PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • Le 61e régiment d'artillerie (ou 61e RA) est un régiment d'artillerie de l'armée française, créé en 1910, et qui se distingua notamment lors de la Première Guerre mondiale, et lors de la bataille de France, au début de la Seconde Guerre mondiale. En 1914, les soldats allemands ont surnommé les artilleurs du 61e les « Diables noirs » à cause de leur courage, de la couleur de leur uniforme et de la poudre à canon qui leur noircissait le visage.
dbpedia-owl:alternativeName
  • 61régiment d'artillerie anti-aérienne
  • 61régiment d'artillerie de brigade
  • 61régiment d'artillerie de campagne
dbpedia-owl:battleHonours
  • AFN 1952-1962
  • La Somme 1916
  • L'Yser 1914
  • Argonne 1915
  • Montdidier 1918
  • Verdun 1916-1917
  • Saint Gond 1914
dbpedia-owl:decoration
dbpedia-owl:garrison
dbpedia-owl:militaryBranch
dbpedia-owl:motto
  • 61! En avant!
dbpedia-owl:parentOrganisation
dbpedia-owl:role
  • Renseignement
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:type
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 492023 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 109048 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 395 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 110076890 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:ancienNom
  • 61 (xsd:integer)
prop-fr:anniversaire
prop-fr:branche
prop-fr:contenu
  • 0001-01-25 (xsd:date)
  • 0001-05-08 (xsd:date)
  • 0001-06-17 (xsd:date)
  • 0001-07-23 (xsd:date)
  • 0001-07-31 (xsd:date)
  • 0001-08-21 (xsd:date)
  • 0001-08-22 (xsd:date)
  • 0001-09-25 (xsd:date)
  • 0001-11-06 (xsd:date)
  • 0001-12-04 (xsd:date)
  • 32400.0
  • La batterie de maintenance dispose d’une infrastructure étendue sur le quartier Général d’Aboville de Chaumont-Semoutiers.
  • Forte d'une centaine d'hommes, la batterie est composée de 3 sections :
  • En octobre 1955, le régiment est engagé en Algérie pour une mission de maintien de l’ordre. En particulier, la 1 batterie doit pacifier la Grande Kabylie. Cela passe par la construction de routes, d’écoles ou encore de maisons, sans grand moyen aucun. Les Diables Noirs doivent accomplir des missions faire des patrouilles, de jour comme de nuit, ou encore monter des embuscades. Ils sont confrontés, au même titre que l’infanterie, aux dures réalités des combats, mais jamais n’ont démérité dans leurs missions. 66 soldats sont tombés au champ d’honneur en Algérie et la mention AFN 1952-1962 a été ajoutée sur l’Étendard du 61 RA en juin 2006. La guerre froide :
  • La garnison de Chaumont Le CSA du régiment Les Diables Noirs en Afghanistan L'imagerie La culture aéronautique
  • * La section commandement * 1 section * section
  • _ Deux sections drone SDTI La section commandement comprend tout du personnel affecté à la gestion administrative, à la comptabilité des matériels et du personnel ainsi que la gestion du service courant de l'unité, elle comprend:
  • En mars 1910, la batterie est ainsi la 1 batterie du II groupe du 61 RAC et comprend un effectif de 3 officiers, 168 sous-officiers et hommes de troupe et 168 chevaux.
  • _ Le sous-officier responsable de la gestion courante des matériels
  • Elle se réfère également plus spécifiquement aux combats de Ramscapelle et compte parmi ses membres illustres le lieutenant Henri Colmet Daage qui commanda la batterie . La batterie (batterie de réserve) Son organisation Ses missions Ses moyens Son histoire Ses traditions La batterie (batterie de traitement et de diffusion du renseignement) thumb|avers du fanion de la batterie thumb|revers du fanion de la batterieSon organisation le Fanion de la 6°Batterie en cours de réalisation. Ses missions Ses moyens Son histoire Ses traditions La Batterie de Maintenance
  • thumb|Fanion de la batterie de maintenance thumb|Revers du fanion de la batterie de maintenance thumb|Batterie maintenance 61RA
  • _ L'adjudant d'unité responsable de la gestion courante de l'unité et chef de section
  • Depuis la mise en place du 61RA à Chaumont, en 1999, les lieutenants se rassemblent traditionnellement au moins une fois par semaine au "club des lieutenants". Mais il n'aura pas fallu attendre 1999 pour que ce club existe en tant que tel. En effet les origines du club des lieutenants remontent au siècle . Les lieutenants d'alors étaient particulièrement jeunes, à peine onze ou douze ans en sortant d'école. Lorsque l'âge des épaulettes a reculé, la tradition elle, s'est perpétuée.
  • À sa création en 1910, la batterie compte 3 officiers, 168 hommes et 168 chevaux. À l’époque, les commandants d’unité sont directement sous les ordres d’un état major de Groupe. Comme la et la , la 1 Batterie est subordonnée à l’état major du Groupe. thumb|Fanion B1 61RA Comme les autres, la 1ère batterie est organisée de la manière suivante : 5 pelotons de combat, avec une pièce de canon de 75 pour les 4 premiers, commandés par un lieutenant d’active thumb|Revers fanion B1 4 pelotons d’échelon de combat, commandés par un lieutenant de réserve, sont chargés du soutien.
  • * Kosovo 1999, puis 2001 à 2003 * Liban 2006 * Tchad 2008 * Afghanistan, puis 2008 à chaque mandat De plus, la batterie a également participé aux missions effectuées par le régiment en Polynésie, Martinique, Guadeloupe ou encore à Mayotte.
  • En mars 1920, à la suite d'une demande du gouvernement britannique, un canon de 75 de la batterie est envoyé à Londres, en exemple de ces régiments d’artillerie qui se sont le plus distingués durant la guerre. 2 GUERRE MONDIALE * Fin 2005 : projection d'une section au Liban dans le cadre de la FINUL * Juin 2007 : projection d'une section à Mayotte en soutien du Détachement de Légion étrangère de Mayotte * Octobre 2008 : projection d'un module CL-289 au Tchad dans le cadre de l'EUFOR * Avril 2010 : projection d'un module SDTI en Afghanistan dans le cadre de l'ISAF Ses traditions * Jumelage avec le village de Colombey-les-Deux-Églises. La batterie thumb|Fanion de la batterie thumb|Revers du fanion de la batterie thumb|upright=0.70|Insigne de la batterie Son organisation La batterie est composée de trois sections: _ Une section commandement
  • _ Le capitaine adjoint, responsable de la comptabilité des matériels et de la suppléance du commandement
  • SDTI vignette|upright|Drone SDTI Le système de drones lents Sperwer, Système de Drone Tactique Intérimaire est en service depuis 2005. Il a été engagé en Opération-Extérieure au Liban sans faire de vol en 2007, au Kosovo en 2008 et en Afghanistan entre novembre 2008 et juin 2012 ou 12 d'entre eux ont été perdus accidentellement. Mini-drones Le système de drone très courte portée Pointer a été brièvement utilisé par le 61 RA Anciens matériels Le canon de 75 Le canon de 155 Crécerelle Le système de drones lents SAGEM Crécerelle a été utilisé par le 61 RA jusqu'en 2004. Il a été engagé en Macédoine . CL-289 Le système de drone rapide PIVER CL-289 a été mis en service en 1992 dans l'armée de terre , avions légers télé pilotés, stations de réception d'images des satellites. Il est également utilisé par l'armée allemande. Il a été engagé en Bosnie-Herzégovine , en Macédoine , au Kosovo et au Tchad . Sa vitesse et de et il transmet des images temps réel et en temps différé. Il opère dans le spectre visible et infrarouge. Aujourd'hui, le système CL-289 est retiré du service depuis 2010.
  • La batterie participe aux traditions de l’artillerie et aux traditions de la brigade de renseignement .
  • Enfin, elle assure le reversement du drone tactique rapide CL-289 aujourd’hui retiré du service.
  • L’ère des drones :
  • Ce lieu réservé où seul le galon de lieutenant garantit l'accès, permet à tous les "lieut's" de réunir pour discuter, échanger et programmer des activités de cohésion.
  • Première Guerre mondiale :
  • Ses moyens Après avoir reversé les derniers drones CL-289 du 61 régiment d'artillerie, la première batterie dispose à présent des moyens lui permettant le déploiement d'un détachement de drones SDTI. Son histoire Création :
  • Ses missions
  • Ses moyens
  • Son organisation
  • _ Le capitaine commandant l'unité
  • _ Un groupe sol composé de quatre équipes; deux équipes dites de reconditionnement et deux équipes dites de lancement-récupération La batterie compte environ 100 diables noirs Ses missions À l'instar des autres batteries, la batterie a pour mission de fournir du renseignement d'origine image soit en appui direct auprès d'une force au contact, soit en appui différé par recoupement avec d'autres capteurs ou par l'édition d'un dossier image. Ses moyens La batterie dispose du système de drone SDTI pour remplir sa mission. Son histoire À l'instar des autres batteries du régiment, elle a participé à tous les faits d'armes du régiment. Ses traditions La batterie est jumelée avec la commune d'Arc-en-barrois. La batterie thumb|Fanion de la 4e batterie thumb|Revers du fanion de la 4e batterie thumb|upright=0.80|alt=insigne de tradition de la batterie du RA|Insigne de la batterie du 61 RA Son organisation Comprenant une centaine de militaires, la quatrième batterie est composée de trois sections :
  • Symbole de la jeunesse du régiment, les lieutenants transmettent leur joie de vivre à l'ensemble du régiment dès que l'occasion se présente. Ils sont ainsi les initiateurs des jeux de la Sainte Barbe chaque année, se permettant d'accueillir le chef de corps afin de le mettre dans l'ambiance de la journée. Pour cela un thème est choisi relatif à un fait marquant ou à la personnalité du chef de corps. Parfois légèrement insolents, les lieutenants sont excusés pour leurs légers débordements par leur jeunesse.
  • _ Du groupe d'échelon administratif Les deux sections comprennent chacune:
  • * Nouvelle-Calédonie : projection en 2003 ; * Martinique : deux projections en 2006 et 2008 ; * Polynésie : projection à l'hiver 2009-2010. Ses traditions Devise de l'unité : « Honneur et fidélité »
  • Elle n’en reste pas moins une unité de maintenance et à ce titre fête également la saint Éloi. Les Amicales L'Amicale des Officiers L'Amicale des Sous-Officiers L'Amicale des EVAT Le mot des Présidents de Catégories Le Club des Lieutenants
  • _ Un groupe commandement composé du chef de section et d'un personnel transmetteur.
  • Enfin le fait d'être composée d'un effectif aux compétences diverses et multiples, lui permet également d'être présente sur tous les théâtres. Ses traditions
  • Elle a également participé à plusieurs Missions de Courte Durée dans les départements et territoires d'outre-mer, lors desquelles ses personnels ont effectué des missions variées : souveraineté, garde d'emprises militaires, entraînement commando, aguerrissement :
  • Elle est en mesure d’effectuer l’évacuation, les opérations de levage, le diagnostic et le dépannage du système de drones tactiques SDTI. Son histoire
  • La batterie dispose sur le quartier Général d’Aboville de Chaumont-Semoutiers des moyens lui permettant la mise sur pieds d'un détachement SDTI. Les infrastructures du quartier et les moyens présents lui permettent d'assurer le maintien des savoir-faire techniques et militaires nécessaires au maintien en condition opérationnel de ses personnels. Son histoire
  • De retour en France à partir de décembre 1962, la 1 Batterie est stationnée avec son régiment à Saint-Avold, en Moselle et reçoit 4 canons de 105 automoteurs. En 1977, le régiment est transféré à Morhange où il se dote, en 1982, du système ATILA et des tous nouveaux AUF1 de . Enfin la 1 Batterie sera déplacée avec le régiment à Trêves, en Allemage, sous commandement de la 1 Brigade Blindée.
  • La batterie de maintenance assure le soutien du régiment dans les spécialités armement, transmissions, NBC, mobilité terrestre et le soutien du drone tactique SDTI de niveau NTI1 et NTI2.
  • À l'instar des autres batteries de tir du Régiment, la batterie a pour mission d'assurer la mise en œuvre du drone tactique SDTI.
  • Unité de maintenance régimentaire, la batterie de maintenance participe aux traditions de l’artillerie et aux traditions de la brigade du renseignement .
  • Forte de près de 160 militaires et civils, la batterie de maintenance est composée de 4 sections :
  • Elle participe également de manière active et régulière au dispositif mis en place dans le cadre du Vigipirate, sur l'ensemble du territoire métropolitain.
  • Elle assure également sa fonction approvisionnement dans l’ensemble de ses spécialités.
  • Après la dissolution du régiment et sa recréation à Chaumont-Semoutiers en juillet 1999, la batterie est dotée de drones rapides CL-289, puis, à partir de 2010, de drones tactiques lents SDTI . La première batterie a été engagée dans les opérations extérieures suivantes : * Bosnie-Kosovo : , avec le drone CL-289 et le système HL POD ; * Tchad : opération EUFOR TCHAD-RCA à deux reprises en 2008 et 2009, avec le drone CL-289; * Afghanistan : opération Pamir en 2011, avec le drone SDTI.
  • La batterie de maintenance est héritière de la batterie de parc du 61 régiment d’artillerie de campagne.
  • * section commandement ; * section de maintenance mobilité ; * section multitechniques ; * section maintenance spécifique assurant le soutien du SDTI. Ses missions
  • La batterie thumb|Fanion de la batterie thumb|Revers du fanion de la batterie, arborant la croix de guerre 1914-1918 thumb|Insigne de la batterieSon organisation
  • À la création du Régiment, la batterie fait partie des 6 batteries issues des 25 et 40 régiments d’artillerie de campagne et qui forment les et II groupes d'artillerie du 61 régiment d’artillerie de campagne s'installant au quartier d'Anthouard à Verdun.
  • Le journal de marche et des opérations de la batterie fait mention de 13 blessés et 4 morts au combat au cours de l’année 1915 pour l’unité :
  • C’est parmi les cadavres de leurs camarades que quelques hommes de la batterie parviennent à mettre une des quatre pièces en batterie. Cet appui inespéré est d’une grande aide pour l’infanterie qui ne s’attendait sûrement pas à avoir été suivie jusque là... Enfin, à la nuit tombée, les canons, caissons et harnachements des autres pièces sont récupérés.
  • La première batterie est jumelée avec la commune de Saint-Blin, dans le département de la Haute-Marne.
  • Quelques moments suspendus dans le temps se passent encore à ce rythme effréné, puis les ordres tant attendus arrivent : « amenez les avant-trains… En avant… » L’enthousiasme est énorme. Les fascines sont posées sur les caissons de munitions, en vue du franchissement des tranchées. Un agent de liaison de passage apporte des nouvelles moins bonnes que prévues : les Allemands effectuent des barrages sévères sur nos lignes, et l’infanterie aurait des pertes importantes. Tant pis, il faut se lancer quand même, remplir la mission… Et on traverse rapidement la Suippe et les marais environnants. C’est à cet instant que la batterie se distingue particulièrement. Franchissant la Suippe en premier, en dépit des tirs ennemis, elle poursuit sa progression au long du bois longeant la rivière. Débouchant finalement en lisière un peu plus loin, la batterie aperçoit la première ligne allemande, qu’elle croit tombée en notre possession. Mais la désillusion est rapide et des mitrailleuses restées intactes sous abris bétonnés créent des pertes sensibles. Vingt-huit morts ou blessés, soixante-cinq chevaux perdus en quelques instants… Les capitaines Renard et Pagazani, des 1 et batteries, assistent impuissants à ce massacre depuis un observatoire où ils sont venus chercher le chef d’escadron Alvin afin de recevoir des ordres en cours d’action tenant compte cette fois de la résistance allemande.
  • La batterie de parc a participé à de nombreux combats durant la Première Guerre mondiale :
  • La salle d'honneur Sainte Barbe Sainte Barbe, fille du riche et voluptueux Dioscore naquit près de Nicomédie . Vers l'an 230, son père partant en expédition, l'enferma dans une tour afin, de soustraire sa beauté à quelques jeunes seigneurs entreprenants à son égard. À son retour, Dioscore païen retrouva sa fille convertie au christianisme. Il la traduisit devant le gouverneur de la Bithynie, qui la condamna à être dépouillée, meurtrie à coups de nerf de bœuf. Dioscore requit qu'elle soit décapitée et se proposa d'être lui-même le justicier. Après la décapitation la martyre était née. La légende raconte que retournant à la cour, Dioscore fut frappé par un éclair qui mit son corps en cendres. Le culte de la martyre a été florissant dès le . Par son geste vengeur, elle s'était révélée puissance de Dieu ; aussi était-il naturel que, dès l'apparition de la poudre, sainte Barbe ait été invoquée par tous ceux qui maniaient les nouveaux engins : Salpêtriers, bombardiers, canonniers, honorèrent la sainte. C'est ainsi qu'elle est devenue la patronne des artilleurs et des sapeurs. Et par sainte Barbe, vive la bombarde. Saint Raphaël 100px|thumb|Pucelle du 61 régiment d'artillerie Culture d'arme
  • La batterie dispose sur le quartier Général d’Aboville de Chaumont-Semoutiers des moyens lui permettant la mise sur pieds d'un détachement SDTI. Les infrastructures du quartier et les moyens présents lui permettent d'assurer le maintien des savoir-faire techniques et militaires nécessaires au maintien en condition opérationnel de ses personnels.
  • * section commandement ; * section mise en œuvre ; * section exploitation ; Ses missions
  • _ Un groupe vol composé de deux équipes vol et renseignement.
  • I * Quand il fallut pour la frontière * Quitter notre berceau : Verdun, * On vit s'affermir rude et fière * L'âme du beau soixante et un. * Champenois, paysans du nord, * Gars de Paris ou de l'Ardenne * Désirant vaincre, narguant la mort, * Ne font plus qu'une âme la sienne. Refrain * Le premier de la fourragère, * Régiment aux fameux renom, * Toi, qu'illustra durant la guerre * La valeur de tes fiers canons, * Gardons pieusement la mémoire * De ceux qui sont morts en tes rangs. * Nous sommes fiers de ton histoire, * Soixante et unième... ...en avant ! II * Partout où gronde la bataille, * Où pousse le sanglant laurier, * Dans la boue et sous la mitraille, * On vit nos anciens s'illustrer. * À Saint-Gond, Ypres, Sillery, * De Douaumont à la Pompelle, * En notre histoire, ils ont écrit * Une des pages les plus belles. III * Dans la Lorraine reconquise, * Les jeunes viennent s'entraîner * Pour protéger la paix promise * À leurs grands morts par nos ainés. * Et s'il faut qu'un jour nos drapeaux * Au vent de l'Est encore frissonnent, * S'il te fallait d'autres héros, * France, il ne manquerait personne. IV * Tantôt les canons s'illustrèrent, * Là où les autres n'allaient pas, * Par-delà les drones repèrent, * Là où les autres ne voient pas * Diable noir, jeune canonnier, * Aux noms précieux de ton histoire, * Il t'appartient d'y ajouter * De nouveaux titres à ta gloire.
prop-fr:creation
  • 1910 (xsd:integer)
prop-fr:decorations
prop-fr:devise
  • 61 (xsd:integer)
prop-fr:faitpartie
prop-fr:fourragere
  • aux couleurs du ruban de la Légion d'honneur
prop-fr:garnison
  • Communes de Villiers-le-Sec et Semoutiers-Montsaon. Quartier Général d'Aboville
prop-fr:guerres
prop-fr:inscriptions
prop-fr:legende
  • Insigne régimentaire du 61 RA.
prop-fr:nomUnite
  • 61 (xsd:integer)
prop-fr:role
prop-fr:surnom
  • Le de la fourragère
prop-fr:tailleImage
  • 150 (xsd:integer)
prop-fr:titre
  • Organisation
  • La salle d'honneur
  • Le 61 dans son département
  • Le chant régimentaire
  • Matériels spécifiques en services
prop-fr:type
  • Régiment d'artillerie
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Le 61e régiment d'artillerie (ou 61e RA) est un régiment d'artillerie de l'armée française, créé en 1910, et qui se distingua notamment lors de la Première Guerre mondiale, et lors de la bataille de France, au début de la Seconde Guerre mondiale. En 1914, les soldats allemands ont surnommé les artilleurs du 61e les « Diables noirs » à cause de leur courage, de la couleur de leur uniforme et de la poudre à canon qui leur noircissait le visage.
rdfs:label
  • 61e régiment d'artillerie
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:homepage
foaf:isPrimaryTopicOf
foaf:name
  • 61régiment d'artillerie
foaf:nick
  • Lede la fourragère
is dbpedia-owl:childOrganisation of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of