Edwin Johnson (1842-1901) est un historien anglais, surtout connu pour sa critique radicale de l'historiographie chrétienne, ses recherches se situent dans la lignée de Bruno Bauer, S.A. Naber, et A. Pierson. Parmi ses œuvres on cite Antiqua Mater: A Study of Christian Origins (1887, publié à Londres de façon anonyme) et The Pauline Epistle: Re-studied and Explained (1894).

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Edwin Johnson (1842-1901) est un historien anglais, surtout connu pour sa critique radicale de l'historiographie chrétienne, ses recherches se situent dans la lignée de Bruno Bauer, S.A. Naber, et A. Pierson. Parmi ses œuvres on cite Antiqua Mater: A Study of Christian Origins (1887, publié à Londres de façon anonyme) et The Pauline Epistle: Re-studied and Explained (1894). Dans Antiqua Mater Johnson examine un grand nombre de sources diverses relatives aux débuts du christianisme et « extérieures à l'Écriture », et il en vient à la conclusion qu'il n'existe aucune preuve documentaire fiable capable d'établir l'existence de Jésus-Christ ou des Apôtres. Selon lui le christianisme a évolué à partir d'un mouvement dans la diaspora juive, chez des gens que provisoirement il appelle les Hagioi. Ces juifs adhéraient à une interprétation libérale de la Torah avec une simplification des rites et des perspectives plus spirituelles. Hagioi est un mot grec signifiant « saints », « croyants », « disciples loyaux », ou « peuple de Dieu », et il est communément utilisé quand on parle des membres des premières communautés chrétiennes. C'est un terme qui a été d'un usage fréquent chez Paul, dans le Nouveau Testament, et dans quelques passages des Actes des Apôtres, qui font référence aux activités de Paul.Le Gnosticisme, et en même temps certains cultes païens de Bacchus, sont également cités comme des précurseurs probables du christianisme. Dans The Pauline Epistles et The Rise of English Culture Johnson en vient à cette proposition révolutionnaire que la totalité de ce qu'on appelle le Moyen Âge entre 700 et 1400 n'a jamais eu lieu, mais a été inventé par des écrivains chrétiens qui ont créé des personnages et des événements imaginaires. Les Pères de l'Église, les Évangiles, saint Paul, les premiers textes chrétiens, ainsi que le christianisme en général, tout cela est identifié comme de simples créations littéraires qu'il attribue à des moines (surtout des Bénédictins), qui ont élaboré l'ensemble du mythe chrétien au début du XVIe siècle. Comme l'a dit un critique, Johnson « a pris le parti d'abolir toute l'histoire d'Angleterre avant la fin du XVe siècle. »L'attitude critique de Johnson envers le christianisme rappelle les vues exprimées par Sir Isaac Newton, Wilhelm Kammeier, Jean Hardouin, Robert Baldauf et Christoph Marx ; des appels du même genre pour une révision radicale de la chronologie historique se retrouvent chez différents chercheurs modernes, parmi lesquels les chercheurs allemands Hermann Detering, Eugen Gabowitsch, Heribert Illig et Uwe Topper, ainsi que chez les mathématiciens russes Anatoly Fomenko et Gleb Nosovsky.
  • Edwin Johnson (* 1842; † 1901) war ein britischer Historiker. Seinen Forschungsergebnissen zufolge gibt es im Sinne des Jesusmythos keinerlei Beweis für die historische Existenz Jesu Christi.
  • Edwin Johnson (1842–1901), English historian, is best known for his radical criticisms of Christian historiography, continuing scholarship in the vein of Bruno Bauer, S.A. Naber, and Allard Pierson.[citation needed] Among his works are "Antiqua Mater: A Study of Christian Origins" (1887, published in London anonymously) and "The Pauline Epistles: Re-studied and Explained" (1894).In Antiqua Mater Johnson examines a great variety of sources related to early Christianity "from outside scripture", coming to the conclusion that there was no reliable documental evidence to prove the existence of Jesus Christ or the Apostles.[citation needed] He asserts that Christianity had evolved from a Jewish Diaspora movement, he provisionally called the Hagioi.[citation needed] They adhered to a liberal interpretation of the Torah with simpler rites and a more spiritualized outlook. Hagioi is a Greek word meaning "saints", "holy ones", "believers", "loyal followers", or "God's people", and was usually used in reference to members of the early Christian communities. It is a term that was frequently used by Paul in the New Testament, and in a few places in Acts of the Apostles in reference to Paul's activitiesBoth Gnosticism as well as certain Bacchic pagan cults are also mentioned as likely precursors of Christianity.[citation needed]In The Pauline Epistles and The Rise of English Culture Johnson made the radical claim that the whole of the so-called Dark Ages between 700 and 1400 A. D. had never occurred, but had been invented by Christian writers who created imaginary characters and events. The Church Fathers, the Gospels, St. Paul, the early Christian texts as well as Christianity in general are identified as mere literary creations and attributed to monks (chiefly Benedictines) who drew up the entire Christian mythos in the early 16th century. As one reviewer said, Johnson "undertakes to abolish all English history before the end of the fifteenth century." Johnson contends that before the 'age of publication' and the 'revival of letters' there are no reliable registers and logs, and there is a lack of records and documents with verifiable dates.
dbpedia-owl:viafId
  • 23721501
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 2881250 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 3967 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 22 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 105633293 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:type
  • personne
prop-fr:viaf
  • 23721501 (xsd:integer)
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
prop-fr:worldcatid
  • lccn-n-88-659248
dcterms:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Edwin Johnson (1842-1901) est un historien anglais, surtout connu pour sa critique radicale de l'historiographie chrétienne, ses recherches se situent dans la lignée de Bruno Bauer, S.A. Naber, et A. Pierson. Parmi ses œuvres on cite Antiqua Mater: A Study of Christian Origins (1887, publié à Londres de façon anonyme) et The Pauline Epistle: Re-studied and Explained (1894).
  • Edwin Johnson (* 1842; † 1901) war ein britischer Historiker. Seinen Forschungsergebnissen zufolge gibt es im Sinne des Jesusmythos keinerlei Beweis für die historische Existenz Jesu Christi.
  • Edwin Johnson (1842–1901), English historian, is best known for his radical criticisms of Christian historiography, continuing scholarship in the vein of Bruno Bauer, S.A.
rdfs:label
  • Edwin Johnson
  • Edwin Johnson (Historiker)
  • Edwin Johnson (historian)
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of