, mais aussi une transformation sociale du monde de l'élevage ainsi que le poids croissant de nouveaux enjeux économiques et de santé publique dans le monde de l’élevage et de l’alimentation humaine. :
  • La disposition que la profession vétérinaire jugea la plus funeste résidait dans la liberté accordée au préfet de chaque département d’autoriser, en fonction des besoins, la création d’ateliers de maréchalerie dans le chef-lieu du département, sous la direction d’un médecin vétérinaire et dans le chef-lieu d’arrondissement, sous la direction d’un maréchal-vétérinaire. Ces ateliers délivraient après deux ans d’apprentissage un certificat de maréchal expert visé par le préfet. Outre leur qualification pour les travaux de ferrure, les maréchaux experts se voyaient, dans la pratique, dotés des mêmes attributions que les vétérinaires pour les soins, les castrations, l’obstétrique, etc., et cela sans formation médicale véritable. D’où l’appellation d’empiriques qui leur sera donnée par la suite et qui prévaudra jusqu’à la disparition de la corporation au milieu du . Ce décret visait surtout à faire face aux besoins militaires dans les difficultés du moment, et dans le cas présent à la pénurie de chevaux en état d'être utilisés et d'hommes pour s'en occuper.
  • Sur les conditions de l'élévation sociale du vétérinaire, on peut opposer le réalisme et le pragmatisme de Leclainche à l'idéalisme de Bouley. Leclainche écrit dans son livre Histoire de la médecine vétérinaire ː « L’élévation sociale du vétérinaire coïncide avec son utilisation par les administrations publiques. Le vétérinaire ne bénéficie pas, comme le médecin, des succès de sa thérapeutique. Ses plus heureuses interventions sont discutées et trouvées trop onéreuses ; son habileté lui assure une réputation qui, même étendue au-delà de sa clientèle, ne dépasse pas celle d’un artisan réputé. Au contraire, une situation administrative le situe dans la hiérarchie sociale ; elle l’égale aux fonctionnaires du même rang et lui assure une même considération » tandis que Bouley, faisant en 1882 l'éloge d'Eugène Renault, déclamait ː « Lorsqu’une profession s’appuie sur les bases solides de la science, elle tend toujours à s’élever et, quelle que soit l’humilité de son origine, elle surmonte, dans son mouvement ascensionnel, les obstacles que peuvent lui opposer les hommes et les choses, et finit par atteindre une altitude sociale dont elle ne peut plus déchoir ».
prop-fr:type
  • personne
prop-fr:viaf
  • 17340719 (xsd:integer)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:worldcatid
  • lccn-no-93-031061
dcterms:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Auguste-Louis-Emmanuel Leclainche, né le 29 août 1861 à Piney (Aube) et mort le 26 novembre 1953 à Paris, est un vétérinaire et microbiologiste français, internationalement connu pour ses réalisations scientifiques en médecine vétérinaire, ainsi que pour son rôle majeur dans l'organisation de l'enseignement vétérinaire et des services vétérinaires français.
rdfs:label
  • Emmanuel Leclainche
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
foaf:name
  • Emmanuel Leclainche
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of