L’épuration à la Libération en France visait les personnes ayant collaboré avec les autorités d’occupation nazies.Une épuration politique et antisémite par le régime de Vichy avait eu lieu entre 1940 et 1944.À la Libération, avant que les cours de justice et chambres civiques ne soient créées et installées, et à la faveur des mouvements de foules où la joie, le désir de vengeance et les règlements de comptes se mêlent, résistants et populations s’en prennent aux collaborateurs, ou considérés comme tels.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L’épuration à la Libération en France visait les personnes ayant collaboré avec les autorités d’occupation nazies.Une épuration politique et antisémite par le régime de Vichy avait eu lieu entre 1940 et 1944.À la Libération, avant que les cours de justice et chambres civiques ne soient créées et installées, et à la faveur des mouvements de foules où la joie, le désir de vengeance et les règlements de comptes se mêlent, résistants et populations s’en prennent aux collaborateurs, ou considérés comme tels. L’épuration extra-judiciaire entraîna la mort d'environ 9 000 personnes dont un tiers par des résistants.Ces exécutions sont alors l’objet d’une légende noire, où les chiffres deviennent de vrais arguments dans les tentatives de réhabilitation de certains collaborationnistes. Sans omettre les « profiteurs » de l’épuration qui eurent la partie belle pour créer de toutes pièces des éléments d’accusation (à base de vrais-faux papiers, qui constituaient un sport national à cette époque) d’un tel ou une telle, aux fins par exemple d’appropriations de leurs biens (par enchères convenues et interposées) ou encore leur incarcération et parfois même leur exécution.Par la suite l’épuration judiciaire prend le relais. Elle s’exerce par l’entremise de tribunaux d’exception : la Haute Cour de justice, les cours de justice, et les chambres civiques pour les actions non réprimées par le code pénal. Le jury d'honneur juge les élus. L’épuration légale concerne plus de 300 000 dossiers, dont 127 000 entraînent des jugements et 97 000 condamnations, les peines allant de 5 ans de dégradation nationale à la peine de mort. Soucieux de réduire rapidement la fracture entre les Français, le gouvernement de la République française vote trois amnisties pour les épurés, dès 1947, puis en 1951 et 1953.L'épuration touche tous les secteurs d’activité et toutes les couches de la société.L’épuration est très rapidement un sujet polémique. Les premiers à écrire sur ce thème sont les épurés eux-mêmes ou les épurateurs, ce qui ne favorise pas la neutralité des propos. De plus les journaux d’extrême droite, ainsi que les anciens vichystes ou leurs avocats relaient la légende noire de l'épuration, avançant des chiffres de massacres et d'exécutions souvent exagérés.Le cinquantenaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, au milieu des années 1990, fut l’occasion de nombreuses études permettant d’éclairer d’une lumière nouvelle cette période extraordinaire, au sens propre du terme, qu’est la Libération. Ce fut également le moment de synthétiser l’ensemble des travaux concernant celle-ci.Les dernières enquêtes réalisées par le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (CHDGM) et son successeur, l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) donne pour 84 départements (sur 90 en 1945) le chiffre de 8 775 exécutions sommaires lors de l’épuration extra-judiciaire, auxquels il faut ajouter les condamnés à mort par la Haute Cour de justice et les cours de justice (791 ou 767 suivant les enquêtes), et par les cours martiales (769 pour 77 départements selon l’IHTP).L’épuration aurait donc fait au total entre 10 000 et 11 000 morts, l’essentiel des exécutions sommaires ayant eu lieu avant le 6 juin 1944.
  • The Épuration légale (French "legal purge") was the wave of official trials that followed the Liberation of France and the fall of the Vichy Regime. The trials were largely conducted from 1944 to 1949, with subsequent legal action continuing for decades afterward.Unlike the Nuremberg Trials, the Épuration légale was conducted as a domestic French affair. Approximately 300,000 cases were investigated, reaching into the highest levels of the collaborationist Vichy government. More than half were closed without indictment. From 1944 to 1951, official courts in France sentenced 6,763 people to death (3,910 in absentia) for treason and other offenses. Only 791 executions were actually carried out, including those of Pierre Laval, Joseph Darnand, and the journalist Robert Brasillach; far more common was “national degradation”—a loss of civil rights, which was meted out to 49,723 people.
  • Im Rahmen der Befreiung Frankreichs von der deutschen Besatzung im Zweiten Weltkrieg gab es zwischen 1944 und 1947 zahlreiche Aktionen zur Säuberung des Staatsapparats und des öffentlichen Lebens von Personen, denen Kollaboration vorgeworfen wurde. Bei den vorgeworfenen Handlungen ging es sehr oft um Denunziationen oder Auslieferung von Flüchtenden und Geiseln an die deutsche Besatzungsmacht.Es gab zunächst die wilden, unkontrollierten Aktionen (épuration sauvage). Neben Misshandlungen und öffentlichen Erniedrigungen kam es dabei nach verschiedenen Schätzungen zu 7.500 bis etwa 10.000 Tötungen. Sie wurden später nicht als Verbrechen (z. B. nicht als Akte der Lynchjustiz) verfolgt. Frauen, die sich mit deutschen Soldaten eingelassen hatten, mussten öffentliche Demütigungen über sich ergehen lassen. Bekannt sind in diesem Zusammenhang die Bilder von Frauen, denen die Köpfe kahl geschoren wurden, um sie als Geliebte von deutschen Besatzern zu brandmarken.Später gab es die durch die Commission d’Épuration (épuration légale) justiziabel gemachte Formen der Säuberung.Dabei ging es um drei Hauptgruppen: Kriminelle Akte (Sanktion bis zur Todesstrafe) Verlust der Bürgerrechte auf Zeit Staatliche Beschlagnahmung von Kriegsgewinnen der betreffenden PersonIn ganz Frankreich kam es dabei zu etwa 120.000 Verurteilungen mit etwa 1.500 Exekutionen.Spätere Untersuchungen weisen auf ähnliche Erfahrungen wie mit der Entnazifizierung in Deutschland hin: Die Kleinen hängte man, die Großen konnten durch Verzögerungen mit legalen Verfahren und Persilscheinen (in diesen Fällen häufig über Aktionen für die Résistance) profitieren.
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 768889 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 82818 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 388 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 109507101 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
rdfs:comment
  • L’épuration à la Libération en France visait les personnes ayant collaboré avec les autorités d’occupation nazies.Une épuration politique et antisémite par le régime de Vichy avait eu lieu entre 1940 et 1944.À la Libération, avant que les cours de justice et chambres civiques ne soient créées et installées, et à la faveur des mouvements de foules où la joie, le désir de vengeance et les règlements de comptes se mêlent, résistants et populations s’en prennent aux collaborateurs, ou considérés comme tels.
  • The Épuration légale (French "legal purge") was the wave of official trials that followed the Liberation of France and the fall of the Vichy Regime. The trials were largely conducted from 1944 to 1949, with subsequent legal action continuing for decades afterward.Unlike the Nuremberg Trials, the Épuration légale was conducted as a domestic French affair. Approximately 300,000 cases were investigated, reaching into the highest levels of the collaborationist Vichy government.
  • Im Rahmen der Befreiung Frankreichs von der deutschen Besatzung im Zweiten Weltkrieg gab es zwischen 1944 und 1947 zahlreiche Aktionen zur Säuberung des Staatsapparats und des öffentlichen Lebens von Personen, denen Kollaboration vorgeworfen wurde. Bei den vorgeworfenen Handlungen ging es sehr oft um Denunziationen oder Auslieferung von Flüchtenden und Geiseln an die deutsche Besatzungsmacht.Es gab zunächst die wilden, unkontrollierten Aktionen (épuration sauvage).
rdfs:label
  • Épuration à la Libération en France
  • Commission d’Épuration
  • Épuration légale
owl:sameAs
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is foaf:primaryTopic of