Au cours des derniers siècles, l’essor de la population humaine ainsi que la révolution industrielle ont entraîné des bouleversements majeurs dans le fonctionnement de nombreux écosystèmes. Cette période est qualifiée d’anthropocène (du grec anthropos, homme) et se caractérise notamment par une érosion de la biodiversité (perte de diversité écosystémique, génétique et spécifique).

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Au cours des derniers siècles, l’essor de la population humaine ainsi que la révolution industrielle ont entraîné des bouleversements majeurs dans le fonctionnement de nombreux écosystèmes. Cette période est qualifiée d’anthropocène (du grec anthropos, homme) et se caractérise notamment par une érosion de la biodiversité (perte de diversité écosystémique, génétique et spécifique). La diminution rapide du nombre d’espèces que nous observons actuellement constitue la sixième crise d’extinction majeure.La biologie de la conservation est la science qui vise à freiner, voire à stopper cette érosion de la biodiversité, en mettant en place différentes stratégies telles que la réintroduction d’espèces menacées afin de prévenir leur extinction. Ces stratégies sont basées sur des données et des méthodes respectivement recueillies et élaborées par des acteurs (chercheurs, techniciens…) du domaine de l’Ecologie (science qui étudie la relation entre les êtres-vivants et leur environnement biotique et abiotique). Cette vaste discipline regroupe un grand nombre de pistes de recherche, parmi lesquelles l’étude de la dynamique des populations.Une population est un ensemble d’individus d’une espèce donnée, observée à un endroit donné et sur une échelle de temps donnée. La dynamique d’une population est caractérisée par l’ensemble des fluctuations de densité et de structure (âge, stade ou taille) de cette population. Ainsi, on estime, à partir de mesures réalisées sur des échantillons de cette population, les paramètres qui la décrivent : taux de natalité (rapport entre le nombre annuel de naissances et la population totale moyenne sur cette année) et de fécondité (nombre moyen de descendants nés vivants rapporté à la population de femelles en âge de procréer), d’émigration et d’immigration, sex-ratio, etc. Ces paramètres sont ensuite introduits dans des modèles, qui permettent de prédire de façon plus ou moins précise la dynamique de la population. L’étude de la dynamique des populations constitue un outil majeur pour déterminer les méthodes de conservation qu’il convient de mettre en œuvre.
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 8394359 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 59970 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 126 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 110252024 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
rdfs:comment
  • Au cours des derniers siècles, l’essor de la population humaine ainsi que la révolution industrielle ont entraîné des bouleversements majeurs dans le fonctionnement de nombreux écosystèmes. Cette période est qualifiée d’anthropocène (du grec anthropos, homme) et se caractérise notamment par une érosion de la biodiversité (perte de diversité écosystémique, génétique et spécifique).
rdfs:label
  • Conservation des populations animales et végétales
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is foaf:primaryTopic of