L'église Saint-Vénérand est située à Laval en Mayenne. Elle date de la fin du XIVe siècle. Elle comprend un vaste chœur à cinq nefs avec abside centrale.

PropertyValue
dbpedia-owl:abstract
  • L'église Saint-Vénérand est située à Laval en Mayenne. Elle date de la fin du XIVe siècle. Elle comprend un vaste chœur à cinq nefs avec abside centrale.
dbpedia-owl:district
dbpedia-owl:region
dbpedia-owl:thumbnail
dbpedia-owl:wikiPageExternalLink
dbpedia-owl:wikiPageID
  • 422918 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageLength
  • 95990 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageOutDegree
  • 150 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageRevisionID
  • 111011301 (xsd:integer)
dbpedia-owl:wikiPageWikiLink
prop-fr:align
  • left
prop-fr:colonnes
  • 3 (xsd:integer)
prop-fr:commune
prop-fr:contenu
  • 0001-01-07 (xsd:date)
  • 0001-04-17 (xsd:date)
  • 0001-05-13 (xsd:date)
  • 0001-05-25 (xsd:date)
  • 0001-06-20 (xsd:date)
  • 0001-08-23 (xsd:date)
  • .
  • 28800.0
  • * André de Quesnay, seigneur de la Merveille fait élever les deux premières travées de la nef, 1520. * Jeanne du Breil, veuve de ce bienfaiteur, et sa belle-mère, Jeanne Lemercier de Grasmenil, veuve de Guillaume du Quesnay, payent le pavé et le blanchissement, 1520, puis la troisième travée de la nef, 1521, ainsi que la prolongation de la la nef, 1522. * Jean Boullain donne la grande vitre près l'autel de Notre-Dame. * Guillaume Le Clerc amortit une rente de huit livres dont le fonds était grevé, 1521. * Nicolas Martin, seigneur de la Motte fit bâtir à ses frais l'autel de Saint Nicolas, il avait aussi donné la grande figure de tuffe de Saint Christophe que l'on voyait à l'entrée de l'église. * Pierre Le Clerc fait, à ses frais, construire au côté de l'épître, une chapelle qui reçoit le nom de Saint Guillaume, 1521 * Pierre Bondy fait faire les fonts sur la tombe de Perrine Noël sa femme, 1521. * Jean Tripier donne l'autel et l'image de Saint-Claude, ainsi que sa maison et jardin, 1522. * Les deux bras du transept sont de bonne heure allongés à leurs extrémités. Jean Boulain en 1521 et François de Launay en 1525 font poser des grandes verrières. * On commença en 1522 le portail au bas de la nef, au lieu du pignon qui terminait l'église de ce côté. Elle fut allongée de deux travées au-dessous des fonts baptismaux, jusqu'à la rue du Pont-de-Mayenne, dans l'espace qui servait de cimetière. La date qui se trouve sur le campanile terminant la tourelle de L'escalier nous apprend que le portail ne fui terminé qu'en 1556. * En 1530, on se décide à allonger le chœur et à bâtir la chapelle qui lui fait suite. * Fouquet Richer, procureur de la fabrique, pait de ses deniers la sculpture, « la taille » du pignon, 1530. * Au mois de novembre 1550, le chevet est construit. * Le Chœur et chapelle étaient voûtés en 1565, comme l'atteste l'inscription gravée sur la voûte de l'abside. * Un nouveau terrain est acheté derrière la chapelle Saint Guillaume, en 1580, dans le dessein d'agrandir l'église. Jehan Nail et François Ernault, procureurs fabriciens, achetèrent de Julienne Loriot, veuve de Jean Le Balleur, demeurant au faubourg du Pont-de-Mayenne, une petite maison située dans la cour Chevalier, près de l'Eglise, côté du couchant Cette maison était dans les limites du fief de Chanteloup ; René du Bellay, seigneur de la Flotte, d'Hauterives, Chanteloup, Chambotz et Neuvy, chevalier de l'ordre du roi, gentilhomme de sa chambre, l'acquitta des droits de vente qui lui étaient dûs. L'assemblée de paroisse prit envers lui l'engagement de faire graver ses armes sur une pierre de taille ou de tuffeau, au lieu le plus élevé et le plus éminent de la chapelle que l'on allait construire. * En 1602, on faisait le transepts du côté de l'Epitre et de la chapelle Saint Laurent. La chapelle derrière celle de Saint Guillaume ne commençait qu'en 1603. Elle fut dédiée à saint Jérôme. Antoine Berset, alors vicaire de Saint-Vénérand, posa la première pierre de la voûte en 1604 * On agrandit le collatéral du côté de l'épitre, en construisant de 1602 à 1606 des chapelles où l'on éleva un autel à saint Laurent. * En mai 1606, Jérôme Saybouez et Renée Le Clerc son épouse, s'engagèrent à y construire un bel autel. Leur promesse ne fut exécutée qu'en 1619. * On construit en 1610, un jubé ou ambon au devant du chœur ; il fut démoli en 1697 et les matériaux employés à construire le retable de l'autel Sainl André, par les soins d'André Goustard, alors receveur des tailles du comté de Laval.
  • * 1267, Frère Eudes. * 1301, Gervese Dolebel * 1439, Jehan le Poitevin * 1450-1478, Guillaume le Bigot * 1494, Jehan le Bigot * 1514, Lezin Cheminard * 1518-1571, Robert de Dureil * 1568, Denys le Gaigneux * 1580-1587, Jehan Rebuffé * 1587, Jean de la Court * 1587-1608, François de Charnacé * 1611-16.., Jean Peslier * 16. -1660, Jacques Peslier * 1660-1665, Charles Testu de Pierrebasse * 1660-1694, Jacques des Loges * 1710-1720, Jean Raybaud * 1720-1741, Jean Rigault * 1741-1742, N.... Valentin * 1743-1744, René de Rosy * 1744-1786, Léon de Sévérac * 1786-1809, Alexandre Guérin de la Roussardière * Charles-François Dorlodot est nommé curé Constitutionnel en 1792. * Jean-René Cosnard * Louis-André Morisseau * Jacques Rufin * François Bourgeois * 1809-1828, Noël-François Changeon * 1846-1875, François-Augustin Gérault
  • Grâce à un plan général auquel toutes ses parties semblent avoir été toujours soumises, l'église de Saint-Vénérand présente, dans son ensemble, par sa grande régularité, un tout complet dans de belles proportions. Elle se compose d'une nef principale et bas-côtés, avec transepts. Ses bas côtés se prolongent, derrière le sanctuaire, en collatéraux, et forment un déambulatoire. En arrière, deux chapelles se terminant carrément chacune par un autel, font comme doubles collatéraux. Le chevet se termine par une chapelle en rond-point formant abside. La partie décorée est le portail, placé au bas de la nef, sur la rue du Pont-de-Mayenne. Tout le luxe de la décoration semble y avoir été réservé. On y retrouve tous les ornements du style ogival de la plus belle époque. Il fut, commencé en 1523 et terminé en 1594. Ils se compose de quatre piliers massifs ; des clochetons terminent les deux extérieurs. Ceux du milieu sont reliés par une voûte faisant portique, dont le plafond est enrichi d'ornements divers. La porte est accompagnée de quatre colonnes quadrangulaires, surmontées chacune de deux autres colonnettes superposées, celles intermédiaires contournées en spirale, les supérieures garnies de chevilles. Leur chapiteau est formé de deux.consoles qui servent à supporter des statues. Au-dessus, à une assez grande élévation, sont deux dais avec festons, clochetons et aiguilles. La porte est carrée : au milieu du linteau, l'architecte avait gravé sur la pierre une lettre gothique en forme d'un M. Les deux pieds-droits, composés d'un faisceau de colonnettes, se prolongent au dessus et se terminent par une ogive très aiguë, formant un vaste tympan, au milieu duquel un bas-relief représentait jadis un tombeau, d'où sortait une figure d'homme, image, disait-on, dans le temps, du Jugement Dernier. Au dessous se lisaient ces mots : Virjustus salvabitur, et ego miser ubi parebo ? Des arcatures dans le style ogival secondaire décorent le mur au-dessus de la porte ; elles servaient d'encadrement à des statues placées sur des consoles ornées de festons. Elles étaient couronnées de dais en forme de petits édifices, avec galeries, arcs-boutants, contreforts, aiguilles et clochetons. Une belle rosace termine toute cette décoration. A la naissance de la voûte du portique, une corniche énorme supporte des pilastres qui soutiennent une architrave, au dessus de laquelle est un lourd entablement avec modillons composés de feuilles contournées. Un vaste fronton triangulaire, avec un œil-de-bœuf au milieu, termine l'œuvre A son sommet et à ses extrémités, sont d'énormes ornements qui rappellent des urnes funéraires. Une tourelle aux trois quarts engagée dans l'angle d'un pilastre, formant cul-de-lampe, par sa partie inférieure, contient l'escalier qui conduit aux combles de l'église. Une coupole soutenue par des pilastres la surmonte, et elle est terminée par une lanterne qui lui forme comme une couronne légère. On voit sur cette partie de l'église la date de 1556. Au , l'administration municipale a dégage le portail en démolissant les échoppes qui obstruaient l'entre-deux des pilastres. L'abbé Gérault, curé, a fait ouvrir, à la place des échoppes, deux portes latérales dans le style du portail.
  • Et ce voyant, mondit seigneur que sa ville augmentoit chacun jour en gros marchands, en édifices, et adverty du Saint Esprit, manda certains marchands et notables gens d'église, paroissiens de Saint-Melayne, qui fut en l'an 1485, où avoit été l'année précédente grande mortalité en cette dite ville de Laval, remonstre ledit seigneur aux dits paroissiens et qui allèrent par devers lui au chasteau de cette dite ville, qui leur estoit licite et convenable de trouver les façons et manières qu'ils eussent es forsbourgs du Pont-de-Mayenne, autre église parochiale que l'église de Saint-Melayne, qu'ils eussent une certaine place à icelle construire, qu'il la leur délivreroit, déchargeroit et indemneroit de toutes rentes et charges, que en communiquassent avecques les bourgeois, marchands et autres, et leur donneroit quelque belle relique pour grande augmentation et faire valoir la dite église''
prop-fr:dateDeConstruction
  • siècle
prop-fr:fond
  • #FFF8F8
prop-fr:groupe
  • a
prop-fr:géolocalisation
  • Laval/Mayenne/Pays de la Loire/France
prop-fr:intituléSubdivision
prop-fr:latitude
  • 48.068611 (xsd:double)
prop-fr:longitude
  • -0.766389 (xsd:double)
prop-fr:nom
  • Église Saint-Vénérand de Laval
prop-fr:région
prop-fr:subdivision
prop-fr:titre
  • 1686-05-23 (xsd:date)
  • Description
  • Cloches
  • Confréries
  • Extrait de Guillaume Le Doyen
  • Extrait de la relation de Guillaume Le Doyen
  • Le cimetière
  • Legs et fondations
  • Mécènes
  • PRIEURS-CURÉS QUI ONT ADMINISTRÉ LA PAROISSE DE SAINT-MELAINE ET SAINT-VÉNÉRAND
  • Retables et statues
prop-fr:wikiPageUsesTemplate
dcterms:subject
georss:point
  • 48.06861111111111 -0.7663888888888889
rdf:type
rdfs:comment
  • L'église Saint-Vénérand est située à Laval en Mayenne. Elle date de la fin du XIVe siècle. Elle comprend un vaste chœur à cinq nefs avec abside centrale.
rdfs:label
  • Église Saint-Vénérand de Laval
owl:sameAs
geo:lat
  • 48.068611 (xsd:float)
geo:long
  • -0.766389 (xsd:float)
http://www.w3.org/ns/prov#wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
foaf:name
  • Église Saint-Vénérand de Laval
is dbpedia-owl:wikiPageDisambiguates of
is dbpedia-owl:wikiPageRedirects of
is dbpedia-owl:wikiPageWikiLink of
is prop-fr:monument of
is foaf:primaryTopic of