Le terme de concept essentiellement controversé (essentially contested concept) a été introduit par Walter Bryce Gallie dans un article remis le 12 mars 1956 à la Société Aristotélicienne (en) pour faciliter la compréhension des différentes applications ou interprétations des notions abstraites, qualitatives et évaluatives – telles que « art » et « justice sociale » - utilisées dans les domaines de l'esthétique, de la philosophie politique, de la philosophie de l'histoire et de la philosophie de la religion.Garver (1978) décrit leur utilisation comme suit : Le terme de concepts essentiellement controversés donne un nom à une situation problématique que beaucoup de gens reconnaissent : à savoir que dans certains types de discussions, il y a une diversité de significations employées pour les termes clés dans une argumentation, et il y a une impression selon laquelle le dogmatisme (« Ma réponse est juste et tous les autres ont tort »), le scepticisme (« toutes les réponses sont également vraies (ou fausses), tout le monde a le droit à sa propre vérité ») et l'éclectisme (« Chaque signification donne une vue partielle donc le plus de significations est le mieux ») ne sont aucun d'entre eux l'attitude appropriée envers cette diversité de significations.Les concepts essentiellement controversés impliquent qu'il y ait un large accord sur un concept (par exemple, la « justice »), mais pas sur la meilleure réalisation de celui-ci.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le terme de concept essentiellement controversé (essentially contested concept) a été introduit par Walter Bryce Gallie dans un article remis le 12 mars 1956 à la Société Aristotélicienne (en) pour faciliter la compréhension des différentes applications ou interprétations des notions abstraites, qualitatives et évaluatives – telles que « art » et « justice sociale » - utilisées dans les domaines de l'esthétique, de la philosophie politique, de la philosophie de l'histoire et de la philosophie de la religion.Garver (1978) décrit leur utilisation comme suit : Le terme de concepts essentiellement controversés donne un nom à une situation problématique que beaucoup de gens reconnaissent : à savoir que dans certains types de discussions, il y a une diversité de significations employées pour les termes clés dans une argumentation, et il y a une impression selon laquelle le dogmatisme (« Ma réponse est juste et tous les autres ont tort »), le scepticisme (« toutes les réponses sont également vraies (ou fausses), tout le monde a le droit à sa propre vérité ») et l'éclectisme (« Chaque signification donne une vue partielle donc le plus de significations est le mieux ») ne sont aucun d'entre eux l'attitude appropriée envers cette diversité de significations.Les concepts essentiellement controversés impliquent qu'il y ait un large accord sur un concept (par exemple, la « justice »), mais pas sur la meilleure réalisation de celui-ci. Ce sont « les concepts dont l'usage approprié entraîne inévitablement des disputes sans fin sur leurs usages appropriés de la part de leurs utilisateurs », et ces différends « ne peuvent être réglés par le recours à des preuves empiriques, l'usage linguistique, ou les canons de la seule logique » .
  • In a paper delivered to the Aristotelian Society on 12 March 1956, Walter Bryce Gallie (1912–1998) introduced the term essentially contested concept to facilitate an understanding of the different applications or interpretations of the sorts of abstract, qualitative, and evaluative notions — such as "art" and "social justice" — used in the domains of aesthetics, political philosophy, philosophy of history, and philosophy of religion.Garver (1978) describes their use as follows:The term essentially contested concepts gives a name to a problematic situation that many people recognize: that in certain kinds of talk there is a variety of meanings employed for key terms in an argument, and there is a feeling that dogmatism (“My answer is right and all others are wrong”), skepticism (“All answers are equally true (or false); everyone has a right to his own truth”), and eclecticism (“Each meaning gives a partial view so the more meanings the better”) are none of them the appropriate attitude towards that variety of meanings.Essentially contested concepts involve widespread agreement on a concept (e.g., "fairness"), but not on the best realization thereof.They are "concepts the proper use of which inevitably involves endless disputes about their proper uses on the part of their users", and these disputes "cannot be settled by appeal to empirical evidence, linguistic usage, or the canons of logic alone".
  • Das Essentially Contested Concept (englisch für „wesentlich umstrittener Begriff“) besagt, dass Menschen abstrakte Ideen wie z. B. Demokratie, Kunstwerk oder Freiheit aus einem bestimmten Blickwinkel betrachten, durch den sie über eine Kernbedeutung hinaus weiter konkretisiert werden. Durch die individuellen Blickwinkel ergeben sich unterschiedliche Interpretationen, die letztlich auf unterschiedlichen Wertvorstellungen beruhen. Dies bedingt, dass bei solchen Begriffen der über die Kernbedeutung hinausgehende Bedeutungsinhalt notwendigerweise umkämpft ist.Das Essentially Contested Concept geht auf den Sozialwissenschaftler Walter Bryce Gallie (1956) zurück. Er zeigte, dass sich Menschen mit teilweise unterschiedlichen Anschauungen und Wertvorstellungen auf gemeinsame Begriffe verständigen können. Aufgrund der unterschiedlichen Anschauungen und Wertvorstellungen werden die Begriffe aber so unterschiedlich interpretiert, dass über die Anwendbarkeit auf konkrete politisch-gesellschaftliche Phänomene oft keine Einigkeit besteht. Ebenso kann auch eine Differenz darüber bestehen, in welchem Umfang z. B. die Idee der Demokratie verwirklicht ist. In diesen Fällen liegt ein Essentially Contested Concept dann vor, wenn eine Gruppe in einer Auseinandersetzung um die Deutungshoheit ihre Interpretation der Idee bewusst gegen die Interpretation anderer Gruppen einsetzt.
  • Een essentially contested concept (Nederlands: wezenlijk betwist begrip) is een begrip of concept dat onvermijdelijk eindeloze discussies met zich meebrengt over het juiste gebruik en de juiste interpretatie. Het begrip is in 1956 geïntroduceerd door de Engelse filosoof Walter Bryce Gallie in een brief aan de Aristotelian Society.
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 5671273 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 17809 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 20 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 92405596 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:fr
  • Société Aristotélicienne
prop-fr:lang
  • en
prop-fr:trad
  • Aristotelian Society
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • Le terme de concept essentiellement controversé (essentially contested concept) a été introduit par Walter Bryce Gallie dans un article remis le 12 mars 1956 à la Société Aristotélicienne (en) pour faciliter la compréhension des différentes applications ou interprétations des notions abstraites, qualitatives et évaluatives – telles que « art » et « justice sociale » - utilisées dans les domaines de l'esthétique, de la philosophie politique, de la philosophie de l'histoire et de la philosophie de la religion.Garver (1978) décrit leur utilisation comme suit : Le terme de concepts essentiellement controversés donne un nom à une situation problématique que beaucoup de gens reconnaissent : à savoir que dans certains types de discussions, il y a une diversité de significations employées pour les termes clés dans une argumentation, et il y a une impression selon laquelle le dogmatisme (« Ma réponse est juste et tous les autres ont tort »), le scepticisme (« toutes les réponses sont également vraies (ou fausses), tout le monde a le droit à sa propre vérité ») et l'éclectisme (« Chaque signification donne une vue partielle donc le plus de significations est le mieux ») ne sont aucun d'entre eux l'attitude appropriée envers cette diversité de significations.Les concepts essentiellement controversés impliquent qu'il y ait un large accord sur un concept (par exemple, la « justice »), mais pas sur la meilleure réalisation de celui-ci.
  • In a paper delivered to the Aristotelian Society on 12 March 1956, Walter Bryce Gallie (1912–1998) introduced the term essentially contested concept to facilitate an understanding of the different applications or interpretations of the sorts of abstract, qualitative, and evaluative notions — such as "art" and "social justice" — used in the domains of aesthetics, political philosophy, philosophy of history, and philosophy of religion.Garver (1978) describes their use as follows:The term essentially contested concepts gives a name to a problematic situation that many people recognize: that in certain kinds of talk there is a variety of meanings employed for key terms in an argument, and there is a feeling that dogmatism (“My answer is right and all others are wrong”), skepticism (“All answers are equally true (or false); everyone has a right to his own truth”), and eclecticism (“Each meaning gives a partial view so the more meanings the better”) are none of them the appropriate attitude towards that variety of meanings.Essentially contested concepts involve widespread agreement on a concept (e.g., "fairness"), but not on the best realization thereof.They are "concepts the proper use of which inevitably involves endless disputes about their proper uses on the part of their users", and these disputes "cannot be settled by appeal to empirical evidence, linguistic usage, or the canons of logic alone".
  • Een essentially contested concept (Nederlands: wezenlijk betwist begrip) is een begrip of concept dat onvermijdelijk eindeloze discussies met zich meebrengt over het juiste gebruik en de juiste interpretatie. Het begrip is in 1956 geïntroduceerd door de Engelse filosoof Walter Bryce Gallie in een brief aan de Aristotelian Society.
  • Das Essentially Contested Concept (englisch für „wesentlich umstrittener Begriff“) besagt, dass Menschen abstrakte Ideen wie z. B. Demokratie, Kunstwerk oder Freiheit aus einem bestimmten Blickwinkel betrachten, durch den sie über eine Kernbedeutung hinaus weiter konkretisiert werden. Durch die individuellen Blickwinkel ergeben sich unterschiedliche Interpretationen, die letztlich auf unterschiedlichen Wertvorstellungen beruhen.
rdfs:label
  • Concept essentiellement contesté
  • Essentially Contested Concept
  • Essentially contested concept
  • Essentially contested concept
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of