Par cuisine de la Nouvelle-Calédonie on peut entendre : d'une part les recettes traditionnelles issues de la minorité autochtone Kanak, notamment le bougna d'autre part des recettes résultant d'un mélange d'influences des cuisine respectives des différentes ethnies en présence sur le territoire : cuisine chinoise : notamment par l'utilisation importante de sauce de soja appelée localement « soyo » qui se retrouve dans plusieurs plats mais utilisé aussi comme sauce notamment dans le riz (présent en accompagnement de la plupart des plats calédoniens) ou les pâtes, cuisine japonaise : le sashimi, le wasabi,cuisine antillaise : le boudin antillais, le poulet antillais,cuisine réunionnaise : surtout l'utilisation d'achards comme condiments,cuisine française : utilisant des produits souvent non issus du terroir et nécessitant donc une importation mais tout de même consommés couramment qui sont, outre les fruits et légumes des zones tempérées, le vin, le fromage, le pain et la viennoiserie (produit localement à partir de céréales essentiellement importées), la bière (produite localement : la Number One),cuisine australienne ou néo-zélandaise et anglo-saxonne en général : notamment des produits d'importation utilisés dans l'alimentation courante comme la vegemite mais aussi des biscuits ou sucreries souvent plus consommés que ceux des marques françaises (le chocolat en poudre Milo par exemple, ou encore les biscuits du groupe Arnott's tels que les Tim tam ou les Sao), cuisine tahitienne et polynésienne en général : salade tahitienne, poé à savoir un dessert polynésien à base de fruits tropicaux comme de la banane ou de la citrouille mélangé à de l'amidon de maïs,cuisine indonésienne : bami,cuisine vietnamienne : nem vendus dans toutes les épiceries ou magasins d'alimentation, généralement tenus par des personnes d'origines asiatiques, et qui ont la particularité alors d'être plus longs que ceux généralement trouvés en Métropole.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Par cuisine de la Nouvelle-Calédonie on peut entendre : d'une part les recettes traditionnelles issues de la minorité autochtone Kanak, notamment le bougna d'autre part des recettes résultant d'un mélange d'influences des cuisine respectives des différentes ethnies en présence sur le territoire : cuisine chinoise : notamment par l'utilisation importante de sauce de soja appelée localement « soyo » qui se retrouve dans plusieurs plats mais utilisé aussi comme sauce notamment dans le riz (présent en accompagnement de la plupart des plats calédoniens) ou les pâtes, cuisine japonaise : le sashimi, le wasabi,cuisine antillaise : le boudin antillais, le poulet antillais,cuisine réunionnaise : surtout l'utilisation d'achards comme condiments,cuisine française : utilisant des produits souvent non issus du terroir et nécessitant donc une importation mais tout de même consommés couramment qui sont, outre les fruits et légumes des zones tempérées, le vin, le fromage, le pain et la viennoiserie (produit localement à partir de céréales essentiellement importées), la bière (produite localement : la Number One),cuisine australienne ou néo-zélandaise et anglo-saxonne en général : notamment des produits d'importation utilisés dans l'alimentation courante comme la vegemite mais aussi des biscuits ou sucreries souvent plus consommés que ceux des marques françaises (le chocolat en poudre Milo par exemple, ou encore les biscuits du groupe Arnott's tels que les Tim tam ou les Sao), cuisine tahitienne et polynésienne en général : salade tahitienne, poé à savoir un dessert polynésien à base de fruits tropicaux comme de la banane ou de la citrouille mélangé à de l'amidon de maïs,cuisine indonésienne : bami,cuisine vietnamienne : nem vendus dans toutes les épiceries ou magasins d'alimentation, généralement tenus par des personnes d'origines asiatiques, et qui ont la particularité alors d'être plus longs que ceux généralement trouvés en Métropole. On trouve donc, à côté de plats typiques de ces cultures, des recettes qui, modelées par le contexte pluriethnique, et y intégrant les produits du terroir, constituent un réel patrimoine culinaire local.
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 2474030 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 5020 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 114 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 104472037 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Par cuisine de la Nouvelle-Calédonie on peut entendre : d'une part les recettes traditionnelles issues de la minorité autochtone Kanak, notamment le bougna d'autre part des recettes résultant d'un mélange d'influences des cuisine respectives des différentes ethnies en présence sur le territoire : cuisine chinoise : notamment par l'utilisation importante de sauce de soja appelée localement « soyo » qui se retrouve dans plusieurs plats mais utilisé aussi comme sauce notamment dans le riz (présent en accompagnement de la plupart des plats calédoniens) ou les pâtes, cuisine japonaise : le sashimi, le wasabi,cuisine antillaise : le boudin antillais, le poulet antillais,cuisine réunionnaise : surtout l'utilisation d'achards comme condiments,cuisine française : utilisant des produits souvent non issus du terroir et nécessitant donc une importation mais tout de même consommés couramment qui sont, outre les fruits et légumes des zones tempérées, le vin, le fromage, le pain et la viennoiserie (produit localement à partir de céréales essentiellement importées), la bière (produite localement : la Number One),cuisine australienne ou néo-zélandaise et anglo-saxonne en général : notamment des produits d'importation utilisés dans l'alimentation courante comme la vegemite mais aussi des biscuits ou sucreries souvent plus consommés que ceux des marques françaises (le chocolat en poudre Milo par exemple, ou encore les biscuits du groupe Arnott's tels que les Tim tam ou les Sao), cuisine tahitienne et polynésienne en général : salade tahitienne, poé à savoir un dessert polynésien à base de fruits tropicaux comme de la banane ou de la citrouille mélangé à de l'amidon de maïs,cuisine indonésienne : bami,cuisine vietnamienne : nem vendus dans toutes les épiceries ou magasins d'alimentation, généralement tenus par des personnes d'origines asiatiques, et qui ont la particularité alors d'être plus longs que ceux généralement trouvés en Métropole.
rdfs:label
  • Cuisine de Nouvelle-Calédonie
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of